Balade nucléaire en vallée de Loire.

Gien-chateau-centrale


Les villes et les châteaux se succèdent le long de la Loire et font de cette belle région Le grand lieu touristique de France.
La Vallée de la Loire qui regroupe les anciennes provinces d’Orléanais, de Touraine et d’Anjou est inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Elle est remarquable par la qualité du patrimoine architectural de ses villes historiques (Amboise, Blois, Chinon, Orléans, Saumur et Tours, notamment), mais aussi par ses châteaux, parmi lesquels Amboise, Azay-le-Rideau, Chambord et Chenonceau. La vallée est également fameuse pour son fleuve, ses vins et ses vignobles.
Mais le long de la Loire on trouve d’autres monuments qui appartiennent à l’ère moderne : cinq centrales nucléaires ! Et si la carte du Patrimoine mondial de l’Unesco évite de les montrer, elles sont là tout de même.
Pour celles et ceux qui veulent faire une balade originale ou rafraîchir leurs connaissances, voila une page qui ne figure pas dans les guides. C’est un inventaire des installations nucléaires dans la vallée de la Loire. Des installations nucléaires avec lesquelles, nous, habitants de la région centre voisinons sans toujours le savoir.
Alors, bienvenue en Pays de Loire nucléaire !

> La Loire nucléaire c’est…

Des centrales électronucléaires et 14 réacteurs (23% de la puissance française) prévues pour fonctionner entre 25 et 30 ans. Parmi elles, 9 sur 14 ont déjà dépassé l’âge limite ! Le nucléaire dans la vallée de la Loire produit une puissance électrique de 14 500 mégawatts (pour 63 000 mégawatts en France), soit 23 % de la puissance électronucléaire française.


> Le nucléaires dans la vallée de la Loire, les centrales et leurs réacteurs.

centrale-nucleaire-de-dampierre-en-burly

Chinon (Avoine).
4 réacteurs à eau sous pression (1982, 83, 86 et 87) de 900 mégawatts, fonctionnant avec du mox. 3 réacteurs graphite gaz (70, 210 et 480 mégawatts) mis en service en 1963, 1965 et 1966, arrêtés respectivement en 1973, 1985 et 1986.

1-nuages-de-vapeur-s-elevent

Saint Laurent Nouan (anciennement Saint Laurent des Eaux).
2 réacteurs à eau sous pression de 900 mégawatts chacun mis en service en 1981 et fonctionnant avec du mox (uranium enrichi avec 7 % de plutonium).  2 réacteurs graphite gaz (480 et 420 mégawatts) mis en service en 1969 et 1971, arrêtés respectivement en 1990 et 92.

Dampierre.
4 réacteurs à eau sous pression. (datant de 1980 et 1981) de 900 mégawatts, fonctionnant avec du mox.

Belleville.
2 réacteurs à eau sous pression. (datant de 1987 et 1988) de 1300 mégawatts, fonctionnant à l’uranium enrichi.

Civaux (sur la Vienne).
2 réacteurs à eau sous pression.(datant de 1997 et 1999) de 1450 mégawatts, fonctionnant à l’uranium enrichi.


> La Loire nucléaire c'est aussi…

Sur un total de 14 réacteurs en fonctionnement (en tout 58 en France), 10 réacteurs fonctionnent au mox (uranium enrichi avec 7 % de plutonium) et  présentent un risque supplémentaire car ce combustible est particulièrement dangereux. C’est le même mox en fusion qui irradie le sous sol d’un des réacteurs en ruine de la centrale Fukushima. `
Tous les réacteurs ont été conçus pour une durée de fonctionnement de trente ans, mais 9 des 14 réacteurs de la vallée de la Loire ont déjà dépassé cette limite d’âge ! Pour des raisons de sécurité évidentes, il faudrait décider l’arrêt immédiat des réacteurs de plus de trente ans !!!  
Les réacteurs graphite gaz aujourd’hui à l’arrêt (Chinon et Saint Laurent Nouan), ont produit de l’électricité mais aussi des tonnes de plutonium pour la bombe atomique ! Ces cinq réacteurs graphite gaz sont partiellement démantelés mais les matériaux radioactifs sont restés sur place, en particulier les milliers de tonnes de graphite contaminé, alors que ce matériau est particulièrement inflammable.


> La Loire nucléaire c'est aussi… Des accidents !

Gien-tours-Centrale nucléaire

Un scandale : les accidents de 1969 et 1980 à Saint Laurent des eaux, avec rejets directs de plutonium dans l’eau du fleuve. Or le plutonium et un des radioélément des plus toxiques qui soient sur terre ! Trente cinq ans après, on retrouve encore ce poison dans les sédiments jusqu’en Anjou et sans doute en Loire-atlantique.  
Hydrogène, iode, carbone, tritium qui n’ont été éliminés par aucune filtration, des milliards de particules radioactives provenant des centrales ont été rejetées “en toute légalité” dans la Loire.


> La Loire nucléaire c'est aussi…  Des centrales d'irradiation des aliments.

