À la découverte des plantes sauvages comestibles.

balade-saint-ceols-2015

Dimanche 25 octobre, nous avions rendez-vous pour une balade gustative au Prieuré de Saint Céols, par les chemins longeant le vignoble. C’était une visite commentée à la découverte des plantes sauvages comestibles, organisée par l’Office de tourisme des Hautes terres en Berry. Devant le nombre de participants, il a fallu faire deux petits groupes. Gilblog a suivi celui qui était animé par Linda Louis, experte, blogueuse et auteur du livre “L’appel gourmand de la forêt”. L’autre groupe était guidé par Mehdi Callot, un expert lui aussi.

Le bord des chemins et les prairies regorgent de plantes gourmandes comme l'ortie ou le mouron des oiseaux que notre guide nous a appris à reconnaître (une des meilleures salades sauvages, assure-t-elle). Quant à l’ortie, c’est certainement la plante sauvage comestible la plus facile à accommoder et à récolter (avec des gants !). On la cuisine comme l’épinard, on en fait des soupes, des quiches, on la relève avec de l’oseille… Je l’utilise pour le plaisir, ou pour épater des parisiens, et c’est bon.

Le plantain, fait partie des plantes sauvages que Linda Louis nous a montrées. Son goût de noisette et de champignon accommode les pommes de terre ou le riz. Cueilli au stade bouton de fleur, le plantain se confit au vinaigre et remplace les cornichons.

Le pissenlit permet de réaliser des salades délicieusement amères qu’on complète avec des oeufs durs (ou des lardons), des noisettes grillées et du vinaigre balsamique. On peut aussi utiliser les pissenlits pour corser une salade mélangée. Il faut cueillir les feuilles avant la floraison car le pissenlit devient plus amer et corsé après. 

Linda-Louis-balade-200

L’épine noire, ou prunellier, offre aux oiseaux ses épines vigoureuses pour y empaler leurs proies. Aux humains, il offre ses fruits à la saveur astringente. On en fait de l’alcool, du vin de prunelles, d’autres liqueurs et apéritifs, et des confitures.

L’épine blanche ou aubépine, se trouve en lisière des forêts au bord des chemins, ou sur les coteaux sauvages, on la reconnaît à ses petites feuilles d’un vert brillant et à ses fleurs blanches (ou roses), qui apparaissent au printemps pour une courte floraison. Les fruits, nommés cenelles, sont plutôt farineux. Séchées et réduites en poudre, les cenelles, cueillies à l'automne et de préférence après les premières gelées, permettaient autrefois de compléter la farine, ou de la remplacer. On peut en faire des confitures, de la liqueur… 

Ne pas confondre l’aubépine avec l’églantier. En tisane ou en infusion les fruits de l’églantier, les cynorhodons sont de saveur très agréable, ils possèdent une teneur élevée en vitamine C. On en fait de très bonnes confitures. …Et c’est avec cette plante que les farceurs font de la poudre de poil à gratter.

En chemin nous avons aussi découvert les qualités du sureau, le meilleur moment pour récolter et savourer les nèfles. ..…Et j’en oublie.

La balade s’est conclue dans les locaux du Domaine Jacolin, avec dégustation de crottins de Chavignol et de vins de l’appellation Menetou Salon. Une exposition de grandes photos de plantes réalisées par Linda Louis, ornait les murs de belle façon.

> En janvier 2012, gilblog avait fait une page sur le livre excellent de Linda Louis : “L’appel gourmand de la forêt”. Je vous souhaite à tous de le découvrir. Mais notre guide lors de cette jolie balade d’automne ne se cantonne pas aux plantes sauvages. Dans son blog et ses livres, elle met en avant une alimentation respectueuse de la santé et de la nature. Pour elle, manger bien, c'est à la fois manger sagement comme nos ancêtres, donner priorité aux légumes, aux fruits, respecter les saisons, cuisiner à partir de produits bruts. Et aussi choisir les productions locales respectueuses de l'environnement. Manger bien, ce n'est pas simplement remplir son estomac (comme on met de l'essence dans sa voiture pour qu'elle fonctionne, dit-elle !), mais s'interroger sur son alimentation et l'intégrer dans un art de vivre global plus épanouissant.


> Faites un tour sur le site web de Linda Louis, “Cuisine-campagne”. >>> Lien.

> Lire dans gilblog la page “L’appel gourmand de la forêt”, le livre de Linda Louis.  >>> Lien.

Gilblog La Borne mon village en Berry, est un blog de clocher, un cyberjournal d’expression locale et citoyenne. Dans gilblog, lisez des nouvelles de La Borne et du Berry en mots et en images, pages vues sur le web, citations, dico berrichon, coups de gueule et coups de coeur. Tout ça est éclectique, sans prétention et pas toujours sérieux, mais gilblog est amical avant tout. Gilblog, un site web fait à La Borne et réalisé entièrement à la main sur Mac, avec l'excellent  logiciel SandVox. © Photos Marie Emeret & JP Gilbert. © Textes et dessins JP Gilbert. Cartes postales anciennes: collection JP Gilbert. Vignettes : Dover éditions. Toute image ou contenu relevant du droit d’auteur sera immédiatement retirée en cas de contestation. Les commentaires sont les bienvenus sur ce site. Les avis exprimés ne reflètent pas l'opinion de gilblog, mais celle de leurs auteurs qui en assument l’entière responsabilité. Tout commentaire vulgaire ou injurieux, ne respectant pas les lois françaises, tout billet insultant ou hors sujet, sera automatiquement revu ou rejeté par le modérateur, ainsi que les messages de type SMS et ceux des trolls. Conformément à la loi, votre adresse IP est enregistrée par l'hébergeur.