L’épicerie de La Borne, l’épicerie de Jodi.

1-Epicerie-LaBorne

Parler de La Borne sans dire un mot sur l’épicerie de Jodi serait commettre un oubli impardonnable….

L’histoire commence comme ça. De retour des États Unis en 1978, Jodina Huitema (Jodi pour les amis) aimerait s’installer près de sa famille, au pays, à La Borne. Une maison située chemin des Usages appartenant au professeur Rocard (qui habite La Borne) est à vendre. Le vendeur est disposé à faire un rabais si Jodi y crée une activité utile au village, “une épicerie par exemple”, dit monsieur Rocard… Et bien, ce sera une épicerie décide Jodi. 

Les travaux, réalisés avec une bande de copains commencent fin 1978. L’ouverture a lieu le 18 août 1979. L’histoire de l’épicerie de La Borne commence…

Les premières années, c’est une épicerie de village qui offre les produits essentiels : conserves, pâtes, fromages, café, thé, charcuterie, boissons, légumes, lessive, allumettes, bougies…. Le décor rustique d’origine est conservé, on marche sur un sol de beaux carreaux de Pierre Digan. Les clients sont essentiellement locaux, potiers et bornois d’âge mûr, retraités ; avec l’épicerie de Jodi à deux pas, ils n’ont plus besoin d’aller jusqu’à Henrichemont, sauf le mercredi jour de marché. Aux alentours, alors que les villages perdent leurs commerces, on envie un peu La Borne avec ses deux cafés, sa boulangerie et son épicerie.

CartePostale-Epicerie

Comme elle a toujours la bosse des voyages, Jodi rapporte des pays lointains de jolis paniers et des objets d’artisanat qu’elle accroche aux solives. Elle élargit sa gamme de thés, ajoute des confiserie orientales, des produits bio, des produits orientaux qu’elle va chercher à Paris chez Tang frères.… Les visiteurs du week-end parlent autour d’eux de cette petite épicerie originale où l’on trouve un peu tout.

En cette fin des années quatre vingt, il n’y a pas de restauration à La Borne. Mais chez Jodi, il y a des thés en abondance. Pourquoi pas un salon de thé dans la pièce d’à côté ? Et à la belle saison, on pourrait s’installer dans le jardin derrière, au calme ? Et si on vendait des gâteaux maison ? Le “salon d’thés” de l’épicerie ouvre donc…

Murs badigeonnés à l'ocre, mobilier rustique, appliques genre Sumatra Bornéo ou de quelque part par là-bas, pots, théières et tasses en grès de La Borne. Le cadre est accueillant.

Il semble que le “salon d’thés” a ouvert l’appétit des visiteurs. De fil en aiguille l’offre s’étoffe et Jodi inaugure les “p’tits mangements”. Rien que du simple et du local : assiettes de fromages de chèvres, omelette, pâté de pommes de terres, jambon et salade…

LaBorne-Epicerie-Entree

De là à faire un petit restaurant il n’y a qu’un pas. Jodi équipe la cuisine avec du matériel moderne et conçoit une carte originale où voisinent des classiques berrichons et des plats agrémentés d’un soupçon de saveurs exotiques. La carte des vins fait la part belle aux Sancerre et Menetou Salon. Un trio de filles dynamiques fait des rotations : Jodi, Carmen et Anne Françoise sont une semaine en cuisine, une semaine au comptoir de l’épicerie…

L’accueil est bon, Jodi a un mot plaisant et un sourire pour chacun, la formule plaît, l’ambiance est gaie, on est à La Borne, on est bien.

L’été le restaurant déménage au jardin, Prosper construit un auvent couvert de bardeaux de bois pour abriter les clients du soleil ou de la pluie. Et maintenant, il y a même des glaces !

Au début des années deux mille, Jodi, fatiguée de cette aventure trépidante décide de prendre du repos, et cède l’épicerie. 

La même formule continue avec une cuisine un peu plus classique. Pascal et Élodie sont aux commandes. 

Samedi 26 août 2006 vers 19 heures, un incendie éclate au premier étage de l’épicerie. Rapide et efficace intervention des pompiers d’Henrichemont. Mais quand même, il y a des dégâts, toiture à refaire, de l’eau et de la suie partout. Pascal et Élodie retroussent leurs manches et le 28 octobre de la même année à neuf heures, c’est la ré-ouverture.

Mais l’environnement a changé, une grande surface s’est installée à Henrichemont, la clientèle bornoise a pris de l’âge, et les choses ne sont plus “comme avant”. La crise économique qui semblait avoir oublié l’épicerie fait sournoisement un dégât de plus à La Borne.

En 2015, son activité ayant cessé, l’épicerie de La Borne ferme ses portes et est radiée du Registre du commerce. Elle a vécu plus de vingt ans.

Mais ce n’est pas fini, car un repreneur aurait décidé de faire revivre l’établissement. Déjà, on s’affaire dans la maison, on nettoie, on rénove. Restons à l’écoute, on en reparlera bientôt.

Gilblog La Borne mon village en Berry, est un blog de clocher, un cyberjournal d’expression locale et citoyenne. Dans gilblog, lisez des nouvelles de La Borne et du Berry en mots et en images, pages vues sur le web, citations, dico berrichon, coups de gueule et coups de coeur. Tout ça est éclectique, sans prétention et pas toujours sérieux, mais gilblog est amical avant tout. Gilblog, un site web fait à La Borne et réalisé entièrement à la main sur Mac, avec l'excellent  logiciel SandVox. © Photos Marie Emeret & JP Gilbert. © Textes et dessins JP Gilbert. Cartes postales anciennes: collection JP Gilbert. Vignettes : Dover éditions. Toute image ou contenu relevant du droit d’auteur sera immédiatement retirée en cas de contestation. Les commentaires sont les bienvenus sur ce site. Les avis exprimés ne reflètent pas l'opinion de gilblog, mais celle de leurs auteurs qui en assument l’entière responsabilité. Tout commentaire vulgaire ou injurieux, ne respectant pas les lois françaises, tout billet insultant ou hors sujet, sera automatiquement revu ou rejeté par le modérateur, ainsi que les messages de type SMS et ceux des trolls. Conformément à la loi, votre adresse IP est enregistrée par l'hébergeur.