Un événement,  le Symposium céramique de 1977 à La Borne.

symposium


Un des événements qui aura marqué l’histoire de La Borne et qui a contribué à en faire une capitale de l’art céramique a été le Symposium de 1977.
Symposium, ce mot à l’air barbare, signifie tout simplement : réunion, forum, colloque, conférence, congrès réunissant des gens de même métier. Mais cette réunion ou ce forum là n’avait rien d’ordinaire….

1-affiche-symposium-1977 copie

Pour l’histoire de la céramique (et l’histoire de l’art tout court), le symposium de 1977 est un rassemblement exceptionnel de céramistes français et étrangers. Par cet événement, La Borne devient une nouvelle étape dans la modernité de la céramique. Et, sans doute pour bien souligner la chose, le sculpteur César est l’invité d’honneur de la rencontre !

Le Symposium c’est pendant un mois, du 11 juillet au 7 août : la réalisation de pièces tournées et de sculptures; une exposition de la création céramique internationale avec les œuvres des plus grands artistes du moment; une quinzaine de conférences sur la céramique; la cuisson commune dans un four couché traditionnel de près de trente mètres cubes pendant quarante heures (du 28 au 29 juillet) avec vingt deux stères de bois plus trois jours de refroidissement;  un concours de tournage : tour à pied, électrique et à bâton; une exposition de clôture et une vente aux enchères. Et aussi dix tonnes de terre de La Borne, cinq cents kilos de pâte à porcelaine (offerte par la Manufacture de Sèvres), et plus de mille pièces mises au four ! 

Symposium 1977-La Borne Cesar Baldaccini

Cette année là, les activité se déroulent dans plusieurs lieux de travail : deux étonnantes structures polyédriques reliées l'une à l'autre (dites “bulles”) prêtées par Pierre Digan, un grand atelier dans un bal-parquet sous chapiteau, un atelier de tournage, deux salles d’exposition (l'ancienne école de filles et la grange d'Hélène Bedu. Et n’oublions pas la cuisson collective dans le four “Foucher-Bernon”, un four couché traditionnel à flamme directe dont la dernière cuisson remontait à 1908 ! 

Les participants logent chez les potiers et dans les hôtels locaux. Pour les repas, pris en commun, le café “Chez Roland” rebaptisé “la maison de la culture”, fait office de cantine. 

Certains se souviennent encore de l’arrivée de César, sculpteur déjà fameux dont l’invitation fut suggérée par son ami le céramiste Jean-Paul Van Lith. “Nous étions quelques uns réunis au bistrot du village “Chez Roland” lorsque, d'une Jaguar noire rutilante de propreté descendirent deux hommes vêtus de toile blanche : un petit, César lui-même et un grand, son assistant. Ils se joignirent à nous pour boire des canons d'excellent vin de Morogues. La nuit pouvait s'enchaîner avec le jour. Les plus solides ou les moins épuisés se retrouvaient pour débattre sans fin des finalités de l'art ou du sexe des anges”, raconte Michel Lévêque. 

Chimère" de Janina Karczewska-Konieczna

Les organisateurs du symposium étaient Alain Girel et Jeanne Grandpierre (initiateurs du projet et résidents de La Borne à l’époque), Jean Linard (bornois lui aussi), Pierre Digan (qui fournit matériel et locaux) et Janet Stedman ( bornoise elle aussi), parmi eux   deux n’étaient pas bornois : Michel Lévêque venait de Bourges et Jean-Pierre Viot de Ruffec le Château. Plus la troupe des bénévoles …Et une bonne trentaine d’invités français et étrangers. Et des visiteurs en grand nombre, comme le montrent les images du film.

Cette année là Philippe Bonnier, jeune diplômé de l'École Louis Lumière (option cinéma) réalise son premier film documentaire : “La Borne 1977. Un film tourné autour du pot". On peut voir la video sur le site web de la Cinémathèque centrale de l’enseignement public. >>> Lien. (cliquez sur la ligneBibliothèques universitaires dont dépend la Cinémathèque centrale de l’enseignement public.)

L’histoire de la céramique de ce demi siècle reste encore à écrire, et parmi les épisodes et les lieux qui ont marqué son évolution en France, on compte le Symposium de La Borne en 1977. Un événement qui a durablement marqué toute une génération. Dans le souvenir de certains participants, c’est un “festival de Woodstock de la céramique”, auquel des milliers de personnes affluent, souvent en auto-stop, pour découvrir l'évènement.

Ensuite La Borne a régulièrement accueilli des cuissons collectives lors de nombreuses rencontres, que ce soit dans le four Foucher Bernon ou celui des ateliers Talbot remis en service. Depuis le symposium, organisées par l’association des céramistes, les Rencontres nationales et internationales se succèdent à La Borne, et les fours à bois de toutes sortes se préparent dans les ateliers et s’enflamment à l’automne pour les “Grands feux”. 

> Une projection du film de Philippe Bonnier a eu lieu au Centre de céramique contemporaine en août 2017, suivie d’une évocation et d’un débat sur le symposium de 1977, à l’occasion de ce quarantième anniversaire. On peut voir la video de cette rencontre et des intéressants témoignages qu’on a pu y entendre en cliquant sur ce >>> Lien.

> Photos, de haut en bas. Les participants à la cuisson devant le four Foucher. L’affiche du symposium. Le sculpteur César, troisième à partir de la droite. "Chimère” sculpture en grès de Janina Karczewska-Konieczna.

> Sources : “Des souvenirs en mémoire du symposium de la Borne”. Le Berry Républicain du 15/08/2017. 
Symposium de 1977, le dossier complet. Les céramophiles.
>>> Lien.
Le Symposium de 1977, par Salvatore Parisi. >>> Lien.
Galerie Stimmung. Le génie du symposium de 1977. >>> Lien.

Gilblog La Borne mon village en Berry, est un blog de clocher, un cyberjournal d’expression locale et citoyenne. Dans gilblog, lisez des nouvelles de La Borne et du Berry en mots et en images, pages vues sur le web, citations, dico berrichon, coups de gueule et coups de coeur. Tout ça est éclectique, sans prétention et pas toujours sérieux, mais gilblog est amical avant tout. Gilblog, un site web fait à La Borne et réalisé entièrement à la main sur Mac, avec l'excellent  logiciel SandVox. © Photos Marie Emeret & JP Gilbert. © Textes et dessins JP Gilbert. Cartes postales anciennes: collection JP Gilbert. Vignettes : Dover éditions. Toute image ou contenu relevant du droit d’auteur sera immédiatement retirée en cas de contestation. Les commentaires sont les bienvenus sur ce site. Les avis exprimés ne reflètent pas l'opinion de gilblog, mais celle de leurs auteurs qui en assument l’entière responsabilité. Tout commentaire vulgaire ou injurieux, ne respectant pas les lois françaises, tout billet insultant ou hors sujet, sera automatiquement revu ou rejeté par le modérateur, ainsi que les messages de type SMS et ceux des trolls. Conformément à la loi, votre adresse IP est enregistrée par l'hébergeur.