MCB. Bourges sous l'étouffoir.

28-11-2014-baillons

Avec le sujet de la maison de la Culture un vilain état d'esprit règne à Bourges. L'information est sous l'étouffoir. On assiste à un processus de confiscation de l'information au service de la gouvernance municipale de quelques uns, avec la connivence active d'autres intervenants (comme le quotidien local d'information, et de quelques élus d'autres collectivités territoriales).

Ainsi, de peur d'avoir à répondre à la critique au moyen du dialogue public, on préfère mettre sous le boisseau l'expression des opinions différentes.

On essaye de faire croire aux berruyers que les tenants d'un autre projet s'opposent à l'existence même d'une maison de la Culture à Bourges (alors qu'ils la désirent plus que tout et agissent dans ce sens dans leurs associations, et souvent depuis des années !).

On essaye de disqualifier les adversaires du projet municipal en les dénigrant, mais sans répondre à leurs objections et à leurs propositions. C'était le cas à la réunion publique du 14 novembre, où le maire de Bourges a tenté de discréditer l'architecte Christian Gimonet venu exprimer la contradiction.

On traite par le mépris ceux qui proposent une alternative pour la construction de la MCB et veulent préserver le site arboré de la place Séraucourt. On les dit manipulés et étrangers à la ville.

Le rédacteur en chef du quotidien d'information locale traite les opposants au projet municipal de "fossoyeurs" dans un article méprisant. 

Le même quotidien d'information locale publie le point de vue officiel et rien que celui là. Et produit des compte rendus des événements où le fond n'est jamais abordé.

On refuse une salle du Conseil général dans laquelle une réunion publique d'information devait se tenir.

On sollicite le soutien de personnalités berruyères et d'autres ("étrangères à la ville"), en faveur du projet municipal sans leur exposer le point de vue des deux parties. Madame Tasca, ancien ministre, qui a signé cet appel sera sans doute désagréablement surprise en découvrant le pot aux roses.

Ce faisant, on dissimule les faits aux citoyens de Bourges.

Savent-ils par exemple que : 

etouffoir-2

Le cahier des charges de la réhabilitation sur le site d'origine remis par la municipalité aux architectes, excluait l'utilisation du terrain de l'école de musique et de danse, ce qui corsetait le projet dans un espace trop étroit et empêchait toute variante ou évolution. On a vu par la suite les conséquences désastreuse de ce choix.

Sachant depuis longtemps que le sous sol de la MCB recelait d'importants vestiges gallo-romains, l'ancien maire a demandé oralement à la Direction des affaires cuturelles (DRAC) de fermer les yeux sur l'absence de fouilles réglementaires. Ce procédé d'évitement ou de détournement de la procédure obligatoire ne pouvait conduire qu'à une réaction de l'administration. Le ministre a donc ordonné que les fouilles aient lieu.

Le budget prévisionnel de la reconstructionde la MCB sur son site était sous évalué, et ne prévoyait pas les fouilles archéologiques, les fondations spéciales, les conséquences de la révision du PLU ...etc. Ainsi, le budget est il passé en 2008, 2009, 2010, 2011 et 2012 par des réajustements successifs, de douze millions huit cent mille euros (12,8 M€ hors taxes), à treize millions trois cent mille euros (13,3 M€), puis quatorze millions cent mille euros(14,1 M€), seize millions cent mille euros (16,1 M€), puis dix neuf millions d'euros (19 M€).

Malgré cette gestion hasardeuse, l'abandon du projet sur le site originel (et la perte des sommes engagées, six millions sept cent mille euros) ne se justifiait pas, puisqu'on pouvait réaliser la MCB en utilisant aussi la parcelle de l'école de musique et de danse. Ainsi, le maire de Bourges et la majorité municipale, indifférents à sa valeur et à son symbole, délaissaient le site prestigieux (classé monument historique) de la première maison de la culture de France, sans reconsidérer le cahier des charges du projet.

Le nouveau site retenu par le maire sur la pente de Séraucourt se trouve dans le périmètre de cinq cent mètres de la cathédrale Saint Étienne, patrimoine mondial de l'Unesco. Comment ce fait (qui avait empêché de modifier le projet de reconstruction en réhaussant l'édifice), a-t-il pu être ignoré par ceux qui pilotent le projet ? Ont-ils demandé les autorisations nécessaires ?

L'avis obligatoire de l'architecte des bâtiments de France pour l'abattage des arbres place Séraucourt, n'a pas été demandé avant de prendre la décision.

L'annonce la même semaine de l'achat des terrains de l'entreprise Monin par Bourges plus, et du versement d'un demi million d'euros pour la nouvelle MCB par cette entreprise au titre du mécénat, revient à faire payer cette somme aux contribuables.

> On est en droit de s'interroger : la municipalité est-elle responsable d'autres étrangetés de ce type ? 

Ces méthodes créent la méfiance et génèrent une perte de confiance envers les élus qui les pratiquent. Ceux qui se conduisent de la sorte sont disqualifiés : ils invoquent en vain la démocratie et le respect du droit, ils se discréditent et discréditent la politique aux yeux des citoyens. 

La vérité fera son chemin tôt ou tard et le réveil de ceux qui manient l'étouffoir sera probablement douloureux.


> Illustrations : Photo du haut : le 28 novembre 2014, devant la mairie, des manifestants baillonnés font une haie d'honneur aux conseillers municipaux. En bas : d'après Savignac.

> Sources : 

Le Berry Républicain.

Discours de madame Irène Felix au Conseil municipal du 28 novembre. >>> Lien.

Lire aussi dans gilblog les pages retraçant les événements depuis 2011 dans la rubrique Culture et MCB. >>> Lien.

> Pétition : au 1er décembre 6050 personnes signataires disent NON à la destruction des Jardins de Séraucourt, OUI à la réhabilitation de la MACU sur son site. >>> Lien. 

> Les associations du collectif Luttes Séraucourt : Groupe MACU de Bourges / Association des amis de la maison de la culture / Berry’ing / Mon cher vélo / Collectif pour un projet alternatif maison de la culture / Nature 18 / Société pour la Protection des Paysages et de l’Esthétique de la France (SPPEF) /  Comité Bourges Ta Zad / Association KI-6-col’. 

Contact pour joindre le collectif : Luttes Séraucourt 110 rue Charlet 18000 Bourges.  luttes.seraucourt.bourges@gmail.com


Gilblog La Borne mon village en Berry, est un blog de clocher, un cyberjournal d’expression locale et citoyenne. Dans gilblog, lisez des nouvelles de La Borne et du Berry en mots et en images, pages vues sur le web, citations, dico berrichon, coups de gueule et coups de coeur. Tout ça est éclectique, sans prétention et pas toujours sérieux, mais gilblog est amical avant tout. Gilblog, un site web fait à La Borne et réalisé entièrement à la main sur Mac, avec l'excellent  logiciel SandVox. © Photos Marie Emeret & JP Gilbert. © Textes et dessins JP Gilbert. Cartes postales anciennes: collection JP Gilbert. Vignettes : Dover éditions. Toute image ou contenu relevant du droit d’auteur sera immédiatement retirée en cas de contestation. Les commentaires sont les bienvenus sur ce site. Les avis exprimés ne reflètent pas l'opinion de gilblog, mais celle de leurs auteurs qui en assument l’entière responsabilité. Tout commentaire vulgaire ou injurieux, ne respectant pas les lois françaises, tout billet insultant ou hors sujet, sera automatiquement revu ou rejeté par le modérateur, ainsi que les messages de type SMS et ceux des trolls. Conformément à la loi, votre adresse IP est enregistrée par l'hébergeur.