L'eau miraculeuse de la fontaine de Boisbelle.

Boisbelle-fontaine-miraculeuse-dessin-150

Tiré de la "Véridique histoire de la fontaine miraculeuse de Boisbelle".

> On dit qu’au XVIe siècle lorsque le roi Henri IV venait chasser à proximité de Boisbelle, il s’attardait à la fontaine près du village, guettant une jolie fille pour lui offrir à boire et lui faire des propositions galantes. Cette fontaine miraculeuse (qui coule encore au même emplacement aujourd’hui) permettait aux jeunes femmes stériles de devenir enceintes. Certains ajoutent que quelques galants passant par-là n’y étaient pas étrangers… 

La légende raconte que Bertrand de Méry, l'écuyer de Sully étant malade, le bon Sully l’envoya se laver à la fontaine de Boisbelle, et l'écuyer fut guéri. Le chroniqueur et  historien berrichon Louis Berlaud, qui se fait l’écho de cette tradition, ajoute que "plusieurs personnes infirmes vont s’y laver et s’en trouvent bien" (Berlaud "Véridique histoire de la fontaine miraculeuse de Boisbelle" 1652, Bibl. de Bourges, cote 32 (ancien 2927) p. 66,). 

> L'histoire dit aussi que Bertrand de Méry en signe de remerciement fit une prière à Dieu et jeta un ducat d'argent dans la fontaine. Un malin avait observé la scène et voulut s'emparer de la pièce après le départ de l'écuyer. Peine perdue, le ducat restait collé au fond de l'eau. "Depuis ce jour, il est de croyance que le ducat ne peut s’enlever. A plusieurs fois on y attela des paires de boeufs, mais les efforts étaient infructueux et le ducat d'argent ne bougeait pas. A plusieurs reprises toutefois et à force d’hommes, on l’aurait sorti  de l'eau et mis sur la margelle, mais le lendemain le ducat avait repris sa place". (Voir l'ouvrage de Louis Berlaud déjà cité, et l'illustration par l'auteur).

> D’après les anciens habitants de Boisbelle, l’eau de la fontaine ne guérissait pas spécialement telle ou telle affection, mais les jeunes femmes stériles et tous les malades sans exception pouvaient obtenir leur guérison. Des chercheurs de la faculté de médecine de Montpellier ont noté en compulsant les annales de l'Hôtel Dieu à Bourges des cas de guérison de nombreuses maladies dont voici une liste partielle. (Berlaud, Bibl. de Bourges, cote 58 (ancien 2571) p. 254) :

La polyarthrite épidémique. La brucellose de Wallonie. La fièvre hémorragique du Bourbonnais et de Crimée-Congo. La fièvre de la vallée du Rift. La fièvre hémorragique d'Omsk. Le choléra fumigène. La fièvre d'Oropuche. La fièvre à tiques de l'Yèvrette. L'encéphalite auvergnate. L'encéphalite japonaise, celle des Pyrénées et celle de Saint Louis. L'encéphalomyélite de Powasan. La bronchite verno-estivale moldo-valaque. Le virus maniaque du Nil occidental. La borréliose du pied gauche. Le charbon Dubois. Le chancre mou et le chancre dur. La chlamydiose du Cantal. La coqueluche de Bourduche. La diphtérie de Veau. La gonococcie à métaux. La gangrène des magasins réunis. Le granulome inguinal nacré. L'impétigo vernaculaire. La légionellose du sable chaud. La leptospirose de Picardie. La listériose mystérieuse. Les tumeurs pileuses, en général. La lymphoréticulose bénigne du Bénin. La méningite rurale. Le pian comptable. La fièvre pourprée du Dauphiné. Le rouget du porc (érysipéloïde) et de Lisle. La fièvre typhoïde de Mars. La tularémie fassolle. La laryngotrachéite osseuse. La maladie de la forêt de Kyasanur et de Tronçais. La liste est interminable et fait plusieurs pages....

> Malheureusement, "en 1742, un tombereau rempli de pierres conduit par le voiturier Sylvain Leroux se renversa sur la fontaine de Boisbelle, causant son obturation et la rendant hors d'usage pour de nombreuses années. La fontaine miraculeuse ne coulant plus, la tradition se perdit." (Antoine Berlaud, petit-fils de Louis Berlaud dans "Suite de la véridique histoire de la fontaine miraculeuse de Boisbelle", Bibl. de Bourges, cote 72, édition de 1763 p. 345).

