"Notre poison quotidien", le film de Marie-Monique Robin.

À 20 heures 40 le 15 mars, les télés ont chauffé, en effet Arte diffusait le nouveau film de Marie-Monique Robin : "Notre poison quotidien". Ce jour là, également le livre est sorti dans les librairies, ainsi que le DVD. Après un remarquable document, "Le monde selon Monsanto" Marie-Monique Robin récidive en abordant un sujet vital... ce que l'agro-business met dans nos assiettes.

Vous allez voir sur cette page la bande annonce du film. En guise de commentaire, voici quelques mots empruntés au blog de Marie-Monique Robin. 

Le comportement de Monsanto pour imposer ses OGM est-il une exception dans l'histoire industrielle ?  Comment sont réglementés les 100 000 molécules chimiques qui ont envahi notre environnement depuis les années cinquante ? Y-a-t il un lien entre l'exposition à ces produits chimiques et "l'épidémie de maladies chroniques évitables" que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a constatée surtout dans les pays dits développés ? 

Le champ d'investigation étant très vaste, Marie-Monique Robin a décidé de ne s'intéresser qu'aux seuls produits chimiques qui entrent en contact avec notre chaîne alimentaire, du champ du paysan (pesticides) à l'assiette du consommateur (additifs et plastiques alimentaires).

Son travail de recherche préparatoire a consisté à lire de rapports, études scientifiques  et de nombreux livres (une centaine, essentiellement anglophones), à rencontrer des experts (toxicologues, biologistes, représentants des agences de réglementation), soit directement lors de rendez-vous personnels ou lors de colloques spécialisés. Elle a aussi consulté les archives d'organisations internationales comme l'OMS ou le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC).

... Puis elle a entrepris de réaliser son film en poursuivant l'enquête et en enregistrant des témoignages un peu partout dans le monde (en France, Italie, Allemagne, Suisse, Grande Bretagne, Danemark,  Etats Unis, Canada, Chili, et en Inde).

En bonus (si l'on peut dire), gilblog vous offre la "recette de la tarte industrielle de supermarché". Ce petit avant-goût (pardon pour ce jeu de mots sinistre) de ce que vous verrez dans le film circule sur le web et les courriels depuis quelques temps, c'est juste pour le cas où vous ne l'auriez pas encore lu.


La "recette" de la tarte aux cerises de supermarché.

Voici, la liste des produits chimiques utilisés pour la fabrication d'une tarte aux cerises industrielle, depuis le champ de blé jusqu'à l'usine agroalimentaire. Extrait du livre "Le sol, la terre et les champs" de Claude Bourguignon, cité par Marie-Monique Robin.

> Commençons par la Pâte. 

Pour obtenir la farine, les grains de blé ont été enrobés d'un fongicide avant semis.

Pendant sa culture, le blé a reçu de 2 à 6 traitements de pesticides selon les années, un

traitement aux hormones pour raccourcir les tiges afin d'éviter la verse et 1 dose

importante d'engrais: 240 kg d'azote, 100 kg de phosphore et 100 kg de potassium à

l'hectare, tout de même !

Le blé moissonné, dans le silo, après récolte, les grains sont fumigés au tétrachlorure de

carbone et au bisulfide de carbone, puis arrosés au chlopyriphosméthyl. Pour la mouture, la farine reçoit du chlorure de nitrosyl, puis de l'acide ascorbique, de la farine de fève, du gluten et de l'amylase.

Ensuite, il faut faire lever la pâte. La poudre levante est traitée au silicate de calcium et l'amidon est blanchi au permanganate de potassium. Pas de pâte sans corps gras. Ceux-ci reçoivent un antioxydant (pour éviter le rancissement) comme l'hydroxytoluène de butyl et un émulsifiant type lécithine.

> Maintenant, la Crème. 

La crème sur laquelle vont reposer les cerises se fait avec des oeufs, du lait, et même de l'huile.

> Les oeufs. Ils proviennent d'un élevage industriel où les poules sont nourries avec des

granulés contenant des antioxydants (E300 à E311), des arômes et des émulsifiants (alginate de calcium). Des conservateurs, comme l'acide formique. Des colorants : capsanthéine. Des agents liants : lignosulfate. Et enfin des appétants : glutamate de sodium, pour qu'elles puissent avaler tout ça. Elles reçoivent aussi des antibiotiques, bien entendu, et surtout des anticoccidiens. 

Avant séchage, les oeufs reçoivent des émulsifiants, des agents actifs de surface comme l'acide cholique et une enzyme pour retirer le sucre du blanc.

> Le lait provient d'un élevage industriel où les vaches reçoivent une alimentation riche en produits chimiques. 

