Les fromages français (et ceux qui les font) sacrifiés par l’Europe.

AOP detruire

Le Tafta à peine sorti par la porte, c’est le Ceta qui entre par la fenêtre. Après que le scandaleux projet d’accord commercial de l’Europe avec les USA ait été dénoncé publiquement (mais pas encore annulé par l’Europe), la Commission Européenne (toujours élue par personne) négocie le même truc avec le Canada. Ainsi, au Canada, n'importe quel industriel pourrait utiliser les noms des appellations de fromages français et en faire des imitations !  Ce projet d’accord en forme de capitulation, négocié pendant plusieurs années “n’attend plus que la signature des gouvernements européens. Ça devrait intervenir au mois d'octobre", écrit José Bové qui lance un cri d’alarme dans le quotidien Libération (12 septembre) et dans Médiapart.

ecrase-Fromages

Pour valider à la hâte l’accord de libre-échange entre le Canada et l’Union européenne (le Ceta) le gouvernement français s’apprête “à sacrifier trente deux  fromages sur les cinquante trois produits laitiers protégés au niveau européen par une appellation d’origine”. Mais les négociateurs européens mentent en prétendant qu’ils ont réussi à défendre les produits agricoles de qualité. Pourtant “les indications géographiques (ou appellation d’origine protégée) garantissent aux consommateurs que le produit qu’ils achètent a été élaboré selon un cahier des charges strict et qu’il vient d’une aire géographique limitée. Elles permettent aussi aux paysans de vendre leur lait à un prix plus équitable” rappelle José Bové.

Si l’accord est signé, “ces fromages pourront être fabriqués, copiés, plagiés au Canada sans que les producteurs n’y aient à redire”. Une nouvelle forme de bio-piraterie que personne n’avait osé imaginer ! Et José Bové énumère la longue liste des fromages AOP qui n’ont pas été défendus par les autorités françaises. Ce sont : le Banon, le Bleu de Gex Haut-Jura, le Bleu des Causses, le Bleu du Vercors-Sassenage, le Brie de Melun, le Broccio de Corse, le Chaource, le Charolais, le Chevrotin, l’Emmental français, la Fourme de Montbrison, le Gruyère, le Laguiole, le Langres, le Mâconnais, le Maroilles, le Vacherin du Haut-Doubs, l’Ossau iraty, le Pélardon, le Picodon, le Pouligny-Saint-Pierre, la Rigotte de Condrieu, le Rocamadour, le Saint-Marcellin, le Sainte-Maure de Touraine, le Salers, le Selles-sur-Cher, le Soumaintrain, la Tome des Bauges, la Tomme des Pyrénées et le Valençay. Le Crottin de Chavignol est épargné, modeste consolation ! 

Comme il s’agit d’un accord de libre échange entre l’Europe et le Canada, on peut redouter que les fromages AOP copiés sans vergogne par les industriels canadiens de la malbouffe viendront bientôt concurrencer les fromages français authentiques dans les rayons de nos grandes surfaces, à grands renforts de “promotions” et de publicité…. Qui sait ?

jose-bove

“Depuis des années, l’Union européenne et nos ministres nous bassinent avec le respect de la propriété intellectuelle. Les brevets de Monsanto sont sacrés, ceux de Bayer aussi. Les paysans n’ont pas le droit de replanter des semences sans payer la dîme. Mais pour les productions paysannes, la propriété intellectuelle n’a soudainement plus de valeur. Le Rocamadour ? Peu importe. La Tome des Pyrénées, quelle importance ! Le Laguiole, qui s’est déjà fait voler son nom ? Inconnu au bataillon ! L’Ossau Iraty et le Broccio ? A la trappe ! Les autres indications géographiques sont encore moins bien traitées que les fromages. Dans le domaine de la propriété intellectuelle, il y a donc des différences de traitement. Les marques commerciales sont intouchables. Les brevets sont protégés par la puissance publique. Mais les appellations d’origine protégée, pourtant reconnues par l’Organisation mondiale du commerce, elles, peuvent être bafouées” !

José Bové a demandé à Matthias Fekl (secrétaire d’Etat Européen au commerce extérieur) et à la commissaire européenne Cecilia Malmström, d’annoncer les critères qui ont été retenus pour choisir les fromages jugés dignes d’être défendus. Les grands donneurs de leçons Européens n’ont pas encore daigné répondre au député français…
Et José Bové appelle tous producteurs AOP à se mobiliser pour saisir la Cour Européenne de Justice pour faire valoir leurs droits d’être traités sans discrimination.  

On espère que les associations de consommateurs se joindront à ce mouvement et que les tricheurs de la malbouffe échoueront, comme ceux qui voudraient nous faire ingurgiter des poulets au chlore au moyen du Tafta !


> Sources.
Des fromages sacrifiés sur le plateau du libre-échange, Tribune de José Bové dans Libération du 12 septembre (page 24). 
Accord de libre échange avec le Canada: l’Union européenne sacrifie ses fromages ! Médiapart. >>> Lien.

Gilblog La Borne mon village en Berry, est un blog de clocher, un cyberjournal d’expression locale et citoyenne. Dans gilblog, lisez des nouvelles de La Borne et du Berry en mots et en images, pages vues sur le web, citations, dico berrichon, coups de gueule et coups de coeur. Tout ça est éclectique, sans prétention et pas toujours sérieux, mais gilblog est amical avant tout. Gilblog, un site web fait à La Borne et réalisé entièrement à la main sur Mac, avec l'excellent  logiciel SandVox. © Photos Marie Emeret & JP Gilbert. © Textes et dessins JP Gilbert. Cartes postales anciennes: collection JP Gilbert. Vignettes : Dover éditions. Toute image ou contenu relevant du droit d’auteur sera immédiatement retirée en cas de contestation. Les commentaires sont les bienvenus sur ce site. Les avis exprimés ne reflètent pas l'opinion de gilblog, mais celle de leurs auteurs qui en assument l’entière responsabilité. Tout commentaire vulgaire ou injurieux, ne respectant pas les lois françaises, tout billet insultant ou hors sujet, sera automatiquement revu ou rejeté par le modérateur, ainsi que les messages de type SMS et ceux des trolls. Conformément à la loi, votre adresse IP est enregistrée par l'hébergeur.