Un site d’engraissement de 1200 bovins dans le Cher ?

EnquetePublique-St-Georges-2016-09-24

Un site d’engraissement de 1 200 bovins dans le Cher ? En septembre dernier, l’Association de veille environnementale du Cher (AVEC) a déposé un dossier de réponse à l’enquête publique concernant ce projet. L’enquête publique close le 24 septembre concerne une demande de régularisation (de 700 à 1 000 bovins) et d’extension d’un site d’engraissement à 1 200 bovins sur la commune de Saint Georges sur Moulon, près de Bourges.

S’adressant au commissaire enquêteur, l’association a notamment conclu qu’on ne peut donner approbation et que ce projet aurait dû présenter “un haut niveau de responsabilité exigé par le gigantisme du site d’engraissement”.
Dans un courrier aux pouvoirs publics, l’Avec souligne “la dramatique vacuité de ce dossier, ses incohérences, ses insuffisances caractérisées, ses erreurs ou ses omissions. Avec son information tronquée, ce dossier est le reflet des dangers environnementaux qui nous attendent, surtout au regard du rapport publié le mercredi 14 septembre 2016 par le groupe de travail “normes agricoles” de la commission des affaires économiques du Sénat.
En autorisant l’extension de ce type d’exploitation sur simple présentation d'un dossier dramatiquement vide, et en laissant se développer une telle exploitation sans contrôle de la part d’administrations passives et laxistes, c'est la porte ouverte à la multiplication de ce type d'élevage hors sol”.

Site 1200 bovins St Georges-sur-Moulon-13:07:2015

> Une enquête publique, mais de quoi s’agit-il exactement, demande l’Avec ? D’une demande de régularisation pour passer de 700 à 1 000 bovins ? D’une autorisation pour 1 200 bovins ?
En effet, pour l’association, le demandeur gère un élevage illégal depuis l’augmentation à 1 000 bovins entre 1994 et 2015 en faisant évoluer “sans vergogne et au fil du temps” son cheptel.
En réalité il s’agit d’une demande d’autorisation de mise en conformité d’une ICPE (Installations Classée pour la Protection de l’Environnement) de 700 bovins et qui en détient 1 000 avec une demande d’augmentation d’effectif à 1 200. En somme, ce procédé de “deux en un” consiste à passer de 700 à 1 200 bovins.

Mais ce n’est pas la seule remarque que fait l’Avec. Voici quelques extraits résumés du dossier de vingt-cinq pages qu’elle a établi…

> L’association s’étonne de l’abandon d’un forage au prétexte du coût d’entretien, “pompe…“ (sic), pour aller vers une ponction importante sur le service public d’eau potable dont la facture annuelle sera sans commune mesure avec l’entretien d'un forage qui était encore en service il y a à peine un an.

> La concentration importante de bovins sur de petites surfaces pollue les sols et la ressource en eau potable. La pollution des nappes oblige ces élevages à utiliser alors l’eau du réseau communal, augmentant de façon dangereuse la pression sur le réseau d'eau potable .

vache-betail-200

> S’il existe des fosses à purin et à lisier, pourquoi les eaux souillées s’évacuent-elles dans le milieu naturel, sachant que le site présente de fortes pentes ? Le demandeur peut-il affirmer qu’il n’y aura pas de pollution des sols puisque les mesures qu’il prendrait ne sont jamais explicitées ?

> Les risques potentiels par agents pathogènes sont longuement décrits jusqu'à en devenir inquiétants. Les solutions sont évacuées en une phrase : “actuellement, la troupe bovine est indemne de maladies.“ (Ouf, c’est bien le moins ! …mais ce n’est guère satisfaisant comme garantie).

> Il n’est pas dit si le suivi vétérinaire comporte un recours important aux médicaments ? Il est regrettable de ne pas avoir dans ce dossier des analyses des fumiers qui nous informeraient sur la charge des résidus médicamenteux.

> On peut s’interroger sur la viabilité d’une entreprise de ce type : les exploitations de taille normale étant écrasées par la concurrence effrénée sur les cours de la viande, ce genre d'exploitation est condamné à vendre quelle que soit la conjoncture économique… .

Bref, il serait trop long de résumer ce dossier dans le cadre de cette page…

> Et l’Association de veille environnementale du Cher conclut son argumentaire en ces termes :

“Forte du constat d’un dossier construit sur des affirmations non étayées et sur beaucoup d’incohérences, d’inexactitudes, de contradictions et d’approximations sans oublier des manquements au mode de fonctionnement de cet immense site d’engraissement qui a encore la prétention de s’agrandir… 
À la lecture des observations de l'Avec, vous serez dans l'obligation de constater qu'il s'agit d'un dossier de complaisance sans aucune consistance probatoire, parsemé de contradictions, d'affirmations non étayées, de manquements et de lacunes dommageables ouvrant la porte à la plus vive critique négative”.

En conséquence, l’Association de Veille Environnementale du Cher demande au Commissaire enquêteur de donner une réponse défavorable à la demande d’extension du site d’engraissement de Saint Georges sur Moulon…

Le délai de réponse réglementaire étant d’un mois, le public devrait pouvoir s’informer sur le site de la Préfecture du Cher à partir du 24 octobre 2016. >>> Lien.

> Photos, de haut en bas. L’Association de Veille Environnementale du Cher remet son dossier au Commissaire enquêteur le 24 septembre 2016. Le site d’engraissement de bovins de Saint Georges sur Moulon (cliquer sur la photo pour l’agrandir).

> Outre la ministre de l’Environnement, la Préfète du Cher, les Maires des communes concernées (Saint Georges sur Moulon, Quantilly, Saint Martin d’Auxigny, Saint Palais, Soulangis, Vasselay, Vignoux-sous-les-Aix), le Président de la Communauté de Communes en Terres Vives, les Conseillers départementaux du canton de Saint Martin d’Auxigny, les Députés du Cher, le Service départemental de l’Office National de l’Eau et des Milieux Aquatiques (ONEMA), ont reçu le courrier et le dossier de l’Avec.


> Association de veille environnementale du Cher (A V E C). Le Gros Chêne - 18110 Saint Palais. 02 48 66 08 20. Courriel  : avec18@laposte.net




Gilblog La Borne mon village en Berry, est un blog de clocher, un cyberjournal d’expression locale et citoyenne. Dans gilblog, lisez des nouvelles de La Borne et du Berry en mots et en images, pages vues sur le web, citations, dico berrichon, coups de gueule et coups de coeur. Tout ça est éclectique, sans prétention et pas toujours sérieux, mais gilblog est amical avant tout. Gilblog, un site web fait à La Borne et réalisé entièrement à la main sur Mac, avec l'excellent  logiciel SandVox. © Photos Marie Emeret & JP Gilbert. © Textes et dessins JP Gilbert. Cartes postales anciennes: collection JP Gilbert. Vignettes : Dover éditions. Toute image ou contenu relevant du droit d’auteur sera immédiatement retirée en cas de contestation. Les commentaires sont les bienvenus sur ce site. Les avis exprimés ne reflètent pas l'opinion de gilblog, mais celle de leurs auteurs qui en assument l’entière responsabilité. Tout commentaire vulgaire ou injurieux, ne respectant pas les lois françaises, tout billet insultant ou hors sujet, sera automatiquement revu ou rejeté par le modérateur, ainsi que les messages de type SMS et ceux des trolls. Conformément à la loi, votre adresse IP est enregistrée par l'hébergeur.