Antibiotiques : flavophospholipol (F712) ou monensin-sodium (F714). Antioxydants : ascorbate de sodium (F301), alphatocophérol de synthèse (F307), buthyl-hydrox-toluène (F321) ou éthoxyquine (E324). 

Émulsifiants : alginate de propylène-glycol (F405) ou polyéthylène glycol (F496). Conservateurs : acide acétique, acide tartrique (E334), acide propionique, (F280) et ses dérivés (F281 à E284),  composés azotés chimiques : urée (F801) ou diurédo-isobutane (F803), agents liants : stéarate de sodium, colorants : F131 ou F142.

Et enfin des appétants pour que les vaches puissent manger tout ça, du glutamate de sodium, notamment.

> Les huiles. Elles ont été  extraites par des solvants comme l'acétone, puis raffinées par action de l'acide sulfurique. Ensuite, elles ont été lavées à chaud, neutralisées à la lessive de soude, décolorées au bioxyde de chlore ou au bichromate de potassium et désodorisées à 160°C avec du chlorure de zinc. Enfin, elles ont été recolorées à la curcumine.

La crème de la tarte, une fois fabriquée, reçoit des arômes et des stabilisants comme

l'acide alginique (E400).

> Les cerises, enfin. Commençons par l'arbre. Les cerisiers ont reçu pendant la saison entre 10 et 40 traitements de pesticides selon les années.

Les cerises sont  décolorées à l'anhydride sulfureux. Puis recolorées de façon uniforme à l'acide carminique ou à l'érythrosine. Elles sont plongées dans une saumure contenant du sulfate d'aluminium. À la sortie, elles reçoivent un conservateur comme le sorbate de potassium (E202). 

Elles sont enfin enduites d'un sucre qui provient de betteraves qui, comme les blés, ont reçu leur bonne dose d'engrais et de pesticides. Ce sucre est extrait par défécation à la chaux et à l'anhydride sulfureux,  puis décoloré au sulfoxylate de sodium, il est raffiné au norite et à l'alcool isopropylique. Il est enfin azuré au bleu anthraquinonique.

Par ces traitements, les cerises ayant donc perdu tout leur goût, il est nécessaire d'ajouter un parfum artificiel alimentaire. Ce parfum est une recréation synthétique du goût et de l'odeur à partir d'éléments artificiels issus de la chimie du pétrole aux prix de revient extrêmement faibles - par économie d'échelle - en comparaison du parfum naturel de fruit.

L'exemple développé est ici la cerise, mais de tels composés servent à recréer aussi bien

des parfums artificiels de fraise, d'ananas, de framboise, de miel, de caramel, de muguet.. etc.

Le parfum artificel de cerise se compose de molécules synthétiques  : acétate d'ethyle, acéthyl méthylcarbinol, butyrate d'isoamyle, caproate d'ethyle,  caprylate d'isoamyle, caprate d'ethyle, butyrate de terpenyle, geraniol, butyrate de geranyl, acetylacetate d'ethyle, heptanoate d'ethyle, aldéhyde benzoique, aldéhyde p-toluique, vanilline, essence artificielle d'amande amère SAP, essence artificielle de girofle Bourbon, essence artificielle de cannelle Ceylan, essence de lie de vin.


> Allez y, achetez "encore moins cher" ... Et bon appétit !

Gilblog La Borne mon village en Berry, est un blog de clocher, un cyberjournal d’expression locale et citoyenne. Dans gilblog, lisez des nouvelles de La Borne et du Berry en mots et en images, pages vues sur le web, citations, dico berrichon, coups de gueule et coups de coeur. Tout ça est éclectique, sans prétention et pas toujours sérieux, mais gilblog est amical avant tout. Gilblog, un site web fait à La Borne et réalisé entièrement à la main sur Mac, avec l'excellent  logiciel SandVox. © Photos Marie Emeret & JP Gilbert. © Textes et dessins JP Gilbert. Cartes postales anciennes: collection JP Gilbert. Vignettes : Dover éditions. Toute image ou contenu relevant du droit d’auteur sera immédiatement retirée en cas de contestation. Les commentaires sont les bienvenus sur ce site. Les avis exprimés ne reflètent pas l'opinion de gilblog, mais celle de leurs auteurs qui en assument l’entière responsabilité. Tout commentaire vulgaire ou injurieux, ne respectant pas les lois françaises, tout billet insultant ou hors sujet, sera automatiquement revu ou rejeté par le modérateur, ainsi que les messages de type SMS et ceux des trolls. Conformément à la loi, votre adresse IP est enregistrée par l'hébergeur.