Félix Pyat, un grand homme berrichon, et une vie romanesque.

Illustrations, de haut en bas.

Portrait de Félix Pyat.

Le livre de Michel Colombet.

Michel Colombet.

Caricature de Félix Pyat.

Certains croient que le Berry n'a comme gloires que Jacques Coeur et George Sand. Mais notre province a donné le jour bien d'autres personnalités, notamment au dix neuvième siècle, si riche de bouleversements et de créations. Félix Pyat en fait partie.


Félix Pyat, journaliste et créateur de plusieurs journaux, auteur de théâtre à succès, tribun brillant et passionné, homme politique d'une fidélité exemplaire à ses convictions (il vivra trente ans d'exil), condamné à la déportation, à vingt neuf ans de prison, cinq ans de surveillance et dix ans d’interdiction. Quand il est clandestin, il échappe à la police en se déguisant, bref, la vie de Félix Pyat pourrait être le sujet d'un film d'aventures, plein de passion et de rebondissements ! Il fut sans conteste un personnage romantique et exceptionnel dont la stature fait honneur au Berry. Pourtant, hormis la publication d'une de ses oeuvres théâtrales en 2010 (Le médecin de Néron) et l'ouvrage de Guy Sabatier consacré à ses oeuvres dramatiques (en 1999), aucun ouvrage récent n'était consacré à Félix Pyat. Heureusement, un livre, présenté au Salon du livre d'histoire de Bourges comble ce vide. 


"Félix Pyat, révolutionnaire berrichon" de Michel Colombet, est un récit historique documenté et foisonnant. L'auteur déclare avec modestie qu'il n'est pas historien, mais il nous conte la vie de Félix Pyat (1810-1889) dans son siècle à la manière d'un journaliste, avec les événements auxquels il participe, les innombrables artistes et hommes politiques qu'il côtoie (Victor Hugo, Jules Sandeau, George Sand, Eugène Sue, Marx, Balzac, Michel de Bourges, Jules Grévy, Édouard Vaillant...). Parfois Michel Colombet recrée un dialogue, décrit des détails de la vie quotidienne et du décor, situe une étape de la vie de Pyat parmi les événements du moment, ou donne quelques citations bien choisies. Ce livre n'est peut être pas un livre d'historien, mais c'est un récit dans l'histoire écrit dans une langue claire et simple, sans effets de style ni vocabulaire pédant. En lisant la vie de Félix Pyat, les lecteurs berrichons (et tous les autres) feront connaissance avec une grande figure du dix neuvième siècle artistique et politique, et feront une plongée vivifiante dans l'histoire.


> Un résumé (très bref), du parcours de Félix Pyat. Naissance en 1810. Études secondaires brillantes dans le Cher. Diplômé de la Faculté de Droit de la Sorbonne et reçu avocat en 1831. Participe aux "trois glorieuses" de 1830. Journaliste et auteur dramatique, sept pièces jouées entre 1832 et 1847. Après la révolution de 1848, il est commissaire de la République dans le Cher. Les berrichons l'élisent à l'Assemblée constituante de 1848, où il fait, en septembre, un remarquable discours sur le droit au travail. En 1849, il est reconduit dans l'Assemblée législative. En exil à Londres, il  fonde le parti "La commune révolutionnaire" et publie et diffuse de nombreux textes politiques et de théâtre. Après la proclamation de la République le 4 septembre 1870, il rentre en France et fonde un journal. Le 8 février 1871, il est élu à l'Assemblée nationale. En février 1871, il fonde un nouveau journal. Le 26 mars, Félix Pyat est élu au Conseil de la Commune. Il fait partie de la Commission exécutive, de celle des Finances et du Comité de Salut public. Après la répression de la Commune, nouvel exil à Londres. Il revient en France après l'amnistie de 1880. Il est élu sénateur du Cher en 1887 puis député des Bouches-du-Rhône en 1888. Il meurt l'année suivante, en 1889.


> Félix Pyat auteur dramatique. La plupart de ses pièces, causèrent une vive émotion, aussi bien par les sujets (le peuple et sa condition, métaphores politiques) que par la forme vigoureuse, pimentée de traits satiriques, visant à l’effet théâtral ou mélodramatique, mais d'une originalité réelle et saluées par la critique. Certaines représentations furent interdites par la censure de l'époque.

