“Berlaudiau". Par Jacques Martel.

Jacques-Martel-profil-2


Jacques Martel, né à Léré en 1877 a été un chansonnier célèbre dans les cabarets montmartrois, à la radio et au disque, entre les deux guerres. Ses textes en parler berrichon savoureux et son humour ont fait sa renommée. Mais Jacques Martel fut aussi éditeur, homme de théâtre, parolier de chansons apprécié d’un large public. Gilblog lui consacrera prochainement une page. En attendant, voici une histoire de Berlaudiau rimée à sa façon.


C'est un drôl' de temps qu' n'on travarse. 

Moi, j' vous l'dis, tout en mainprisant 

Les inventions qu'ont tué l'commarce 

Pis les biaux jours du paysan. 


V'là quarante ans, pour vende yeux bêtes, 

Les vieux qu' avaient toujours l' bâton, 

Les sabiots ferrés pis les guêtes ... 

I's couraient les foir's du canton. 


Mais, tout ça, l' marchandag', l'aubarge, 

Les chopin's ... ce v'là rogné court, 

D'pis que l' boucher qu'a pris du large 

I' vint qu' ri' l'bétail dans la cour. 


Dam' ! Ça vaut pas les louées d'Sologne 

L'où qu'on rentrait l'soir un peu saoûl ... 

Mais, y a des mouments, l’ diab' me cogne, 

Qui font ri' sans qu' ça coûte un sou. 


L’aut' semaine, y avait l'grous Thiophile, 

Un bon gâs, malgré qu' Morvandiau, 

Qui prom'nait son automobile 

Dans l' village, à l'affût d'un viau. 


Tout neu' dans l'pays, d'pis ène heure; 

I' charchait l'vendeux... “Crê bon d'lâ.! 

J' vou rais ben savoir l'où qu'i' d'meure, 

En fin d' compte, c'Berlaudiau-là ! 


On voit soment parsoun' qui passe, 

A qui d’mander" .... Mais, dret su' l' pont, 

II avise ên' fumell' ben grasse ... 

“Hé ! la p'tit' mée !” - “Quoi ?”, qu'a répond. 


J'dois vous di' qu' ç'atait la Fleurine 

Qu'a d' la gueul' par diors presque autant 

Que d' l'agrément sous la cortine ... 

I la r'garde d'un p'tit air content : 


“Vouallez ben m' renseigner, j' m'en doute, 

J'vas cheux Berlaudiau ... n'on m'a dit : 

La derniée maison l'long d'la route ... 

Paraît qu'on l' trouv' su' l' coup d’midi”.


“Cheux Berlaudiau ?” qu' fait la gaillarde, 

“C'est qu'yen a deux .... Anqu' vout' tap'-cu', 

Vous vais-t'i' cheux Berlaudiau l'garde, 

Ou ben cheux Berlaudiau l'cocu ?”


Coumm' l'aute a restait su' l' qui-vive, 

V'la mon boucher qui s' tâte l' pouls : “Cheux l'cocu, j' crés” ... 

“Ben ! Y a qu'à m'suive 

Si c'est cheux l'cocu, c'est cheux nous !”


> Si le sens d’un mot vous échappe, vous le trouverez dans le Glossaire du parler berrichon de gilblog. >>> Lien.

Gilblog La Borne mon village en Berry, est un blog de clocher, un cyberjournal d’expression locale et citoyenne. Dans gilblog, lisez des nouvelles de La Borne et du Berry en mots et en images, pages vues sur le web, citations, dico berrichon, coups de gueule et coups de coeur. Tout ça est éclectique, sans prétention et pas toujours sérieux, mais gilblog est amical avant tout. Gilblog, un site web fait à La Borne et réalisé entièrement à la main sur Mac, avec l'excellent  logiciel SandVox. © Photos Marie Emeret & JP Gilbert. © Textes et dessins JP Gilbert. Cartes postales anciennes: collection JP Gilbert. Vignettes : Dover éditions. Toute image ou contenu relevant du droit d’auteur sera immédiatement retirée en cas de contestation. Les commentaires sont les bienvenus sur ce site. Les avis exprimés ne reflètent pas l'opinion de gilblog, mais celle de leurs auteurs qui en assument l’entière responsabilité. Tout commentaire vulgaire ou injurieux, ne respectant pas les lois françaises, tout billet insultant ou hors sujet, sera automatiquement revu ou rejeté par le modérateur, ainsi que les messages de type SMS et ceux des trolls. Conformément à la loi, votre adresse IP est enregistrée par l'hébergeur.