Violence, ils n’ont que ce mot à la bouche.


Bourges-Samedi-1

Samedi 12 les Gilets jaunes seront à Bourges. Après un rendez vous place Séraucourt, ils défileront pacifiquement sur les boulevards extérieurs, itinéraire qu’ils ont rendu public. Si la police fait son travail et empêche les casseurs d”agir, il ne devrait pas y avoir de violences à déplorer, ni à filmer. De son côté, la Préfète Catherine Ferrier a pris note du programme des Gilets jaunes et interdit de manifester en centre ville. Voila prévenus les amateurs de violences de tous bords…

Avec le sujet de la violence, jamais les télés et radios publiques ou privées n'ont été à ce point les organes de propagande du président Macron et du chef de gouvernement Édouard Philippe. Jamais leurs commentaires n’ont soutenu avec une telle insistance les intérêts politiques du gouvernement “En marche”. Les journaux télévisés semblent se délecter des violences et se sont transformés en machines de propagande gouvernementale….

Les commentaires et les “analyses” des éditorialistes, des rédactions et des “experts” de tous poils semblent n'avoir qu'un but : discréditer le mouvement des Gilets Jaunes, influencer l'opinion jusqu'à ce que cette opinion renonce majoritairement à le soutenir. En effet, à chacune des manifestations des Gilets Jaunes, les médias ne parlent que de violences (même les plus petites quand ils n’en trouvent pas de grosses) et “oublient” toujours de rappeler que toutes les manifestations de ces vingt dernières années sont un prétexte au pillage et à la destruction par des bandes de casseurs qui semblent échapper toujours à la police (oui, au fait, depuis toutes ces années, que fait la police ?). Ils oublient aussi d’informer sur les raisons de ce mouvement, sur ses revendications et son programme. Alors que le ministère de l’intérieur estimait la participation à l’acte huit des Gilets jaunes à 50 000, le syndicat France Police–Policiers en colère, dénombrait plus de 300.000 manifestants à travers toute la France. Vous avez lu discréditer ?

Pschiit-reponse-macron

Oui, il est juste de s’indigner contre la violence. La violence sociale, par exemple (comme l’expose Anne-Sophie Chazaud dans un article de “Vu du droit”). Traiter mal les chômeurs, lancer contre eux d’insupportables mesures punitives, traiter mal les retraités, traiter mal les pauvres, voilà en effet une insupportable violence qu’on ne peut que condamner. Pareillement de la violence policière répressive qui a visé depuis des semaines le peuple de France, éborgnant, défigurant, estropiant, gazant, emprisonnant. Si rien ne justifie que quiconque s’en prenne à un policier, on aurait aimé que tous ceux qui se sont indignés se récrient proportionnellement contre l’invraisemblable somme d’actes violents commis par les forces de l’ordre au fil des semaines à l’encontre du peuple révolté. La violence provocatrice d’un exécutif irresponsable, également, qui, histoire de bien démarrer l’année en fanfare, souffle perversement sur les braises en insultant les gilets jaunes, les qualifiant de “foules haineuses”. La violence symbolique du mépris, aussi, insupportable, et celle consistant à nier la réalité de ce mouvement, à prétendre  stupidement par exemple, que la révolte du peuple français concernerait moins d’un habitant par commune quand n’importe qui se déplaçant en dehors des grandes villes peut constater le contraire de ses propres yeux. 

La pauvreté est aussi une violence subie. La France comptait en 2016 quelque 8,8 millions de personnes pauvres, soit 14 % de la population (selon des chiffres de l’Insee du 11/09/2018). Sont considérés comme pauvres celles et ceux qui perçoivent moins de 1 026 euros par mois (pour une personne seule), c’est-à-dire moins de 60 % du revenu médian de la population qui est de 1 710 euros par mois. 34,8 % des familles monoparentales sont pauvres (soit 2 millions de personnes),  un taux quatre fois plus élevé que les couples avec un ou deux enfants. Le taux de pauvreté s’élève à 19,8 % pour les moins de 18 ans. C’est à dire qu’un enfant sur cinq en France est pauvre. En 2016, 38,3 % des chômeurs percevaient moins de 1 026 euros par mois. Et la paye de 6,4 % des salariés n’atteignait pas ce montant. Et que dire des caissières d’hypermarchés travaillant 25 heures par semaine payées au Smic horaire ?  Pas étonnant que les Gilets jaunes expriment la colère et le “ras le bol”.

La plupart des français (70 %) qui soutiennent ou approuvent le mouvement de gilets jaunes ont choisi sans le savoir cette maxime de Desmond Tutu : “Si tu es neutre en situation d’injustice, alors tu as choisi le côté de l’oppresseur”. 


> Heureusement il existe des journalistes qui osent dire ce qu’ils voient. Lire le reportage de Laetitia Monsacré dans Pariser. >>> Lien.
Je vous suggère si vous avez un peu de temps, l’interview de François Boulo sur Paris-Normandie. C’est un gars qui parle clair. >>> Lien.

Et voici d’autres images, âmes sensibles s’abstenir.


> Des images que les journaux télévisés n’ont pas diffusées.


 Gilblog La Borne mon village en Berry, est un blog de clocher, un cyberjournal d’expression locale et citoyenne. Dans gilblog, lisez des nouvelles de La Borne et du Berry en mots et en images, pages vues sur le web, citations, dico berrichon, coups de gueule et coups de coeur. Tout ça est éclectique, sans prétention et pas toujours sérieux, mais gilblog est amical avant tout. Gilblog, un site web fait à La Borne et réalisé entièrement à la main sur Mac, avec l'excellent  logiciel SandVox. © Photos Marie Emeret & JP Gilbert. © Textes et dessins JP Gilbert. Cartes postales anciennes: collection JP Gilbert. Vignettes : Dover éditions. Toute image ou contenu relevant du droit d’auteur sera immédiatement retiré(e) en cas de contestation. Les commentaires sont les bienvenus sur ce site. Les avis exprimés ne reflètent pas l'opinion de gilblog, mais celle de leurs auteurs qui en assument l’entière responsabilité. Tout commentaire vulgaire ou injurieux, ne respectant pas les lois françaises, tout billet insultant ou hors sujet, sera automatiquement revu ou rejeté par le modérateur, ainsi que les messages de type SMS et ceux des trolls. Conformément à la loi, votre adresse IP est enregistrée par l'hébergeur.