Une révolution d'autrefois, ou les Romains chez eux. Théâtre de l'Odéon 1832.

Le Brigand et le philosophe.  Théâtre de la Porte-Saint-Martin 1834

Ango. Théâtre de l'Ambigu-Comique. 1835

Les Deux Serruriers.  Théâtre de la Porte Saint-Martin. 1841

Cédric-le-Norwégien.  Théâtre de l'Odéon. 1842

Mathilde. Écrit avec avec Eugène Sue.Théâtre de la Porte Saint-Martin. 1842

Diogène,  Théâtre de l'Odéon, 1846

Le Chiffonnier de Paris. Théâtre de la Porte Saint-Martin. 1847

L'Homme de peine. Théâtre de l'Ambigu-Comique. 1885.


> Ses nombreuses brochures et articles parus dans de nombreux journaux, sont pour les historiens de riches témoignages pour connaître l'histoire politique et le  mouvement ouvrier au XIXe siècle.

> Pyat avait un caractère entier, et sans doute autant d'amis que d'adversaires, et de personnes rebutées par ses déclarations enflammées ou théâtrales. Marx n’appréciait pas ses “effets de théâtre”. En 1848, il s'était battu en duel avec Proudhon. 


> Un moment fort parmi d'autres dans la vie de Pyat, le discours sur le droit au travail. 

Le 2 novembre 1848, le député Félix Pyat propose d'ajouter au chapitre VIII du préambule de la Constitution la formule suivante : "La République doit protéger le citoyen dans sa personne, sa famille, sa religion, son droit de propriété et son droit au travail." Dans un discours très fréquemment interrompu par les conservateurs (majoritaires), il défend son amendement: "Citoyens, le vieux monde, qui pivotait sur l'injustice et la force, a toujours tenu le travail en mépris et en haine, le regardant comme un mal et une honte, comme un signe de dégradation et de châtiment réservé aux inférieurs et aux vaincus, attentatoire enfin à la dignité et à la souveraineté de l'homme libre. M. de Montalembert l'a appelé une peine, M. Guizot l'a appelé un frein, et nous, nous l'appelons un droit". Encore une formule de Félix Pyat : "Le droit au travail, c'est le droit de vivre en travaillant". 


Félix Pyat, en somme, une personnalité très moderne...


> "Félix Pyat, révolutionnaire berrichon", récit historique de Michel Colombet. 

Un livre broché, 216 pages, format 15X21 centimètres. 

Dix pages d'illustrations à la fin de l'ouvrage.

Prix 16,50 €

Éditions Bénévent. 04 93 26 66 53. Boite postale 4049. 06301 Nice cedex 4

En vente à librairie La Poterne à Bourges

Gilblog La Borne mon village en Berry, est un blog de clocher, un cyberjournal d’expression locale et citoyenne. Dans gilblog, lisez des nouvelles de La Borne et du Berry en mots et en images, pages vues sur le web, citations, dico berrichon, coups de gueule et coups de coeur. Tout ça est éclectique, sans prétention et pas toujours sérieux, mais gilblog est amical avant tout. Gilblog, un site web fait à La Borne et réalisé entièrement à la main sur Mac, avec l'excellent  logiciel SandVox. © Photos Marie Emeret & JP Gilbert. © Textes et dessins JP Gilbert. Cartes postales anciennes: collection JP Gilbert. Vignettes : Dover éditions. Toute image ou contenu relevant du droit d’auteur sera immédiatement retirée en cas de contestation. Les commentaires sont les bienvenus sur ce site. Les avis exprimés ne reflètent pas l'opinion de gilblog, mais celle de leurs auteurs qui en assument l’entière responsabilité. Tout commentaire vulgaire ou injurieux, ne respectant pas les lois françaises, tout billet insultant ou hors sujet, sera automatiquement revu ou rejeté par le modérateur, ainsi que les messages de type SMS et ceux des trolls. Conformément à la loi, votre adresse IP est enregistrée par l'hébergeur.