L'internet aux mains des pouvoirs ?

SteliosKouloglou

Le député grec (Gauche unitaire européenne), journaliste et réalisateur de télévision Stélios Kouloglou, qui faisait partie d’une délégation de parlementaires européens se rendant aux États-Unis, s’est vu refuser il y a quelques semaines l’entrée du territoire américain. Motif : ses documentaires sur la politique américaine ne plaisent pas à Washington. Sommé de s’expliquer sur ses refus successifs, face à des demandes venant aussi des institutions européennes, le gouvernement états-unien a lâché le morceau le 11 décembre en informant le député grec et le Parlement européen du motif de son refus : “terrorisme” !

“J’ai donc enfin appris que j’étais suspecté de pouvoir effectuer un détournement d’avion, et que j’étais accusé de soutenir des organisations terroristes”, explique Stélios Kouloglou, démentant totalement, et en souriant, les allégations farfelues de l’administration américaine. 
On aura deviné que cette “analyse” pleine de finesse vient de la CIA (ou d’un autre service), fondée sur la lecture du compte Facebook de Stélios Kouloglou, de son site web, d’écoutes et d’interception de correspondance, comme fait la NSA .

En vertu de quoi, si les choses vont à ce train, le blog ou le site web de Kouloglou seront bientôt censurés par son fournisseur d'accès internet et sa page Facebook sera fermée, les recherches sur son nom dans Google n’aboutiront plus…. 
Voila ce qui guette monsieur Kouloglou, et qui nous guette aussi, vous et moi. Non ?! Mais si ! Si nous laissons faire.  Allez, j’vous explique et je développe… 

> Rappelons tout d’abord, que l’Internet n’est pas seulement une espèce de réseau électronique réservé à quelques initiés. L’internet c’est maintenant l’Agora du monde, le lieu où des millions de personnes s’informent, discutent, s’expriment, achètent etc. 


La fin de la “neutralité du net”, c’est la privatisation d'un réseau public.

10806053956 1745bb3090 b

Commençons par la “neutralité du net”, un terme qui mérite une courte explication. La décision de Ajit Pai nouveau président de la Commission fédérale des communications états-unienne (FCC) voulu par Trump, met fin au traitement des services Internet comme service public, ce qui permet désormais aux monopoles Internet états-uniens de moduler les débits, d’établir des tarifs plus élevés et d’augmenter leurs profits. En un mot, c’est la privatisation d’un réseau commun. Cela leur permet aussi de bloquer, de limiter ou d’augmenter le trafic Internet à volonté. Cela les autorise à leur guise, ou sur injonction gouvernementale, à bloquer ou à limiter l’accès à des sites Web. Comme WikiLeaks, et d’autres sources d’informations critiques, comme les réseaux de partage de fichiers peer to peer pair-à-pair (P2P), utilisés par des organes de presse pour contourner la censure…
Au début de 2017, constatant la baisse de son trafic, le “World Socialist Web Site” a été le premier à sonner l’alarme à sujet de la censure d’Internet par Google, qui avait arbitrairement classé les pages du site en dernière position des recherches, exerçant ainsi une censure politique. Depuis, d’autres sites se sont déclarés victimes des mêmes manipulations.

Mais en France, la neutralité du net est protégée par une autre réglementation, direz vous. Oui, tant que les géants français de l’internet et les fournisseurs d’accès ne demanderont pas à bénéficier des mêmes conditions que leurs confrères des USA, au nom de la libre concurrence mondialisée. Tant qu’un nouvel accord commercial avec l’Europe ne le permet pas. Tant qu’un gouvernement… 


