John Perkins. Confessions d’un assassin économique.

Confessions d'un assassin économique-couvjohn-perkins

Ceux qui s’attendent à un roman d’espionnage situé dans les coulisses de la NSA, des officines mafieuses de la finance et du pouvoir seront déçus, car dans le livre choc de John Perkins tout est vrai ! 
Les assassins financiers sont des professionnels grassement payés qui escroquent des milliards de dollars à divers pays du globe. Ils dirigent l’argent de la Banque mondiale, de l’Agence américaine du développement international (USAID) et d’autres organisations “humanitaires”, vers les coffres de grandes compagnies et vers les poches de quelques familles richissimes qui contrôlent les ressources naturelles de la planète. Leurs armes principales : les rapports financiers frauduleux, les élections truquées, les pot-de-vin, l’extorsion, le sexe et le meurtre. Ils jouent un jeu vieux comme le monde, mais qui atteint des proportions terrifiantes en cette époque de mondialisation. …Je sais très bien de quoi je parle car j’ai été moi-même un assassin financier, dit John Perkins, auteur de l’ouvrage.

“Confessions d’un assassin économique – Nouvelles révélations d’initiés sur la manipulation des économies du monde” est la traduction en français du livre “Confessions of an Economic Hit Man”. Cette nouvelle édition du best-seller de John Perkins expose l’activité des assassins économiques qui sont à l’œuvre un peu partout sur la planète. De nouveaux chapitres où sont identifiées les manipulateurs d'aujourd'hui et où l'on trouve une chronologie détaillée de leurs activités, sont venus l’enrichir.
Le livre fourmille de détails sur la façon dont John Perkins lui-même et d'autres agents spéciaux, ont escroqué des milliards de dollars à plusieurs pays du monde. Il révèle comment le cancer mortel de l'assassinat économique s'est encore répandu pour devenir le système financier, gouvernemental et politique dominant (mais secret). 

L’auteur relate sa carrière dans la firme de consultants Main de Boston. Mais avant d’être engagé, Perkins a eu un entretien à la National Security Agency (NSA), tiens, tiens ! Il affirme que cette entrevue a servi de test pour devenir ce qu’il nomme un “assassin économique “ (economic hit man). La tâche de ces “consultants” peu fréquentables est de justifier et d’argumenter la signature par les États d’énormes emprunts internationaux dont l’argent finira sur les comptes en banques de grandes sociétés d’ingénierie et de construction états-uniennes.  Après déduction des sommes destinées à la corruption des élites locales, bien entendu !
Les besoins de financements ayant été surévalués par les “consultants” assassins financiers, les États victimes se trouvent incapables de payer leurs dettes et entrent en sujétion vis-à-vis de leur puissant créancier, les USA. 

“Pour l’essentiel, mon boulot consistait à identifier les pays détenant des ressources qui intéressent nos multinationales, et qui pouvaient être des choses comme du pétrole, ou des marchés prometteurs, des systèmes de transport… Une fois que nous avions identifié ces pays, nous organisions des prêts énormes pour eux, mais l’argent n’arriverait jamais réellement ; au contraire, il allait à nos propres multinationales pour réaliser des projets d’infrastructures, des choses comme des centrales électriques et des autoroutes qui bénéficiaient à un petit nombre de gens riches ainsi qu’à nos propres entreprises. Mais pas à la majorité des populations qui ne pouvaient se permettre d’acheter ces choses, et pourtant ce sont eux qui ployaient sous le fardeau d’une dette énorme, très semblable à celle de la Grèce actuellement, une dette phénoménale”.
Cette position de pouvoir permet ensuite au créancier d’exiger de l’État débiteur l’établissement de bases militaires, des votes aux Nations unies, l’accès aux richesses pétrolières et autres ressources naturelles, ainsi que la vassalité politique. Faux rapports de développement économique, fausses promesses, menaces, pots-de-vin, extorsion, dette comme arme utilisée pour asservir les États, supercheries, coups d'État, assassinats, sont les méthodes employées. La liste est longue en Afrique, en Asie, en Amérique latine, en Europe, où les nouveaux assassins économiques “trompent les citoyens et manipulent les représentants gouvernementaux en les amenant à se soumettre à des politiques inhumaines”. Pas étonnant que Perkins qualifie ces méthodes de “mafieuses“ !.

Et comme la majorité des citoyens vit en  ignorant ces réalités, les agences états-uniennes en association avec les banques, les gouvernements et les multinationales continuent à étendre leur pouvoir avec de nouveaux outils , comme la banque mondiale et le Fond Monétaire International [FMI], au moyen de leurs robocops, les assassins économiques…

Si le bruit du monde vous dérange, si vous voulez ignorer ce qui se trame réellement dans les coulisses du pouvoir, si vous aimez croire les infos de la télé et dormir sur vos deux oreilles, n’achetez pas ce livre. Mais si vous êtes curieux, inutile de vous dire que je vous recommande fortement ce bouquin décapant et instructif !!!


> “Confessions d’un assassin économique” par John Perkins. Editions Ariane (septembre 2016). Un livre broché de 428 pages. Format 15,5 x 23 centimètres. Prix 22 euros. En vente dans les bonnes librairies, Fnac et Amazon sur le web.



Gilblog La Borne mon village en Berry, est un blog de clocher, un cyberjournal d’expression locale et citoyenne. Dans gilblog, lisez des nouvelles de La Borne et du Berry en mots et en images, pages vues sur le web, citations, dico berrichon, coups de gueule et coups de coeur. Tout ça est éclectique, sans prétention et pas toujours sérieux, mais gilblog est amical avant tout. Gilblog, un site web fait à La Borne et réalisé entièrement à la main sur Mac, avec l'excellent  logiciel SandVox. © Photos Marie Emeret & JP Gilbert. © Textes et dessins JP Gilbert. Cartes postales anciennes: collection JP Gilbert. Vignettes : Dover éditions. Toute image ou contenu relevant du droit d’auteur sera immédiatement retirée en cas de contestation. Les commentaires sont les bienvenus sur ce site. Les avis exprimés ne reflètent pas l'opinion de gilblog, mais celle de leurs auteurs qui en assument l’entière responsabilité. Tout commentaire vulgaire ou injurieux, ne respectant pas les lois françaises, tout billet insultant ou hors sujet, sera automatiquement revu ou rejeté par le modérateur, ainsi que les messages de type SMS et ceux des trolls. Conformément à la loi, votre adresse IP est enregistrée par l'hébergeur.