Puis la Principauté souveraine de Boisbelle fit partie du royaume de France, et ses habitants perdirent leurs franchises et privilèges. Ensuite vint la révolution. Quand la fontaine fut remise en état quatre vingt quinze ans plus tard, lors des travaux de voirie de 1837, les habitants de Boisbelle, avaient, semble-t-il, oublié les vertus de l'eau miraculeuse. 

> Heureusement, toujours à la recherche d'un exclusivité, gilblog faisant un tour à la bibliothèque de Bourges exhumait un vieux grimoire poussiéreux. C'était l'ouvrage de l'historien berrichon Louis Berlaud, la "Véridique histoire de la fontaine miraculeuse de Boisbelle" dans son édition originale du 1er avril 1652.


> Durant quelques temps, le site web "Fontaines de France" a cru à ce poisson d'avril et a reproduit ce canular sans procéder à la moindre vérification. Du coup d'autres personnes ont été "victimes" de l'eau miraculeuse. Voici le texte de la lettre de gilblog à Fontaines de France. 

L'histoire de la fontaine miraculeuse de Boisbelle à laquelle vous consacrez une page de votre joli site "Fontaines de France" est publiée sur mon site web  C'est un canular dont je suis l'auteur.
La liste fantaisiste des maladies prétendument guéries par l'eau miraculeuse aurait du vous mettre la puce à l'oreille. Je vous en rappelle quelques unes :
Le choléra fumigène. La bronchite verno-estivale moldo-valaque. Le virus maniaque du Nil occidental. La borréliose du pied gauche. Le charbon Dubois. Le chancre mou et le chancre dur.  La coqueluche de Bourduche. La diphtérie de Veau. La gonococcie à métaux. La gangrène des magasins réunis. Le granulome inguinal nacré. L'impétigo vernaculaire. La légionellose du sable chaud. La leptospirose de Picardie. La listériose mystérieuse. Les tumeurs pileuses, en général. La lymphoréticulose bénigne du Bénin. La méningite rurale. Le pian comptable. Le rouget du porc (érysipéloïde) et de Lisle. La fièvre typhoïde de Mars. La tularémie fassolle. La laryngotrachéite osseuse.
J'avais bien indiqué dans la conclusion la marque du canular en citant  "l'ouvrage de l'historien berrichon Louis Berlaud, la "Véridique histoire de la fontaine miraculeuse de Boisbelle" dans son édition originale du 1er avril 1652".
La source (!) de ce canular est donc 
www.gilblog.fr et non l'Office de tourisme d'Henrichemont, qui est un organisme sérieux et ne fait pas de poissons d'avril.

Voila ce que c'est que de copier sans demander à l'auteur ! 

Il ne reste plus au rédacteur de Fontaines de France qu'une alternative : supprimer cet article, ou le classer dans la page humour ! Avec un lien vers l'original, comme il se doit.
Bien cordialement.


Gilblog La Borne mon village en Berry, est un blog de clocher, un cyberjournal d’expression locale et citoyenne. Dans gilblog, lisez des nouvelles de La Borne et du Berry en mots et en images, pages vues sur le web, citations, dico berrichon, coups de gueule et coups de coeur. Tout ça est éclectique, sans prétention et pas toujours sérieux, mais gilblog est amical avant tout. Gilblog, un site web fait à La Borne et réalisé entièrement à la main sur Mac, avec l'excellent  logiciel SandVox. © Photos Marie Emeret & JP Gilbert. © Textes et dessins JP Gilbert. Cartes postales anciennes: collection JP Gilbert. Vignettes : Dover éditions. Toute image ou contenu relevant du droit d’auteur sera immédiatement retirée en cas de contestation. Les commentaires sont les bienvenus sur ce site. Les avis exprimés ne reflètent pas l'opinion de gilblog, mais celle de leurs auteurs qui en assument l’entière responsabilité. Tout commentaire vulgaire ou injurieux, ne respectant pas les lois françaises, tout billet insultant ou hors sujet, sera automatiquement revu ou rejeté par le modérateur, ainsi que les messages de type SMS et ceux des trolls. Conformément à la loi, votre adresse IP est enregistrée par l'hébergeur.