Le bon vieux français du Berry. Dictionnaire berrichon de Pierre Galliot.

Dictionnaire-berrichon-Pierre-Galliot

“Le bon vieux français du Berry”, le dictionnaire berrichon de Pierre Galliot paru récemment, est un événement. Et à plusieurs titres.
C’est en premier lieu un ouvrage moderne, de haute qualité scientifique, qui n’a d’équivalent que celui de Hippolyte-François Jaubert * : ”Vocabulaire du Berry et de quelques cantons voisins, par un amateur du vieux langage" paru il y a un siècle et demi.
L’autre aspect remarquable est l’un des modes d’édition moderne choisi, qui le met à la portée de tous, puisqu’il existe en version numérique à télécharger sur votre ordinateur ou votre tablette …pour moins de 10 euros !
Enfin, l’introduction du “Bon vieux français du Berry” par Pierre Galliot est passionnante, elle nous plonge dans l’histoire de notre langue. C’est un essai qui serait à lui seul une raison de se plonger dans le livre.

Jusqu’au milieu du siècle dernier, la plupart des deux mille mots de ce dictionnaire berrichon étaient d’usage courant dans nos campagne et ils étaient familiers à ceux qui habitaient les bourgs et les villes. Maintenant, seuls les plus âgés en ont gardé le souvenir. Mais d’où vient ce vieux parler qui a la vie si dure ? 

Ce n’est pas un patois mais du français imprégné d’archaïsmes et parlé avec des intonations particulières. Ce n’est pas du français écorché, et encore moins le jargon incompréhensible de paysans attardés. Pierre Galliot le démontre par des exemples historiques bien choisis. L’abbé Poupard, curé de Sancerre écrivait : "Il n'y a point de patois dans la province de Berri. Les cantons, qui parlent tous français ne diffèrent entre eux que par la brièveté ou l'allongement de la prononciation par l'élévation ou l'abaissement des finales. Les paysans ne font que des fautes de grammaire comme ceux des environs de Paris. Quant au sancerrois, les gens de la campagne parlent encore la langue de Rabelais, d'Amyot, de Montaigne” (enquête sur l'instruction, les patois et les superstitions, lancée par l'abbé Grégoire pour l'Assemblée Nationale Constituante en 1790). Quant à George Sand, elle considérait que “le pur berrichon est le vrai français de Rabelais”

En effet, les mots du parler berrichon sont les derniers mots de notre vieille langue que le français académique n'a pas retenus, c’est le français d’il y a trois cents ans et aussi de quelques siècles avant. Dans son dictionnaire, pour tous les mots étudiés, Pierre Galliot montre qu'ils sont des survivances de la vieille langue d'oïl, survivances lexicales principalement, mais aussi sémantiques,  grammaticales ou phonétiques. Il cite de nombreux exemples venant de textes écrits à partir de la fin du onzième siècle (“la Chanson de Roland") jusqu'au tout début du dix-septième siècle. 

iPadEbook

Nombre de ces vieux mots existent dans des textes anciens, ils sont sortis d'usage en français classique, mais le parler berrichon les a sauvés de l’oubli et les a conservés dans leur état premier. Acrêté (qui lève la crête, en parlant du coq, et qui se redresse, se rengorge, au figuré) vient du vieux français s’acrester. Détorber (déranger, distraire) est exactement le vieux français destorber (même sens). D'autres mots de notre vieille langue ont été plus ou moins altérés. On reconnaît facilement dans le berrichon bicher (embrasser) l'ancien français bechier (becqueter, donner du bec, picorer) 

Autre exemple, l'ancien français chaitis, chetis, chaitif, ou chetif, qui n'a laissé en français moderne général que l'adjectif "chétif", qui n'a pratiquement qu'un seul sens, "de faible constitution”. Ch'tit, sa survivance dans le parler berrichon, a conservé presque toutes les sens à valeur négative qu'avaient pris chaitis et ses variantes à partir de leur sens premier maigre, chétif : bon à rien, minable; faible, malade, infirme; pauvre, malheureux, misérable; méchant, mauvais ; méprisable avide, cupide. 