Google, Facebook, instruments de censure ? Ça commence…

pourquoi-proteger-sa-vie-privee-sur-internet-surveillance-web

Tandis que Google, prétend hypocritement “organiser l’information du monde et la rendre universellement accessible et utile”, en censurant au passage ceux qui déplaisent, Facebook, prétend “rapprocher le monde” en connectant les gens. Chaque jour, plus d’un milliard de personnes utilisent ces services comme s’ils échappaient aux pressions politiques autant que leurs maisons mères échappent à leurs obligations fiscales ! Comme si la NSA n’avait pas accès à tout ce qu’elle veut, comme si Google n’avait pas été financé dès ses débuts par la société d’investissements à capital-risque, In-Q-Tel créée par la CIA pour contrôler les start-ups prometteuses dans les domaines utiles aux agences de renseignement et à la lutte contre le terrorisme…. 
Récemment, Facebook a censuré Alain Soral. Le 13 décembre dernier, la page publique du polémiste d’extrême droite et celle de son association Egalité et Réconciliation ont été virés du réseau social. Sur ordre de qui ? Si on n’a aucune sympathie pour les idées d’Alain Soral, force est de constater que Facebook a commis un véritable attentat contre la liberté d’expression ! Et vu le climat actuel, on peut redouter qu’il se renouvelle…


Tartuffe et Matamore contre les fake news. 

1-emmanuel-macron-3-janvier-2018

Et maintenant, les “fake news”. Comprenez : les nouvelles ou les opinions qui ne sont pas en ligne avec la propagande communication du gouvernement. Emmanuel Macron vient d’annoncer la préparation d’une loi pour les punir. 

La critique quotidienne des médias sociaux et de l’internet dans les médias, accusés des pires maux, l’évocation des fake news (comme si les journaux n’en avaient jamais publié), des rumeurs, des conspirationistes, c’est finalement contester le droit à s’exprimer et la liberté de pensée.
Mais ne s'agit-il pas d'une opération d'intimidation contre la libre expression, qui s’inscrit dans le cadre des manœuvres de limitation de l’internet que je viens de décrire... ? 

Lors de sa conférence de presse adressée aux journalistes, Emmanuel Macron a proclamé vouloir lutter conte les “fake news” et la propagande russe. Mais les personnalités politiques qui font des déclarations inexactes ou de basse propagande ne sont pas concernées, et les soutiens de la politique états-unienne ou israélienne ? Emmanuel Macron les fera-t-il entrer dans le champ de sa nouvelle loi ?  Et les politiciens, élus ou pas, qui claironnent des statistiques fausses et des exemples bidon pris à l'étranger - seront-ils punis ? Et les fèques niouzes des journaux télévisés ? Les propos du président n’en disent rien….. Alors les fausses nouvelles des uns à la télé seraient autorisées, et pas les fausses nouvelles des autres sur les réseaux sociaux ? 

“En cas de propagation d’une fausse nouvelle, il sera possible de saisir le juge à travers une nouvelle action en référé permettant le cas échéant de supprimer le contenu mis en cause, de déréférencer le site, de fermer le compte utilisateur concerné, voire de bloquer l’accès au site Internet.” a annoncé Emmanuel Macron.

Ainsi, nous serions surveillés et plus libres de nos paroles, si elles ne sont pas “politiquement correctes”, ou si un de nos propos un peu vif, est qualifié de potentiellement “terroriste” par un fonctionnaire à l’esprit obtus ? Et pourquoi pas écouter nos conversations au boulot, au café, dans la rue ?

Ainsi, on donnerait la responsabilité à l’État ou à la justice de dire ce qui est vrai et ce qui est faux. Et comment feraient-ils ce miracle ? Et quelle prétention : deux siècles après, on ne sait toujours pas si Napoléon a été assassiné ! Ajoutons que les vérités d’État sont une caractéristique des dictatures... Est-ce cela que veut monsieur Macron ?

fakenews-azteques

Mais à quoi bon légiférer encore sur la liberté de la presse quand la loi existante a déjà tout prévu (ce que sait parfaitement le président de la République) ? 

Rappelons l’article 27 de la loi codifiant la liberté de la presse, héritée de la loi de juillet 1881: 
“La publication, la diffusion ou la reproduction, par quelque moyen que ce soit, de nouvelles fausses, de pièces fabriquées, falsifiées ou mensongèrement attribuées à des tiers lorsque, faite de mauvaise foi, elle aura troublé la paix publique, ou aura été susceptible de la troubler, sera punie d’une amende de 45 000 euros. 
Les mêmes faits seront punis de 135 000 euros d’amende, lorsque la publication, la diffusion ou la reproduction faite de mauvaise foi sera de nature à ébranler la discipline ou le moral des armées ou à entraver l’effort de guerre de la Nation”.

