Berlaudiot et la déprime du père Noël.


Les nouvelles histoires de Berlaudiot.


Pere-Noel-deprime

Le matin de Noël, Antoine Bedouillat (eul’ fils d'Amélie Bedouillat), dit "Nez d’chat”, vient saluer son voisin Berlaudiot. Il frappe au barriau. 
Vin don t’met’ au chaud, Nez d’chat. Tu prendras bin eun’ chtit’ goutte ? Allez, acute toi là. 

Antoine remercie et y s’siése. Mais à peine qu’il est assis, le v’la qui coummenc’ à brâmer coum’ un viau pour dire tous ses malheurs.
- Berlaudiot, si tu savais comment mes affées à vont mal ! Malgré mon boulot saisonnier d’père Noël à Mareuil sur Clavière, j’arriv’ pu à joind’ les deux bouts. Faut dire que l’patron des Nouvelles Galeries il a eun’ bourse en piau d’hérisson ! Mêm’ sa femme à dit qu’y tondrait un pou pour avouér’ sa piau !

Et pi y a pu d’respect, y a des gamins qui m’font des misées et yeu parents y z’y fichent mêm’ pas eun’ calott’ !  Y a des foués même, les pu p’tits y m’pissent eud’ d’sus ! 

D’ailleurs, ajoute-t-il, coum’ la paye al’ est bin maig’ la Monette al’ est qu’à rouspète tout l’temps qu’àl’ a point assez d’sous pour fée les courses. Tu sais bin, Berlaudiot, quand y a pu d’foin au râtelier, les ch’vaux y s’battent ! 

Et pi la Monette à veut pu que j’la touch’, à veut mêm’ pu coucher avec moué (ça c’est ptêt’ eul’ pire, pasque tu sais bin que j’sons un chaud d’la couche, et pas gningnant !)….

Berlaudiot, assis à côté de lui, écoute patiemment, sans dire un mot.

Soudain, alors que son voisin continue de se lamenter, Berlaudiot a une idée. 
Nez d’chat, t’aimerais ti pu avoir besoin d’travailler pour fée bouillir la marmit’ ?

- Dame oui, dit Antoine en étouffant ses plaintes.

Antoine, tu voudrais ti rester au coin du feu ou fée la sieste à l’omb' quand qu’tu voudrais  ?

- Ah dame oui ! dit Nez d’chat dont le visage commence à s'éclairer.

Antoine, tu voudrais ti pouvoir jouer à la belote ou dormir sans donner d’esplications à personne ?

- Oh oui ! s’exclame Antoine qui commence à reprendre espoir.

Antoine, tu voudrais qu’la Monette à t’donne eud’ l'affection seument quand tu viens en charcher, sans rin te d’mander en pour ?

C’est bin ça Berlaudiot ! Heu, t’es ti clairvoyant ! dit Antoine avec ardeur.

Alors Berlaudiot se lève d'un bon et se met à courir en direction du village. Tout surpris, Antoine crie à Berlaudiot. 
- Bin Berlaudiot, où qu’c’est ti qu’tu vas ?

J’m’en vas à l’église pour d’mander au jésus de t’changer en chat pour de bon ! C’est la Nouel, y f’ra bin queuq’ chose !


> Si le sens d’un mot vous échappe, vous le trouverez dans le Glossaire du parler berrichon. >>> Lien.

Gilblog La Borne mon village en Berry, est un blog de clocher, un cyberjournal d’expression locale et citoyenne. Dans gilblog, lisez des nouvelles de La Borne et du Berry en mots et en images, pages vues sur le web, citations, dico berrichon, coups de gueule et coups de coeur. Tout ça est éclectique, sans prétention et pas toujours sérieux, mais gilblog est amical avant tout. Gilblog, un site web fait à La Borne et réalisé entièrement à la main sur Mac, avec l'excellent  logiciel SandVox. © Photos Marie Emeret & JP Gilbert. © Textes et dessins JP Gilbert. Cartes postales anciennes: collection JP Gilbert. Vignettes : Dover éditions. Toute image ou contenu relevant du droit d’auteur sera immédiatement retirée en cas de contestation. Les commentaires sont les bienvenus sur ce site. Les avis exprimés ne reflètent pas l'opinion de gilblog, mais celle de leurs auteurs qui en assument l’entière responsabilité. Tout commentaire vulgaire ou injurieux, ne respectant pas les lois françaises, tout billet insultant ou hors sujet, sera automatiquement revu ou rejeté par le modérateur, ainsi que les messages de type SMS et ceux des trolls. Conformément à la loi, votre adresse IP est enregistrée par l'hébergeur.