C’est la semaine de la langue française : les ministres parlent anglais ! 

Franglais-Francais modifié-1

Video-Flexgrid, Smile, et You & Grid sont trois projets de “réseaux électriques intelligents” présentés par trois Régions et que Emmanuel Macron et Ségolène Royal viennent d’approuver officiellement. Mais ils n’ont pas jugé utile de le dire en Français aux français. Car la langue qu’ils parlent entre eux est l’anglais, à moins que ce soit le “franglais”, qu’on nomme aussi “globish”. Et Ségolène Royal et Emmanuel Macron ont choisi la Semaine de la langue française et de la francophonie 2016 pour faire cette annonce ! Le niveau s’élève…. À quand le conseil des ministres en anglais ? 

En France on constate avec effarement, puis c’est devenu presque une habitude, que nos “élites” économiques et politiques, les spécialistes de la communication,  de très (trop) nombreux journalistes de télévision et de radio, et même certains intellectuels, s’acharnent à utiliser le sabir anglo-saxon, et surtout là où il ne sert à rien. Comme si le Français était devenu un dialecte, comme si nous étions colonisés par des esprits supérieurs anglo-saxons, comme si nous avions besoin de nous faire comprendre d’eux.… Est-ce du snobisme ou de la servilité ? Ou les deux à la fois ?

Et il n’y a pas que le globish, il y a aussi l’anglais rampant : des anglicismes qui non seulement polluent la langue, mais qui entraînent des confusions idiotes et dangeureuse. Quand on dit désormais de quelqu’un qu'il est gai, on ne sait plus s’il est gai, c’est-à-dire joyeux, ou s’il est gay, c'est-à-dire homosexuel ! Dans son Abécédaire du néo-crétinisme, Ricoxy en a relevé une tonne, j’en ferai une sélection un de ces jours pour les gilblogueuses et les gilblogueurs. 

En attendant, voici un échantillon de mots de sabir anglo-saxon les plus utilisés dans les médias, que le quotidien Le Figaro vient d’épingler. 


Backstage. On peut dire “coulisses” pour raconter ce qui se passe derrière le rideau sans reprendre ce terme anglo-saxon.

Bankable. Les snobs ont oublié, ou n’ont jamais su, que “bancable” existe en français depuis 1877 ! Mais pour éviter toute confusion orthographique, laissons le tomber pour utiliser le mot “rentable”, c’est tellement plus clair !

Bashing. Si vous voulez calomnier, décrier, dénigrer, déprécier, diffamer, discréditer, médire, rabaisser, rudoyer, vilipender ou ternir la réputation de quelqu’un, dites le en Français, il y a le choix.

Burn-out. Ce symptôme débarque directement des États-Unis et vient d’être repris en France. Mais le surmenage ou “syndrome d'épuisement professionnel” était déjà là.

Check. Au lieu d'utiliser sans arrêt ce mot, on ferait mieux de dire “vérifier“ et “contrôler”. Rien à voir avec l'échec, racine étymologique de check (ils n’ont rien inventé).

Anglais-obligatoire-2

Deadline. Pendant la guerre de Sécession, “La ligne de la mort” était dans les camps de prisonniers états-uniens la barrière à ne pas franchir sous peine d’être abattu. Reprise en 1913 dans les rédactions des journaux, elle indiquait le délai à respecter impérativement par les journalistes. Nous, nous avons délai, limite  et date butoir.

Flyer. Issu du verbe fly (voler), ce mot est inutile. Alors que les prospectus et autres tracts existent depuis longtemps chez nous, mieux vaut laisser tomber le terme anglais au profit du français (mais ne pas jeter sur la voie publique).

Hashtag. Anglicisme envahissant et moche dont certains présentateurs et journalistes de télévision semblent se délecter. Il est composé de "hash" qui signifie "dièse" et "tag" qui signifie “balise”. Ce mot-clé précédé du signe # est utilisé dans les micromessages. Mais c’est tellement plus joli de dire “mot-clic”, ou “mot clé”.

Name dropping. Cet anglicisme est l'un des plus snobs du répertoire. Il ne sert en effet qu'à se faire remarquer de ses interlocuteurs en citant négligemment un nom connu de tous. Mieux vaut employer un autre stratagème pour faire de l’épate.

Pitch. Ce terme recouvre dix-sept sens différents dans l'Oxford English Dictionnary, nos journalistes prétentieux le savent-ils ? En Français, on peut résumer l'intrigue du roman ou du film.

Stand-by. Signifie “se tenir à côté”. Il est utilisée à tort et à travers, alors qu’il suffit de dire “en attente” au lieu de ce mot globish !

Bref, parlons mieux, parlons Français !


> Pétition de “Défense de la langue française” au ministre de la Culture. L’anglo-américanisation à outrance de notre langue, de notre pays et de notre télévision ça suffit !  La France mérite mieux !  >>> Lien. 

Gilblog La Borne mon village en Berry, est un blog de clocher, un cyberjournal d’expression locale et citoyenne. Dans gilblog, lisez des nouvelles de La Borne et du Berry en mots et en images, pages vues sur le web, citations, dico berrichon, coups de gueule et coups de coeur. Tout ça est éclectique, sans prétention et pas toujours sérieux, mais gilblog est amical avant tout. Gilblog, un site web fait à La Borne et réalisé entièrement à la main sur Mac, avec l'excellent  logiciel SandVox. © Photos Marie Emeret & JP Gilbert. © Textes et dessins JP Gilbert. Cartes postales anciennes: collection JP Gilbert. Vignettes : Dover éditions. Toute image ou contenu relevant du droit d’auteur sera immédiatement retirée en cas de contestation. Les commentaires sont les bienvenus sur ce site. Les avis exprimés ne reflètent pas l'opinion de gilblog, mais celle de leurs auteurs qui en assument l’entière responsabilité. Tout commentaire vulgaire ou injurieux, ne respectant pas les lois françaises, tout billet insultant ou hors sujet, sera automatiquement revu ou rejeté par le modérateur, ainsi que les messages de type SMS et ceux des trolls. Conformément à la loi, votre adresse IP est enregistrée par l'hébergeur.