Diego Rivera. Que viva Mexico !

Diego-Rivera-autoportrait-200

Le "Mouvement Muraliste" naît en 1922 à l'initiative du Syndicat des peintres, sculpteurs et graveurs révolutionnaires de Mexico. En réalisant des fresques monumentales les peintres muralistes mexicains veulent faire un art populaire, grandiose et pédagogique, assumant fièrement sa mission propagandiste. Ces commandes de l'État existent pour "exalter les forces vives du pays", car la Révolution est toujours en marche. Diego Rivera, David Alfaro Siqueiros et José Clemente Orozco en sont les maîtres incontestés.

Après son diplôme de l'Ecole nationale des arts de San Carlos, Diego Rivera (1886-1957) obtient en 1904 une bourse du Secrétariat de l'Instruction Publique pour poursuivre ses études et achever sa formation en Europe. En Italie, il découvre les  fresques  de Giotto (précurseur de la Renaissance italienne), qui le marquent profondément. Ce voyage en Italie est un tournant dans sa formation artistique car il y puisera sa connaissance de l'art de la fresque qui fera bientôt son immense renommée.

Diego Rivera se rend à Barcelone puis à Paris où il séjourne à Montparnasse et se lie d'amitié avec des peintres comme Modigliani et Picasso. Ses oeuvres reflètent les courants artistique de l'époque, comme le cubisme. Il reste en Europe jusqu'en 1921, puis l'artiste au talent déjà reconnu retourne dans son pays. 

Là, il réalise sa première peinture murale où figurent des personnages mexicains dans un contexte historique et politique. C'est le début d'une longue série d'oeuvres colorées dont le style intègre et affirme les formes de l'art indien ancien, dans de vastes et puissantes  compositions. Dans ses "murales", Rivera réalise une formidable synthèse de la narration et de la composition qui n'appartient qu'à lui. Avec sa créativité, sa fougue latino américaine, une vaste culture plastique et historique, il renouvelle totalement le langage de la peinture murale et lui donne une dimension universelle. 

Certaines de ses oeuvres les plus emblématiques sont au Palais national à Mexico, au Ministère de l'éducation nationale, au Musée des Beaux Arts et à l'École nationale d'agriculture. Rivera peint de nombreuses fresques aux États-Unis, au début des années 1930 et aussi en 1940, ces commandes sont souvent des thèmes industriels. 

En 1929, il rencontre la femme de sa vie, l'artiste peintre Frida Kahlo, comme lui militante révolutionnaire et de plus de vingt ans sa cadette. Leur relation sera passionnée et tumultueuse, autant que la relation de Rivera avec l'idéal politique.  En 1957 il meurt des suites d'un cancer et son corps est inhumé au Panthéon de Dolorès, à Mexico. Aujourd'hui on peut regretter que, une image anecdotique de sa vie résumée avec simplisme à celle de Frida Kahlo par les médias, tende à taire le génie de Rivera et l’immensité de son oeuvre. Sans doute à cause de son contenu historique et politique.…

En mai 2006, lors des rencontres internationales de la peinture murale organisées à Mexico, la fondation Diego Rivera décide de créer une oeuvre monumentale pour la commémoration du cinquantième anniversaire de la mort de l'artiste. Lyon décide alors la réalisation de trois fresques ainsi que la construction d'une place publique, l'Espace Diego Rivera. Une exposition récente au Museum of modern art (Moma) de New York en 2011, vient de rappeler au public l'importance de son oeuvre dans l'art du vingtième siècle. Une "Année du Mexique" devait se tenir en France en 2011 aussi, mais à cause de la polémique entre les chefs d'État des deux pays au sujet de l'affaire  Cassez, de nombreuses manifestations ont été annulées. Ce fut le cas de celles consacrées à Diego Rivera. Espérons que, la page de l'affaire Florence Cassez étant tournée, une grande et belle exposition Rivera se tiendra bientôt en France.

Voici quelques unes des plus belles fresques de Rivera au Palacio nacional (l'Élysée mexicain), situé sur la place centrale de Mexico. Photos réalisées au printemps 2012.


> Cliquez sur une photo pour ouvrir l'album, puis agrandissez les images en cliquant dessus.


> Pour en voir plus  allez sur les sites web consacrés à Diego Rivera : http://www.diego-rivera.com/index.jsp et  http://www.diegorivera.com/, et aussi sur Wikipedia en français >>> Lien, et en espagnol >>> Lien.  Et il y en a d'autres....

Voir aussi la page de gilblog : Hommage à Diego Rivera à Lyon >>> Lien.


 Gilblog La Borne mon village en Berry, est un blog de clocher, un cyberjournal d’expression locale et citoyenne. Dans gilblog, lisez des nouvelles de La Borne et du Berry en mots et en images, pages vues sur le web, citations, dico berrichon, coups de gueule et coups de coeur. Tout ça est éclectique, sans prétention et pas toujours sérieux, mais gilblog est amical avant tout. Gilblog, un site web fait à La Borne et réalisé entièrement à la main sur Mac, avec l'excellent  logiciel SandVox. © Photos Marie Emeret & JP Gilbert. © Textes et dessins JP Gilbert. Cartes postales anciennes: collection JP Gilbert. Vignettes : Dover éditions. Toute image ou contenu relevant du droit d’auteur sera immédiatement retiré(e) en cas de contestation. Les commentaires sont les bienvenus sur ce site. Les avis exprimés ne reflètent pas l'opinion de gilblog, mais celle de leurs auteurs qui en assument l’entière responsabilité. Tout commentaire vulgaire ou injurieux, ne respectant pas les lois françaises, tout billet insultant ou hors sujet, sera automatiquement revu ou rejeté par le modérateur, ainsi que les messages de type SMS et ceux des trolls. Conformément à la loi, votre adresse IP est enregistrée par l'hébergeur.