Nucléaire. Les logos changent, les problèmes restent.

enseigne-Orano-Areva

Sous le titre “Areva, les dieux sont tombés sur l’atome”, Alain Rémond signe dans La Croix du 25 janvier, un petit article savoureux. Je ne résiste pas au plaisir de le partager.

Les choses sont compliquées pour tout le monde. Voyez l’histoire d’Areva, née en 2001 du mariage de Framatome et de la Cogema. 

Après une quasi-faillite en 2015, suite à plein de magouilles et de trucs pas nets, Areva doit se séparer de sa branche réacteurs (et de six mille salariés), qui redevient Framatome. Quant à ce qu’il reste d’Areva, pas question de continuer à s’appeler Areva, après tout ce micmac. Areva vient donc de changer de nom. Et s’appelle, désormais Orano.

Pourquoi Orano? Attention, accrochez-vous. 

Orano est censé évoquer Ouranos, qui, dans la mythologie grecque, est le dieu du Ciel. Qui dit Ouranos dit Uranus. Qui dit Uranus dit uranium. Qui dit uranium dit nucléaire. Et voilà le travail. Lequel travail a tout de même coûté autour de cinq millions d’euros. Juste pour changer de nom. 

Maintenant, sans vouloir jouer les mauvais augures, je signale que, toujours dans la mythologie grecque, Ouranos (le Ciel, donc), qui est le fils de Gaïa (la Terre), s’est plus ou moins marié avec Gaïa (sa mère, donc), union de laquelle sont nés plein de petits enfants. Enfin, petits, pas exactement. En réalité, ils sont tous plus monstrueux les uns que les autres. Des Titans, des Titanides, des Cyclopes et des Hécatonchires, qui ont chacun cent bras et cinquante têtes. Ces créatures font tellement peur à Ouranos qu’il les enferme dans le Tartare. Le Tartare, je vous le rappelle, c’est l’enfer. 

Je souhaite à Orano de ne pas finir dans le Tartare.

> Recentré sur les activités matières nucléaires et gestion des déchets (nucléaires, on s’en doutait), Orano couvre les activités mines, conversion-enrichissement, recyclage des combustibles usés, logistique nucléaire, démantèlement et ingénierie. Le groupe compte seize mille salariés pour un chiffre d'affaires de quatre milliards d’euros et veut devenir ”l'acteur de référence de la production et du recyclage des matières nucléaires, de la gestion des déchets et du démantèlement dans les dix prochaines années”.

Mais si Orano ne finit pas dans le Tartare, ce sera peut-être EdF ?

orano-edf-areva-nucleaire

En effet, le montant de la dette accumulée par EdF est de trente sept milliards d’euros. L’essentiel de cette dette est le coût des cinquante huit réacteurs nucléaires supporté par l’entreprise. Et il faudra bien finir par les démanteler, ces réacteurs mis en service dans les années soixante dix ! Pour cela EdF a prévu et provisionné vingt trois milliards de travaux. En attendant, l’entreprise devra dépenser cinquante cinq milliards d’euros d’ici 2030 pour prolonger l’activité de ces chères centrales nucléaires !
Les deux réacteurs EPR de Hinkley Point, en Angleterre, coûteront à EdF quinze milliards d’euros.
Et il y a les pertes du chantier à Olkiluoto en Finlande (environ cinq milliards d’euros de provisions).
Bref, EdF plombé par sa dette, n’a plus les moyens de financer l’addition du nucléaire. Aux dernières nouvelles, l’État (qui détient 85 % d’EdF) devrait donner trois milliards d’euros de recapitalisation.
Plus les quatre milliards et demi que l’État vient d’ajouter pour sauver Areva. 

Et quoi d’autre ?

En 2016 EdF annonçait une baisse de ses effectifs de 5 % jusqu’à 2018 (sur soixante sept mille employés). Trois mille cinq cents travailleurs qui payent les pots cassés. 
Les abonnés seront aussi mis à contribution : notre facture d’électricité pourrait augmenter de 2 à 3 % par an pendant plusieurs années. On n’a pas fini de payer !
Et ce qu’on ne payera pas dans les factures d’EdF, nous le payerons sous forme d’impôts ou de démantèlement du service public, car il faut bien financer les recapitalisations d’Orano, Areva et EdF….

> Ah, j’allais oublier un détail ! Areva NP (conception de réacteurs - et désormais filiale d’EdF), qui vient d’être rebaptisée de son ancien nom de “Framatome” ….et hop, encore quelques millions pour changer de nom et de logo !


> Sources. “Areva, les dieux sont tombés sur l’atome” La Croix. >>> Lien. 
Le nucléaire est sans le sou ! Gilblog.
>>> Lien.
Et si la cuve de l’EPR nous pétait demain à la figure ? Gilblog. >>> Lien. 

Gilblog La Borne mon village en Berry, est un blog de clocher, un cyberjournal d’expression locale et citoyenne. Dans gilblog, lisez des nouvelles de La Borne et du Berry en mots et en images, pages vues sur le web, citations, dico berrichon, coups de gueule et coups de coeur. Tout ça est éclectique, sans prétention et pas toujours sérieux, mais gilblog est amical avant tout. Gilblog, un site web fait à La Borne et réalisé entièrement à la main sur Mac, avec l'excellent  logiciel SandVox. © Photos Marie Emeret & JP Gilbert. © Textes et dessins JP Gilbert. Cartes postales anciennes: collection JP Gilbert. Vignettes : Dover éditions. Toute image ou contenu relevant du droit d’auteur sera immédiatement retirée en cas de contestation. Les commentaires sont les bienvenus sur ce site. Les avis exprimés ne reflètent pas l'opinion de gilblog, mais celle de leurs auteurs qui en assument l’entière responsabilité. Tout commentaire vulgaire ou injurieux, ne respectant pas les lois françaises, tout billet insultant ou hors sujet, sera automatiquement revu ou rejeté par le modérateur, ainsi que les messages de type SMS et ceux des trolls. Conformément à la loi, votre adresse IP est enregistrée par l'hébergeur.