Et si la cuve de l’EPR nous pétait demain à la figure ?

boum-2

Attendez vous à entendre parler du danger que représente l’EPR de Flamanville et du fiasco en forme de scandale qui en est la cause. Et si les médias n’en parlent pas, informez vous et battez le tam tam pour vos amis. La cuve de l’EPR (Réacteur pressurisé européen) de Flamanville pourrait bien nous péter à la figure si on n’arrête pas les apprentis sorciers avant.
Le premier à en parler a été Sylvain Tronchet sur France Inter, le 31 mars 2017.    Pour lui, l'industrie nucléaire française n'avait jamais connu un tel scandale (mais depuis, les médias se font discrets, pourquoi donc ?). Pourtant, cette affaire remet en cause toute la chaîne de contrôle de la filière nucléaire (déjà ébranlée par la catastrophe de Fukushima). En effet, la forge du Creusot a fourni des pièces non conformes à la réglementation à plusieurs centrales. Parmi elles, la cuve de l'EPR de Flamanville qui attend toujours d'être validée par l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN).

visuel-stop epr

L’Autorité de sûreté nucléaire avait détecté, dès 2005, de graves problèmes à l’usine Creusot Forge, où devait être fabriquée la fameuse cuve de l’EPR de Flamanville. Ces dysfonctionnements laissaient prévoir que la qualité des aciers ne serait pas garantie. EDF et Areva avaient été avertis. Malgré cela, les deux industriels avaient continué à lui confier des fabrications sensibles jusqu’à aujourd’hui.
Le danger provient de l’acier des calottes de cuves qui comporte une teneur en carbone double de ce qui est exigé. Ce qui dégrade d’autant la résistance du matériau (la résistance requise est définie dans l’arrêté du 26 février 1974 sur la construction du circuit primaire principal des chaudières nucléaires). La cuve, est la pièce maîtresse d’un réacteur nucléaire, elle ne doit surtout pas rompre. EDF et Areva, informés des risques encourus, avaient tout de même lancé sa fabrication.
L’ASN (qu’on surnomme “le gendarme du nucléaire”) doit rendre un avis définitif sur la question en septembre prochain mais subit une pression considérable de la part d’EDF, d’Areva, de l’État français et même de la Commission Européenne, dans l’optique de faire homologuer cette cuve défectueuse. La Commission européenne accepte la validation du plan de sauvetage d’Areva par l’État français à condition que l’ASN donne une “conclusion positive” aux essais sur la cuve de l’EPR…. 
Les enjeux sont importants : ce sont les autres projets en Finlande, en Angleterre, en Chine, dont certains connaissent de gros retards et des dépassements de coûts. On imagine la fébrilité qui agite le lobby de l’industrie nucléaire.

pas-de-panique-2

Comment en est-on arrivé là ? Emportée dans la faillite de Creusot Loire en 1984, l’usine, la forge du Creusot a failli disparaître plusieurs fois. Michel Yves Bolloré qui, à l’initiative d’AREVA, avait racheté l’entreprise par Jugement du Tribunal de Commerce de Chalon sur Saône (31 Juillet 2003) pour 800.000 euros, l’a revendue en Octobre 2006 (trois ans plus tard) avec ses deux ateliers (Creusot Mécanique et Creusot Forge) à ce même AREVA pour la jolie somme de 170 millions d’euros (un cadeau, encore aux frais du contribuable). C’est ce qui s’appelle “faire une belle culbute”!.
Au moment de ce rachat, la décision était déjà prise : le Creusot forgerait le fond et le couvercle de la cuve de l'EPR de Flamanville. Pourtant EDF et Areva étaient alertées depuis 2005 des mauvaises performances de cette usine. Malgré cela, les deux industriels lui confiaient toujours des fabrications exigeant une très haute qualité.

Cité dans l’article de Sylvain Tronchet, Jean-Luc Mercier, délégué CGT de la forge, estime qu'Areva a contribué à la dégradation de la qualité et de la fiabilité sur le site : "il y a quelques années, s'il le fallait, on arrêtait une machine pendant un jour ou deux, on vérifiait si les pièces étaient bonnes et on demandait les autorisations avant de poursuivre. Aujourd'hui, on essaie de faire tourner les machines huit heures sur huit et on ne se pose pas la question de savoir si on peut mettre en danger la qualité de nos pièces”. Appréciation confirmée par d’autres anciens employés et cadres de l’entreprise, et notamment Jean-François Victor qui s’exprime sans langue de bois dans Médiapart.

Cette affaire est trop sérieuse et le sujet, complexe, pour être résumée en quelques lignes. Je vous encourage donc à faire la lecture de l’article et des documents de Sylvain Tronchet et aussi de celui de Jean-François Victor (ancien PDG de UIGM, un des ateliers de Creusot Forge) dans AgoraVox et Médiapart. 

> L’Autorité de sûreté nucléaire cèdera-t-elle au pressions du lobby nucléaire en donnant son agrément en septembre ? AREVA et l’État dissimuleront-ils longtemps encore leur responsabilité dans cette vilaine affaire ? Les grands médias vont-ils se réveiller ? EDF lancera-t-il l’exploitation d’une usine nucléaire mal fichue avec les conséquences en cas de fissure du réacteur ? La fissure, on sait maintenant que cette hypothèse n’est pas à écarter. Et dans ce cas, c’est à nous que ça pétera à la figure, comme aux habitants de Tchernobyl, comme à ceux de Fukushima !


> Pour en savoir plus.
France Inter. Cuve de l'EPR de Flamanville : l'incroyable légèreté d'Areva et EDF, par Sylvain Tronchet. >>> Lien.  
AgoraVox. EPR : Le risque d’un scandale d’État est-il une raison suffisante pour prendre le risque de lancer l’exploitation ? par Jean-François Victor. >>> Lien. 
Médiapart. EPR : ces responsables du désastre que l'ASN évite de désigner, par Jean-François Victor. >>> Lien.  
EPR de Flamanville : Greenpeace demande à Nicolas Hulot de mettre fin au scandale. >>> Lien.

Gilblog La Borne mon village en Berry, est un blog de clocher, un cyberjournal d’expression locale et citoyenne. Dans gilblog, lisez des nouvelles de La Borne et du Berry en mots et en images, pages vues sur le web, citations, dico berrichon, coups de gueule et coups de coeur. Tout ça est éclectique, sans prétention et pas toujours sérieux, mais gilblog est amical avant tout. Gilblog, un site web fait à La Borne et réalisé entièrement à la main sur Mac, avec l'excellent  logiciel SandVox. © Photos Marie Emeret & JP Gilbert. © Textes et dessins JP Gilbert. Cartes postales anciennes: collection JP Gilbert. Vignettes : Dover éditions. Toute image ou contenu relevant du droit d’auteur sera immédiatement retirée en cas de contestation. Les commentaires sont les bienvenus sur ce site. Les avis exprimés ne reflètent pas l'opinion de gilblog, mais celle de leurs auteurs qui en assument l’entière responsabilité. Tout commentaire vulgaire ou injurieux, ne respectant pas les lois françaises, tout billet insultant ou hors sujet, sera automatiquement revu ou rejeté par le modérateur, ainsi que les messages de type SMS et ceux des trolls. Conformément à la loi, votre adresse IP est enregistrée par l'hébergeur.