Berlaudiot  jardine.

Les nouvelles histoires de Berlaudiot.


Berlaudiot-sieste-potiron

C'est la fin de la matinée, il est presque midi et il fait bin chaud. Berlaudiot arrête de jardiner, il pose ses outils et s'assied à l'ombre du noyer qui borde le potager. Il s'évente avec une feuille de potiron cueillie dans le jardin et se prépare à faire un p'tit somme avant l'glas du bissac. 

Mais il est réveillé par La Huguette qui arrive avec le casse croûte.

Eh, Berlaudiot, t'es rouge coum' si t'avais avalé un champ d'coqu'licots ! Tu d'vrais bin enl'ver c'béret qui t'fait chaud sul' caberlot !

Berlaudiot regarde à droite et à gauche, et derrière et devant. Personne en vue. 

J'peux bin enl'ver mon béret à c't'heure, parsoun' pourra vouèr' mon crân' d'œuf ! 

Berlaudiot empoigne son béret avec lequel il essuye son crâne chauve et ruisselant de sueur. Il pose le béret à côté de lui, il soupire d'aise  et se ventile de plus belle avec son éventail en feuille de potiron.

Je m'sens benaise sous l'calonnier, dit Berlaudiot ! J’ai bin bêché l'potager aujard’hui. J’ai bin mérité l'casse croûte. Et pi, Huguette tu f'ras eun' soupe à la citrouille pour eul' souper. Coum' ça j'aurons la pein' et pi l'profit !

Levant les yeux, il remarque quelque chose dans le noyer....

Tu vois ti c'que j'vois, dit-il à Huguette ? Eul' calonnier y donne pus coum' avant : agadon la  taille de ceux calons, y sont ti chtits !  Les pus grous y sont pas pus grands que mon pouce.  Ah, si seument il'taient coum' ceux potirons. Dame, y zont point d'tronc mais tu vois ti ceux grous fruits qui font !

Tu vois ti Huguette, poursuit Berlaudiot, les choses à z'auraient pu êt' auterment. Les potirons y z'auraient pu pousser su' les branches du noyer, et pi ceux chtites noix a z'auraient pu s’accrocher à la tige du potiron, a s'raient bin pus faciles à ramasser !

Un coup de vent agite les branches au-dessus de la tête de Berlaudiot. On entend un petit craquement, et quelque chose traverse le feuillage. Un bruit sec retentit et la chose heurte le crâne nu de Berlaudiot. Il ramasse la chose : c'est un ch'tit échalon bin dur. Il frotte son pauv' caberlot où un petit morceau de coquille s'est planté... 

Tu voué ti bin Berlaudiot, dit la Huguette, l'bon Dieu il a bin fait les choses ! T'imagin' si ça l'tait un potiron qui t's'rait tombé su' la tête !


> Si le sens d'un mot vous échappe, vous le trouverez dans le glossaire du parler berrichon de gilblog. >>> Lien.

Gilblog La Borne mon village en Berry, est un blog de clocher, un cyberjournal d’expression locale et citoyenne. Dans gilblog, lisez des nouvelles de La Borne et du Berry en mots et en images, pages vues sur le web, citations, dico berrichon, coups de gueule et coups de coeur. Tout ça est éclectique, sans prétention et pas toujours sérieux, mais gilblog est amical avant tout. Gilblog, un site web fait à La Borne et réalisé entièrement à la main sur Mac, avec l'excellent  logiciel SandVox. © Photos Marie Emeret & JP Gilbert. © Textes et dessins JP Gilbert. Cartes postales anciennes: collection JP Gilbert. Vignettes : Dover éditions. Toute image ou contenu relevant du droit d’auteur sera immédiatement retirée en cas de contestation. Les commentaires sont les bienvenus sur ce site. Les avis exprimés ne reflètent pas l'opinion de gilblog, mais celle de leurs auteurs qui en assument l’entière responsabilité. Tout commentaire vulgaire ou injurieux, ne respectant pas les lois françaises, tout billet insultant ou hors sujet, sera automatiquement revu ou rejeté par le modérateur, ainsi que les messages de type SMS et ceux des trolls. Conformément à la loi, votre adresse IP est enregistrée par l'hébergeur.