Langue de bois et mots tordus. 

La parole a été donnée à l'homme pour cacher sa pensée. 

[Talleyrand]


langue-de-bois-pics

Comme chacun est à même de s'en apercevoir en écoutant la radio et la télévision, la "langue de bois" est une espèce de langage ennuyeux, coupé de la réalité, et qui exprime au moyen d'un vocabulaire truqué des messages camouflés (voire mensongers).

A l'origine, les russes utilisaient l'expression "langue de chêne" pour se moquer du style administratif de la bureaucratie tsariste. Après la révolution de 1917, les bureaucrates soviétiques ayant succédé aux bureaucrates du tsar, l'expression "langue de chêne" est remplacée par "langue de bois", les hommes politiques et la presse officielle en font un usage intensif en complément de la propagande politique.

L'expression apparaît en France au cours des années 70, mais la pratique est bien antérieure... De nos jours dans notre pays, l'usage de la langue de bois est tellement répandu et le nombre des expressions tellement grand, que certains auteurs la considèrent comme un langage à part entière et lui consacrent des études et des ouvrages.

Le premier principe de la langue de bois est de ne jamais appeler un chat un chat. Elle permet de cacher la vérité, en répondant à côté de la question. Utilisée par les politiciens, de nombreux journalistes, des hauts fonctionnaires et des grands patrons, la langue de bois sert principalement à faire accepter à ceux qui l'écoutent le contraire de ce qu'ils souhaitent. Un autre avantage de la langue de bois est de cacher une l'absence de connaissance sur un sujet par une série de phrases creuses et de mots tout aussi creux.

Un auteur ironique se demande si elle n'est pas enseignée à l'École nationale d'administration (ENA). En tous cas, des élèves de ce élitiste établissement se sont amusés à créer un "générateur de langue de bois" qui a du servir à écrire nombre de discours.

Bon, on est pas là pour badiner. Gilblog vous offre une première leçon de langue de bois.

> Premier exercice (pour une approche facile autant qu'élémentaire). Il consiste à analyser le langage des sportifs interviewés à la télévision. Exemple : "Ça aurait du être un bon match, mais faute de réalisme, nos joueurs ont manqué de réussite, et à la trente quatrième minute, l'équipe adverse a changé de braquet, elle a su mettre à profit les failles de notre jeu et nous a privé de victoire", ce qui peut se traduire par : "notre équipe a mal joué, l'équipe adverse était meilleure et nous avons perdu". Bon, d'accord, ça c'est facile...

Mais, avec la langue de bois politique, il faut parfois se concentrer, ou écrire la phrase en entier pour ensuite l'analyser et parvenir à la traduire en bon français. Parfois c'est dur.

> Deuxième exercice. Lire et analyser cette déclaration fictive (mais tellement vraie !). On utilisera avec profit, le lexique qui suit.

Phrase en langue de bois à traduire en français.

"Il faut que les téléspectateurs le sachent : dans la conjoncture actuelle, où que nous mène la complexité de la globalisation, le gouvernement se doit de se préoccuper de la mondialisation et de la totalité des problématiques qu'elle sous entend. J'ajoute que du fait de la crise de ce début de siècle, il est nécessaire de décomplexifier et de faire preuve de pédagogie. Il est préférable à mon sens de prendre en considération la majorité des voies de bon sens que sont la loi du marché, la nécessité des réformes et de l'adaptation au moyen d'une bonne gouvernance. C'est la feuille de route que le Président de la République a donnée au gouvernement pour avancer vers une sortie de crise."

Lexique pour l'exercice.

Adaptation à la réalité du marché.

La concurrence vend moins cher que nous, donc nos coûts sont trop élevés, en conséquence il faut dégraisser (licencier), délocaliser l'activité, travailler plus en étant payé moins... afin de maintenir au même niveau les bénéfices attendus par les actionnaires.

Bonne gouvernance.

Faire en sorte que les capitalistes honnêtes puissent se garantir contre les méfaits des requins des affaires et continuer à engranger leurs profits le plus tranquillement possible.

Conjoncture actuelle.

Les temps sont durs, il faut vous serrer la ceinture.

Décomplexifier.

Simplifier.

Globalisation.

Mot étasunien pour mondialisation, ça signifie la même chose mais vu des USA qui est le pilote de la globalisation.

Loi du marché.

Il faut comprendre le contraire, c'est à dire : liberté totale des affaires destinée à favoriser les spéculateurs et les banques sur les marchés financiers. On pourrait dire aussi : loi du plus fort.

Mondialisation.

Prétexte utilisé pour toute délocalisation, réduction des acquis sociaux, en général toute mauvaise nouvelle, et parfois n'importe quoi. On devrait employer, pour être clair, "marchandisation du monde".

Pédagogie.

Le gouvernement fait preuve de pédagogie en parlant la langue de bois au peuple afin de lui faire accepter son sort.

Réformes.

Changements par la régression sociale, la suppression d'acquis sociaux et de droits obtenus précédemment par les syndicats et les salariés. 

Sortie de crise.

Période où les profits des grandes entreprises repartent à la hausse et où le gouvernement augmente les impôts pour rembourser les plans de relance. Pour les salaires, on verra plus tard : les augmenter nous plongerait à nouveau dans la crise.


> La langue de bois est un sujet inépuisable, plein de surprises et de mots tordus (parfois savoureux), et elle ne sévit pas que dans le domaine politique. Comme gilblog aime bien les sujets inépuisables, pleins de surprises et de mots tordus, attendez vous à voir bientôt de nouvelles pages.


> Un livre sur la langue de bois :

"Parlez vous la langue de bois ?" par Martine Chosson. Points. Format poche. 232 pages.  6, 50 euros.

D'autres livres sur la langue de bois...

"Une histoire de la langue de bois" par Christian Delporte. Flammarion.

"Langue de bois, décryptage irrévérencieux du politiquement correct et des dessous de la langue" par Gille Guilleron. First éditions.

"Petit lexique de la langue de bois" par Thérèse Mercury. L'Harmattan.

Gilblog La Borne mon village en Berry, est un blog de clocher, un cyberjournal d’expression locale et citoyenne. Dans gilblog, lisez des nouvelles de La Borne et du Berry en mots et en images, pages vues sur le web, citations, dico berrichon, coups de gueule et coups de coeur. Tout ça est éclectique, sans prétention et pas toujours sérieux, mais gilblog est amical avant tout. Gilblog, un site web fait à La Borne et réalisé entièrement à la main sur Mac, avec l'excellent  logiciel SandVox. © Photos Marie Emeret & JP Gilbert. © Textes et dessins JP Gilbert. Cartes postales anciennes: collection JP Gilbert. Vignettes : Dover éditions. Toute image ou contenu relevant du droit d’auteur sera immédiatement retirée en cas de contestation. Les commentaires sont les bienvenus sur ce site. Les avis exprimés ne reflètent pas l'opinion de gilblog, mais celle de leurs auteurs qui en assument l’entière responsabilité. Tout commentaire vulgaire ou injurieux, ne respectant pas les lois françaises, tout billet insultant ou hors sujet, sera automatiquement revu ou rejeté par le modérateur, ainsi que les messages de type SMS et ceux des trolls. Conformément à la loi, votre adresse IP est enregistrée par l'hébergeur.