24 avril. De Crézancy à Fukushima.

Ruiko Muto-1

Avril 2016 est un mois de forte activité …antinucléaire. De nombreuses initiatives se déroulent un peu partout en France et dans notre région avec “Sortir Du Nucléaire Berry-Giennois-Puisaye”. La plus proche sera à Crézancy le dimanche 24 avril avec un collectif d’artistes et la troupe des Farfadets. En plein dans cette actualité, cette page servira de trait d’union entre Crézancy et Fukushima. Et tout de  suite, commençons par la lettre de Ruiko Muto, une habitante de Miharu, tout près de Fukushima.

> Ruiko Muto, habitante de Miharu à quarante cinq kilomètres de la centrale de Fukushima-Daiichi, est aussi la présidente des groupes des réfugiés, et membre du collectif contre les responsables de l’accident. S’alarmant de la gravité de la siuation sanitaire dans la province irradiée, elle écrit une lettre ouverte à l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Elle demande à l’organisation internationale d’assumer son rôle d’autorité sanitaire et de diriger et coordonner des études épidémiologiques systématiques afin d’évaluer les conséquences de la radio-activité à Fukushima, en particulier pour les enfants. Sa lettre a été remise en mains propres au siège de l’OMS par Yayoi Hitomi, une autre résidente de Fukushima, en mars dernier.

“Cinq ans après l'accident nucléaire, des vagues déferlent toujours sur notre département de Fukushima, mais ce sont celles des incitations au retour des habitants et à la reconstruction. Au niveau local aussi bien que national, on peut voir diverses mesures se mettre en place en vue des Jeux Olympiques de Tokyo de 2020. Ainsi s'estompe, jour après jour, l'accident nucléaire comme s'il avait maintenant pris fin. Cependant, la réalité est tout autre.

Sur le site de la centrale, le problème de l'eau contaminée ne cesse de s'aggraver. Et chaque jour, 7 000 personnes y travaillent dans des conditions difficiles, en subissant une irradiation importante.

L'Etat et les autorités de Fukushima annulent, l'une après l'autre, les directives d'évacuation des zones dangereuses alors que le niveau de radioactivité n'a pas suffisamment baissé.

Les déchets radioactifs générés par la décontamination sont mis dans de simples sacs et entassés un peu partout dans le département ; parfois enfouis dans des cours d'écoles ou dans des jardins d'habitations. Beaucoup d'habitants vivent donc à proximité de ces sacs de déchets. Normalement, les déchets radioactifs doivent être placés dans un bidon jaune spécifique, avec un contrôle rigoureux. Or, en raison des quantités trop importantes, l'administration recourt à une gestion très grossière du traitement des déchets.

Fukushima. priere pour les victimes

Par ailleurs, le nombre de morts des suites de la catastrophe a dépassé deux mille personnes dans le département. Et de nombreux cas de dépression et de suicide sont constatés dans les logements provisoires où vivent encore une partie des évacués.

Dans cette situation, le nombre des cancers de la thyroïde chez les enfants et les adolescents de Fukushima s'élève à cent seize (cancers avérés après opération sur cent soixante six cas présentant des cellules malignes ou suspectées telles, selon un chiffre publié le 31 décembre 2015). Les autorités départementales qui ont effectué les examens de santé ont admis que l'incidence est très élevée, mais nient toujours que ce phénomène soit en rapport avec l'accident nucléaire. Cependant, il n'y a pas d'enquêtes menées pour déterminer la cause de ces cancers ni d'examens plus approfondis sur la santé.

De même, les mesures concrètes pour réduire l'exposition aux rayonnements ionisants ne sont pas appliquées. Ainsi, les séjours dans des régions non contaminées pour les enfants de Fukushima ne sont pas mis en place par les autorités.

En revanche, il est proposé aux habitants une "formation à la radioactivité" de différentes manières : elle met surtout en avant la thèse selon laquelle "le département de Fukushima offre maintenant des conditions de sécurité en matière de radioactivité."

Nous assistons à la mise en œuvre d'un nouveau mythe de la sécurité concernant la radioactivité, et nous craignons que les paroles d'inquiétude et de méfiance des habitants soient empêchées de s'exprimer.

Eh bien, il faut le redire, haut et fort : OUI !, l'accident nucléaire de Fukushima est toujours en cours. Ses dégâts persistent et ne cessent de s'étendre en changeant de forme.

Mesdames et Messieurs de l’OMS, Ce dont nous avons besoin, ici à Fukushima en ce moment, ce sont des examens épidémiologiques systématiques. Nous devrions pouvoir étudier sérieusement les conséquences des rayonnements ionisants chez les habitants, notamment chez les enfants.

Crezancy-24avril

Et il est urgent de mettre en place des mesures qui limitent les effets de la radioactivité. Nous demandons à l'OMS qu'elle prenne la tête d'actions et de mesures appropriées pour sauver la santé des enfants japonais. Nous vous le demandons solennellement et nous comptons beaucoup sur vous. Merci.

Fukushima, le 11 mars 2016. Ruiko Muto.

> Les passeurs de l’indicible.  

Dimanche 24 avril 2016 de 11 heures à 17 heures à l’église de Crézancy en Sancerre se déroulera un hommage aux victimes de Tchernobyl et Fukushima par l’association théâtrale LOSA (Les Farfadets) intitulé “Les passeurs de l’indicible”.

Les spectateurs assisteront à une création visuelle et sonore, des interventions artistiques, des récits et des témoignages de victimes, ponctuées par de la musique, de la danse et des marionnettes. Un évènement à la mémoire de tous les hommes, femmes et enfants dont la vie a été bouleversée par la radioactivité.

Renseignements : Association Losa 02 48 79 02 35. Entrée libre. La page FaceBook de Losa, les Farfadets. >>>Lien.

> Le site web de “Sortir Du Nucléaire Berry-Giennois-Puisaye” >>> Lien.

> Photos. De haut en bas. Ruiko Muto. Fukushima :prière pour les victimes de la catastrophe nucléaire. Affiche de “passeurs de l’indicible”, cliquez sur l’image pour l’agrandir.

Gilblog La Borne mon village en Berry, est un blog de clocher, un cyberjournal d’expression locale et citoyenne. Dans gilblog, lisez des nouvelles de La Borne et du Berry en mots et en images, pages vues sur le web, citations, dico berrichon, coups de gueule et coups de coeur. Tout ça est éclectique, sans prétention et pas toujours sérieux, mais gilblog est amical avant tout. Gilblog, un site web fait à La Borne et réalisé entièrement à la main sur Mac, avec l'excellent  logiciel SandVox. © Photos Marie Emeret & JP Gilbert. © Textes et dessins JP Gilbert. Cartes postales anciennes: collection JP Gilbert. Vignettes : Dover éditions. Toute image ou contenu relevant du droit d’auteur sera immédiatement retirée en cas de contestation. Les commentaires sont les bienvenus sur ce site. Les avis exprimés ne reflètent pas l'opinion de gilblog, mais celle de leurs auteurs qui en assument l’entière responsabilité. Tout commentaire vulgaire ou injurieux, ne respectant pas les lois françaises, tout billet insultant ou hors sujet, sera automatiquement revu ou rejeté par le modérateur, ainsi que les messages de type SMS et ceux des trolls. Conformément à la loi, votre adresse IP est enregistrée par l'hébergeur.