Michel Serres : Parlons français, pas globish ! 

1321

“Défense et illustration de la langue française, aujourd’hui” est une sélection de chroniques du philosophe Michel Serres à la radio France info pour défendre la langue française contre l’emploi abusif de l’anglais dans les médias et la publicité, notamment. 

Michel-Serres

Aucun danger de patauger dans le jargon philosophique avec ce bouquin, Michel Serres parle français comme vous et moi, mais bien mieux, plus clairement …et plus vigoureusement ! Amoureux inconditionnel de la langue française, l’auteur s’indigne de l’invasion de l’anglais. Et pour nous convaincre de la beauté de notre langue, il veut nous initier à ses subtilités et à ses délices. Des ors de l’Académie française aux saveurs régionales d’oc et d’oïl en passant par la querelle actuelle sur la féminisation de la langue, une visite à son ami Raymond Devos, autre “troubadour de la langue”, ou un détour par la musique, source de toute langue, Michel Serres nous régale des facettes aussi étonnantes que réjouissantes d’une langue bien vivante !

Anecdote que certains connaissent déjà : alors qu’il prend un pot avec un ami américain, Michel Serres se fâche après avoir compté quatre vingt douze mots anglais pour vingt mots français sur les murs de la place de la Bastille, "Je ne voudrais pas qu’une telle catastrophe arrive à mon pays” dit son ami en plaignant les Français “de supporter cette occupation et de compter, parmi eux, des collaborateurs”. Et Michel Serres de conclure, lui qui a vécu la Seconde guerre mondiale : “Pendant l’Occupation, les allemands ont plus respecté notre langue que nos propres publicitaires le font” !

Précisons au passage que l’anglais comme langue de communication mondiale des sciences, du commerce ou du transport aérien, n’a rien de choquant. Michel Serres sait que le phénomène a toujours existé, hier avec le grec, le latin, l’arabe ou le français, ce sera peut être le chinois un de ces jours. En revanche, il refuse que l’anglais devienne une langue de domination, en s’insinuant là où il n’est pas nécessaire. “Pour mieux l’asservir, rappelle Michel Serres, un occupant éradique toujours la langue du vaincu. Ainsi firent les Romains en Gaule, ainsi firent les Russes en Pologne”. Les publicitaires et de trop nombreux journalistes, qui par  bêtise servile snobisme favorisent la domination culturelle anglo-saxonne, jouent là un très vilain rôle.

laVoix2sonMaitre

Comment voulez-vous, dit Michel Serres, qu’un instituteur puisse apprendre à des enfants que relais s’écrit "lais", alors que, dans les gares, ils le voient écrit avec un Y ? Comment lutterait-on contre leur “addiction” à l’anglais si on ne leur disait pas qu’il s’agit de “dépendance”. Et les journalistes devraient dire “répartition” et non “dispatching”, “s’écraser” et non “se crasher”, “enlèvement” et non “kidnapping”. De même, comme les québécois, ils devraient écrire un “supporteur” plutôt qu’un “supporter”.
Pour Michel Serres “Tous les gens qui ont une quelconque responsabilité dans mon pays, ne parlent plus ma langue”. “Autrefois, les grands débattaient en latin de cuisine pendant que le tiers état jasait patois. Cela ne change pas : désormais, les grands de ce monde causent globish.” Et de conclure : “Moi, je suis du peuple, ma langue est celle des pauvres. J’invite les pauvres à se révolter contre ceux qui les obligent à ne rien comprendre.”

Dans Francophonie avenir, Michel Feltin conclut magistralement en quelques mots : “Michel Serres propose une règle simple : accepter comme un enrichissement tout mot étranger qui correspond à un objet ou une pratique nouvelle, mais le refuser quand il vient remplacer un terme existant. Autrement dit, oui à l’aztèque haricot, à l’italien sonate, à l’arabe algèbre et à l’anglais scanner. Mais non à “coach”, qui n’apporte rien de plus à entraîneur”.

> Membre de l'Académie française, professeur à Stanford University, Michel Serres est l'auteur de nombreux essais philosophiques et d'histoire des sciences, largement salués par la presse. Il est l'un des rares philosophes contemporains qui dans sa réflexion associe les sciences et la culture.


> Michel Serres. “Défense et illustration de la langue française, aujourd’hui”. Éditions Le Pommier.  Format 17x12 centimètres  128 pages. Prix 9 euros.

Gilblog La Borne mon village en Berry, est un blog de clocher, un cyberjournal d’expression locale et citoyenne. Dans gilblog, lisez des nouvelles de La Borne et du Berry en mots et en images, pages vues sur le web, citations, dico berrichon, coups de gueule et coups de coeur. Tout ça est éclectique, sans prétention et pas toujours sérieux, mais gilblog est amical avant tout. Gilblog, un site web fait à La Borne et réalisé entièrement à la main sur Mac, avec l'excellent  logiciel SandVox. © Photos Marie Emeret & JP Gilbert. © Textes et dessins JP Gilbert. Cartes postales anciennes: collection JP Gilbert. Vignettes : Dover éditions. Toute image ou contenu relevant du droit d’auteur sera immédiatement retirée en cas de contestation. Les commentaires sont les bienvenus sur ce site. Les avis exprimés ne reflètent pas l'opinion de gilblog, mais celle de leurs auteurs qui en assument l’entière responsabilité. Tout commentaire vulgaire ou injurieux, ne respectant pas les lois françaises, tout billet insultant ou hors sujet, sera automatiquement revu ou rejeté par le modérateur, ainsi que les messages de type SMS et ceux des trolls. Conformément à la loi, votre adresse IP est enregistrée par l'hébergeur.