Non à l'anglo-américain envahissant !

oncle-sam-speak-english - copie

Low cost, footing, brain storming, sweat shirt (certains disent même sweet shirt), debriefing, light, hashtagg, community manager, marketing, black, dispatcher, buzz, email, timing, drastic (alors que drastique existe), deficit day, prime time, think tank, star, looser, winner, shopping, warning, dealer, fun, challenger, gay, basic, mail art, on line, chat, talk, tuning, ou encore newsletter… Les anglicismes et avec eux le snobisme, la futilité, le mimétisme ont contaminé les médias, la publicité, l'industrie, les cadres, les bobos ...et les beaufs.

Les anglicismes sont de plus en plus envahissants dans les médias : chansons de variétés en anglo-américain, chansons en anglais accompagnant les publicités (ça sert à quoi, on n'y comprend rien). Feuilletons américains sur toutes les chaînes télé de la TNT à toute heure du jour et de la nuit (si bien qu'on ne reconnaît plus son quartier en sortant de chez soi), rubriques people consacrées aux vedettes américaines (on n'a plus d'actrices ni d'acteurs talentueux ou sexy en France ?). Slogans publicitaires en anglais (Nespresso what else ?). Magasins aux enseignes en anglais, films avec des titres en anglais. Chanteurs qui croient nécessaire de faire avec la bouche des sons qui ressemblent à de l'anglais. Modes importées des USA....  Si vous voulez y passer beaucoup (beaucoup !) de temps et vous énerver, prenez un gros cahier et notez tous les exemples de cette invasion.

Autres cas (relevés par Michel Volle), les enseignes : The Phone House, Be Ice Be, Blue Attitude, Box Office, CAF Distribution Baxter, Hispano Jean’s, Italian Fashion France, My Moon, Shooter-Spinash, Trust Police Company City, Work Products … Et les entreprises, par exemple France Telecom (écrit à l'anglaise sans accent) qui baptise ses produits : Banque Postale Asset Management, Business Everywhere, Business Internet Office, Business Talk IP Centrex, Flotte on Line, Livebox, Orange Business Services, Transfer Mail… La SNCF ne fait pas mieux avec "Wanted, à la recherche des wagons perdus".

Attention ! L'utilisation de cette langue pénètre notre culture, qui du même commence à dégénérer. L’utilisation, même involontaire, du franglais et autres anglicismes porte en germe la disparition de notre culture et de nos valeurs. Derrière chaque mot anglo-américain employé par un journaliste, il y a un message, un sens ignoré de celui qui l'emploie ou qui l'écoute, une adhésion involontaire à la culture anglo-américaine (et à l’idéologie hégémonique libérale états-unienne).

Pour Michel Volle, "c'est de la méchanceté, du mépris envers le Français moyen. Il s'agit de le convaincre qu'il n'est qu'un plouc, qu'un attardé et que seuls sont dans le coup les malins qui parlent, ou font semblant de parler, l'anglais".

Interrogé le 20 octobre 2013 par un journaliste de La dépêche.fr (site web de "La dépêche du midi"), le philosophe Michel Serres,  excédé, lance un appel pour faire la grève de l'anglais. "Ce que je voudrais moi, c’est inviter les Français à faire la grève : chaque fois qu’une publicité sera en anglais on n’achète pas le produit, chaque fois qu’un film ne sera pas traduit dans le titre, on ne rentrera pas dans la salle de cinéma. On ne rentre pas dans un shop, on entrera dans une boutique. Et dès lors que les publicitaires et les commerçants auront 10 % de moins de chiffre d’affaires, ne vous en faites pas, ils reviendront au Français. La classe dominante n’a jamais parlé la même langue que le peuple. Autrefois ils parlaient latin et nous, on parlait français. Maintenant la classe dominante parle anglais et le français est devenu la langue des pauvres ; et moi je défends la langue des pauvres. Voilà, c’est pour ça que je demande qu’on fasse la grève. J’en ai marre que la SNCF nous fasse des "s'miles", j’en ai plein le dos de cette affaire. Je suis d’accord qu’il y ait une langue de communication, il y en a toujours eu une. Autant ce genre de choses commence à mettre la langue française en péril et c’est dramatique. Il y a plus de mots anglais sur les murs de Toulouse qu’il y avait de mots allemands pendant l’occupation. Par conséquent qui sont les collabos ?"

La France est-elle devenue une colonie, dirigée par une caste médiatique (et politique) qui se complaît dans la servilité au business états-unien ? Et qu'est ce que ça sera avec le "Grand marché transatlantique" où le droit des États Unis dominera le droit européen et français ? Les médiacrates, les hommes d'affaires et les politiciens ont-ils fait tout bonnement le choix de faire de la France une colonie de l'empire états-unien? 

Au contraire, résister à la mode ridicule de l'anglais, vouloir que l'on parle français dans les médias, les entreprises françaises, ce n'est pas faire preuve de je ne sais quel nationalisme, c'est faire en sorte que tout le monde puisse comprendre quand on se parle, c'est avoir le respect d'autrui, le respect de notre culture, c'est donc défendre la démocratie (pour résumer Michel Volle).

Et qu'on ne dise pas que ces lignes sont écrites contre les états-uniens. Je sais que Steinbeck, Updike, Springsteen ou Lady Gaga, n'ont jamais voulu imposer quoi que ce soit aux français, et que nos amis de là bas ne veulent rien nous imposer non plus. Nous ne confondons pas le business avide des multinationales avec l'intelligence et les bonnes manières.


> Sources : Site de Michel Volle "marre de l'anglais". >>>Lien.

Michel Serre "La grève de l'anglais". >>> Lien.

Gilblog La Borne mon village en Berry, est un blog de clocher, un cyberjournal d’expression locale et citoyenne. Dans gilblog, lisez des nouvelles de La Borne et du Berry en mots et en images, pages vues sur le web, citations, dico berrichon, coups de gueule et coups de coeur. Tout ça est éclectique, sans prétention et pas toujours sérieux, mais gilblog est amical avant tout. Gilblog, un site web fait à La Borne et réalisé entièrement à la main sur Mac, avec l'excellent  logiciel SandVox. © Photos Marie Emeret & JP Gilbert. © Textes et dessins JP Gilbert. Cartes postales anciennes: collection JP Gilbert. Vignettes : Dover éditions. Toute image ou contenu relevant du droit d’auteur sera immédiatement retirée en cas de contestation. Les commentaires sont les bienvenus sur ce site. Les avis exprimés ne reflètent pas l'opinion de gilblog, mais celle de leurs auteurs qui en assument l’entière responsabilité. Tout commentaire vulgaire ou injurieux, ne respectant pas les lois françaises, tout billet insultant ou hors sujet, sera automatiquement revu ou rejeté par le modérateur, ainsi que les messages de type SMS et ceux des trolls. Conformément à la loi, votre adresse IP est enregistrée par l'hébergeur.