Ont survécu aussi, dans le parler berrichon, des prononciations qui ont, elles aussi, appartenu à notre vieille langue françoise. 

De plus, l’auteur en véritable archéologue du vieux parler du Berry, s’est attaché à donner pour chaque mot ses sources étymologiques. 

Enfin, de nombreuses citations et des exemples de langage contribuent au plaisir de la découverte et réjouiront les curieux. Et bon nombre viennent aussi des auteurs berrichons, Jean Rameau, Jacques Després, Ferdinand Bedu, Jacques Martel, Hubert Gouvernel, Gabriel Nigond, Hugues Lapaire, Camille Delamour, Jean-Louis Boncœur… pour n’en citer que quelques uns.

Comme Pierre Galliot, souhaitons que l'énorme travail réalisé (douze années !) contribue à repousser l'échéance de la disparition de notre vieux parler berrichon. Un vieux parler qui fait partie du patrimoine culturel national car Il garde l'empreinte de l'histoire de la langue française. Comme nos monuments historiques, il mérite d’être sauvegardé, tout comme les œuvres des poètes, chansonniers et conteurs, qui ont maintenu en vie notre parler régional en l'élevant "au rang de langue écrite". 

Pierre Galliot était originaire de Vailly sur Sauldre. Après des études de philosophie et de lettres classiques, il a fait carrière dans l’Administration des Finances. Il est également l’auteur d’un recueil de Fables: “La Fontaine en vieux parler berrichon”, un livre remarquable et drôle. Il nous a quittées en 2009.


> Le bon vieux français du Berry. Dictionnaire de Pierre Galliot est édité sous deux formes.
a/ eBook Format Kindle. Livre à télécharger chez Amazon. Prix 9,20 euros. À ce prix là, il ne faut pas s’en priver ! D’autant que le logiciel de lecture Kindle est gratuit et facile à télécharger. >>> Lien.
b/ Livre broché de 384 pages. Format 21,6 x 27,9 centimètres. À commander chez Amazon. Prix 74 euros. >>> Lien.
Du même auteur, le savoureux : “La Fontaine en vieux parler berrichon” Éditions de La Bouinotte, paru en 2009.  Lire la page de gilblog.  >>> Lien.


* Hippolyte-François Jaubert ”Vocabulaire du Berry et de quelques cantons voisins, par un amateur du vieux langage”. Chez les bouquinistes.



Gilblog La Borne mon village en Berry, est un blog de clocher, un cyberjournal d’expression locale et citoyenne. Dans gilblog, lisez des nouvelles de La Borne et du Berry en mots et en images, pages vues sur le web, citations, dico berrichon, coups de gueule et coups de coeur. Tout ça est éclectique, sans prétention et pas toujours sérieux, mais gilblog est amical avant tout. Gilblog, un site web fait à La Borne et réalisé entièrement à la main sur Mac, avec l'excellent  logiciel SandVox. © Photos Marie Emeret & JP Gilbert. © Textes et dessins JP Gilbert. Cartes postales anciennes: collection JP Gilbert. Vignettes : Dover éditions. Toute image ou contenu relevant du droit d’auteur sera immédiatement retirée en cas de contestation. Les commentaires sont les bienvenus sur ce site. Les avis exprimés ne reflètent pas l'opinion de gilblog, mais celle de leurs auteurs qui en assument l’entière responsabilité. Tout commentaire vulgaire ou injurieux, ne respectant pas les lois françaises, tout billet insultant ou hors sujet, sera automatiquement revu ou rejeté par le modérateur, ainsi que les messages de type SMS et ceux des trolls. Conformément à la loi, votre adresse IP est enregistrée par l'hébergeur.