Au contraire de cela, le Conseil constitutionnel (dans une décision du 10 juin 2009), estime que la protection constitutionnelle de la liberté de communication et d’expression s’applique à Internet compte tenu du rôle croissant que joue ce média dans l’accès du citoyen à l’information. Il souligne qu’Internet permet également, à travers la messagerie électronique, les réseaux sociaux, les blogs et autres forums de discussion, d’exercer sa liberté d’expression et de contribuer à la diffusion de l’information et de participer à la circulation et à l’échange d’idées et d’opinions. 

En résumé, l’annonce d’Emmanuel Macron a tout d’une propagande grossière, elle est indigne d'un élu de la République. À moins qu’il ait vraiment l’intention de mettre son projet à exécution (et alors, nous ne serions plus en République) ?


Si nous voulons rester tous Charlie…

1-Tais-toi-3

Tentative de privatisation de l’Internet, censure à la demande, loi limitant la libre expression, on voit commencer des manœuvres convergentes pas sympathiques du tout. Soyons lucides, grâce à Snowden, Wikileaks et d’autres, nous savons que l’internet est devenu un réseau de surveillance, mais il reste encore un réseau ou circulent l’information, la connaissance, la libre opinion, ce n’est pas seulement un vulgaire hyper marché mondialisé. 
Mais, les exemples le démontrent, pas après pas, certains voudraient en faire un instrument de pouvoir.

Défendre l’Internet libre et ouvert c’est défendre la liberté d’opinion et d’expression contre la domination des gouvernements alliés aux groupes économiques et financiers qui pèsent sur la société et la politique. Les monopoles des télécommunications, les sociétés géantes de l’internet, doivent être considérées comme des services publics, fondés sur le besoin social et non sur le profit. L’accès à Internet est un droit fondamental, qui doit être librement accessible à tous, sans l’ingérence des entreprises ou de l’État.

Bref, si nous voulons rester tous Charlie, ne laissons pas des charlots faire ce qu’ils veulent !


> Sources. Le député Européen Stelios Koulouglou interdit d’entrée aux USA. >>> Lien.  
Comment la CIA créa Google,  par Nafeez Ahmed, ancien journaliste au Guardian. >>> Lien.  
Une loi visant à lutter contre les “fake news” est inconstitutionnelle. AgoraVox. >>> Lien. 
La fin de la neutralité du Net. World socialist website. >>> Lien. 
> Lire aussi dans gilblog.   “Fake news” ou fausses nouvelles ? >>> Lien.

Gilblog La Borne mon village en Berry, est un blog de clocher, un cyberjournal d’expression locale et citoyenne. Dans gilblog, lisez des nouvelles de La Borne et du Berry en mots et en images, pages vues sur le web, citations, dico berrichon, coups de gueule et coups de coeur. Tout ça est éclectique, sans prétention et pas toujours sérieux, mais gilblog est amical avant tout. Gilblog, un site web fait à La Borne et réalisé entièrement à la main sur Mac, avec l'excellent  logiciel SandVox. © Photos Marie Emeret & JP Gilbert. © Textes et dessins JP Gilbert. Cartes postales anciennes: collection JP Gilbert. Vignettes : Dover éditions. Toute image ou contenu relevant du droit d’auteur sera immédiatement retirée en cas de contestation. Les commentaires sont les bienvenus sur ce site. Les avis exprimés ne reflètent pas l'opinion de gilblog, mais celle de leurs auteurs qui en assument l’entière responsabilité. Tout commentaire vulgaire ou injurieux, ne respectant pas les lois françaises, tout billet insultant ou hors sujet, sera automatiquement revu ou rejeté par le modérateur, ainsi que les messages de type SMS et ceux des trolls. Conformément à la loi, votre adresse IP est enregistrée par l'hébergeur.