La maison de la Culture, à quels prix !? 
Réponses au forum d’information du 4 octobre à Bourges.

page-gilblog-Forum-oct-2015-visuel

Depuis que l’affaire de la nouvelle/nouvelle maison de la Culture de Bourges a commencé, gilblog a consacré une rubrique et de nombreuses pages au sujet (la première date de février 2011). Il faut dire que les annonces successives de deux maires, les rebondissements, les projets, les nouveaux projets et les contre projets, les non dits et les informations cachées ont alimenté ce qui est devenu un feuilleton digne de “Plus belle la vie”. Sauf qu’à Bourges, c’est dans le genre feuilleton moche…

Mais, faisant suite aux premières protestations et à la première pétition des “Amis de la maison de la Culture”, un collectif d’associations berruyères et de citoyens s’oppose depuis un an maintenant, à l’abandon du site de la maison de la Culture et à la construction d’un édifice couteux qui entraînerait l’abattage de plus de quatre vingts arbres sur les pentes de Séraucourt.

Le collectif a prouvé aux berruyers en avril dernier qu’une réhabilitation de la maison de la culture sur son site (classé monument historique) est possible. Un projet architectural le démontre avec évidence. Ce projet (du à l’architecte Christian Gimonet), a été présenté à la presse en avril, au maire de Bourges en juin, à la DRAC (Direction régionale des affaires culturelles), il a été remis la ministre de la Culture.

Le collectif a présenté ses objections et ses propositions aux élus, aux instances administratives et aux ministres concernés, ainsi qu’aux berruyers. À ce jour, plus de douze mille d’entre eux ont signé une pétition demandant l’édification de la nouvelle MCB sur son site “historique” et la sauvegarde des arbres de Séraucourt. Aujourd’hui, au vu de ces éléments nouveaux beaucoup d’élus et de personnalités locales sont revenus sur leur consentement initial au projet “MCB2”, et s’interrogent sur la façon dont ce dossier a été conduit, sur la qualité du projet et sur son coût.

Le premières recherches et estimations budgétaires qui seront présentées ce dimanche au forum ont de quoi étonner. En effet, en construisant la MCB sur le site “historique”, la ville économiserait le montant de travaux inutiles effectués sur la place. On peut citer : le creusement dans la pente de Séraucourt, les fondations supportant l’édifice, le hall d’accueil et les escaliers qui existent déjà sur le site historique, les raccordements aux réseaux d’électricité, d’eau et d’évacuation, la réfection de la rue Jean Boin …etc. Sans oublier l’abattage des arbres.
Aux dernières nouvelles, au lieu d’une dépense de trente six millions d’euros approuvée par Pascal Blanc, on disposerait avec ces économies d’un budget qui passerait sous la barre des trente millions ! Pour ceux qui auraient oublié comment faire une soustraction, ça signifie que les équipements de la MCB2, s’ils étaient posés sur le site “historique”, s’inscriraient dans un budget inférieur à trente millions d’euros. Une démonstration un peu schématique, mais qui intéressera plus d’un berruyer…
En somme, voilà de quoi justifier une nouvelle réflexion, l’ouverture d’un dossier d’étude précis pour évaluer la construction sur le site “historique”, et un nouveau concours d’architectes ! 

> Avec le forum du 4 octobre, “Luttes Séraucourt” ambitionne d’exposer les tenants et aboutissants de cette affaire sur plusieurs petits stands dédiés aux différents aspects du dossier. Le projet MCB2, les aspects budgétaires, urbanistique, culturel, esthétique, écologique seront traités - et bien entendu, le projet de Christian Gimonet sera présenté au public.

Il faut ajouter que le collectif “Luttes Séraucourt” a réussi à empêcher une première fois une action illégale de la municipalité visant à abattre les quatre vingts arbres de Séraucourt sans demander l’autorisation administrative. Depuis un autre recours a été déposé par la Société pour la Protection des Paysages et de l’Esthétique de la France (SPPEF), il est en cours d’examen par le tribunal administratif d’Orléans. 

> Pour en savoir plus, soyez au rendez-vous dimanche 4 octobre 2015  pour le forum “La maison de la Culture, à quels prix !!” . L’horaire est “à la carte" puisque le forum se déroulera de 14 heures à 19 heures. L’adresse c’est : le moulin de la Voiselle, 5 boulevard Chanzy, et c’est organisé par le collectif “Luttes Séraucourt.


> Pour d’autres informations lire dans gilblog les pages de la rubrique Culture et MCB >>> Lien.


> Collectif "Luttes Séraucourt" : Groupe Macu de Bourges/Association des Amis de la Maison de la Culture/Collectif Alternative MCB/Berry’ing/Mon Cher Vélo/Nature 18/Collectif Bourges ta Zad/ki-6-col’/Société pour la Protection des Paysages et de l’Esthétique de la France (SPPEF). 

> Collectif Luttes Séraucourt 110 rue Charlet 18000 Bourges. Courriel : luttes.seraucourt.bourges@gmail.com

> Pour signer la pétition en ligne. >>> Lien.

Gilblog La Borne mon village en Berry, est un blog de clocher, un cyberjournal d’expression locale et citoyenne. Dans gilblog, lisez des nouvelles de La Borne et du Berry en mots et en images, pages vues sur le web, citations, dico berrichon, coups de gueule et coups de coeur. Tout ça est éclectique, sans prétention et pas toujours sérieux, mais gilblog est amical avant tout. Gilblog, un site web fait à La Borne et réalisé entièrement à la main sur Mac, avec l'excellent  logiciel SandVox. © Photos Marie Emeret & JP Gilbert. © Textes et dessins JP Gilbert. Cartes postales anciennes: collection JP Gilbert. Vignettes : Dover éditions. Toute image ou contenu relevant du droit d’auteur sera immédiatement retirée en cas de contestation. Les commentaires sont les bienvenus sur ce site. Les avis exprimés ne reflètent pas l'opinion de gilblog, mais celle de leurs auteurs qui en assument l’entière responsabilité. Tout commentaire vulgaire ou injurieux, ne respectant pas les lois françaises, tout billet insultant ou hors sujet, sera automatiquement revu ou rejeté par le modérateur, ainsi que les messages de type SMS et ceux des trolls. Conformément à la loi, votre adresse IP est enregistrée par l'hébergeur.