À Sablé sur Sarthe près du Mans et à Pouzauges près de Nantes.  
En France et en Europe, les denrées alimentaires irradiées aux rayons gamma sont nommées autrement, elles portent hypocritement la mention “traité par rayonnements ionisants” ou “traité par ionisation”, pour endormir la vigilance du consommateur. En pratique, cette signalétique n'apparaît quasiment jamais car les ingrédients irradiés sont le plus souvent incorporés dans des plats préparés où ils sont mélangés à d'autres non irradiés.


> La Loire nucléaire c'est aussi…. Des sites militaires.

Bourges. 
Essais et production d’armement. L’établissement a effectué des milliers de tirs d’obus à l’uranium appauvri sur le terrain du polygone de Bourges.

Monts. (à 15 km au sud-ouest de Tours).
Dans les centres du Ripault et du Ruchard, des expérimentations sur certains composants des armes nucléaires étaient (ou sont encore ?) effectuées par le CEA, direction des armements nucléaires.


> La Loire nucléaire c'est aussi… La production de déchets radio actifs.

Toutes les centrales ont des piscines dans lesquelles des milliers de tonnes de combustible usagé très fortement irradié sont mis à refroidir pendant quelques années avant leur transfert à la Hague.

Champteusse-sur-Baconne (Maine et Loire).
La plupart des déchets de démantèlement des réacteurs graphite gaz sont entreposés dans les centrales mais il y a 109 tonnes de déchets de faible activité (1 becquerel par gramme) dans la décharge de Champteusse-sur-baconne.


> La Loire nucléaire c'est aussi… des “zones d’exclusion”. 

zones-exclusion-nucleaire-Loire

C’est à dire en bon français : des zones d’exclusion nucléaire, des territoires à évacuer à la suite d’une catastrophe nucléaire.
Après le tremblement de terre et le tsunami qui ont provoqué la catastrophe de la centrale nucléaire de Fukushima le 11 mars 2011, le gouvernement japonais a défini une zone d'exclusion nucléaire de 20 kilomètres. Le gouvernement étatsunien, lui, recommandait à ses ressortissants d'évacuer une zone de 80 kilomètres autour de la centrale. Après la catastrophe de Tchernobyl le 26 avril 1986, la zone d'exclusion nucléaire était de 30 kilomètres. Et tout ça ne tient pas compte des vents….
Les villages proches de Tchernobyl sont encore déserts et sans aucune activité humaine. Ces zones ne seront pas habitables avant plusieurs siècles car les éléments radioactifs les plus dangereux auront atteint leur demi-vie dans 900 ans. 
Pour compléter cette carte 
des zones d’exclusion nucléaire de la Région Centre (70 kilomètres), remarquez les distances en kilomètres à partir de Bourges. Belleville : 65 kilomètres. Dampierre : 90 kilomètres. Saint Laurent des eaux : 110 kilomètres. Chinon : 180 kilomètres. Civaux : 170 kilomètres. Pour voir la carte des zones d’exclusion nucléaire de la France, cliquez sur l’ image ou sur ce lien www.luckynuke.net/

Fukushima, plus de 160 000 personnes déplacées….. Tchernobyl,  plus de 230 000 personnes déplacées…… et les ruines de ces catastrophes continuent d’irradier et de polluer ! Combien de temps encore devrons nous encore craindre les dangers de cette industrie ? Faudra-t-il un accident majeur pour qu’on décide d’arrêter le nucléaire ?


> La Loire nucléaire c'est aussi… Une journée d’action samedi 8 avril organisée par “La Loire à zéro nucléaire”. 

Une randonnée à pied, à vélo ou en bateau de Saint Laurent des eaux à Blois (pique nique tiré du panier à midi). De 9 heures 30 à 20 heures. Informations en cliquant sur ce  >>> Lien.


> Informations empruntées à  “Loire à zéro nucléaire”, que je remercie.


Gilblog La Borne mon village en Berry, est un blog de clocher, un cyberjournal d’expression locale et citoyenne. Dans gilblog, lisez des nouvelles de La Borne et du Berry en mots et en images, pages vues sur le web, citations, dico berrichon, coups de gueule et coups de coeur. Tout ça est éclectique, sans prétention et pas toujours sérieux, mais gilblog est amical avant tout. Gilblog, un site web fait à La Borne et réalisé entièrement à la main sur Mac, avec l'excellent  logiciel SandVox. © Photos Marie Emeret & JP Gilbert. © Textes et dessins JP Gilbert. Cartes postales anciennes: collection JP Gilbert. Vignettes : Dover éditions. Toute image ou contenu relevant du droit d’auteur sera immédiatement retirée en cas de contestation. Les commentaires sont les bienvenus sur ce site. Les avis exprimés ne reflètent pas l'opinion de gilblog, mais celle de leurs auteurs qui en assument l’entière responsabilité. Tout commentaire vulgaire ou injurieux, ne respectant pas les lois françaises, tout billet insultant ou hors sujet, sera automatiquement revu ou rejeté par le modérateur, ainsi que les messages de type SMS et ceux des trolls. Conformément à la loi, votre adresse IP est enregistrée par l'hébergeur.