Benjamin Rabier, berrichon et dessinateur célèbre.

La-baionnettegedeon-manitou

Benjamin Rabier (30 décembre 1864 - 10 octobre 1939) a fait sa carrière à Paris, mais ce fils de berrichons originaires de la région de Valençay, a puisé une partie de son inspiration en Berry. D'ailleurs, pour se rapprocher de ses racines, il achète à l'âge de trente six ans une maison à Lye, à dix kilomètres de Valençay (en 1900). C'est là, dit sa biographie, qu'il trouve le repos et l'inspiration, l'environnement et le décor où vivent ses animaux presque humains, dans les petites fermes typiques, dans les paysages et les villages du terroir. Pas de doute, on peut les reconnaître en feuilletant les albums de Gédéon. Le chagrin consécutif à la mort de son fils en 1917 l'éloigne du Berry, mais il y reviendra en1924, cette fois à Faverolles. Et c'est au cimetière de Faverolles qu'il sera enterré en 1939.

Mais Benjamin Rabier, n'est pas seulement le père de Gédéon, de la Vache qui rit, ou le pionnier du dessin à la ligne claire. Rabier est un créateur prolifique, dessinateur de presse, auteur de pièces de théâtre, d'opérettes et de comédies, illustrateur, auteur d'albums, aquarelliste, créateur publicitaire, auteur de dessins animés, lithographe  ...etc. On se demande quand il prenait le temps de dormir ?

Rabier-autoportraitTintin-Rabier

Arrivé à Paris en 1869 il habite le quartier des Buttes Chaumont avec sa famille, son père est ouvrier menuisier. Le jeune Rabier montre très tôt des dispositions pour le dessin (il obtient à quinze ans le Prix de dessin de la Ville de Paris), mais il doit interrompre ses études pour travailler. À la fin de son service militaire en 1889, il devient comptable aux magasins Au Bon Marché.

Rabier commence son activité de dessinateur de presse en 1891 et jusqu'en 1920. On estime sa production à environ six mille dessins pour une cinquantaine de journaux ! C'est grâce à son ami Caran d'Ache, qu'il commence à publier ses dessins dans plusieurs revues importantes, et notamment L'Assiette au beurre, en 1902. Puis il crée Tintin Lutin, titre et personnage dont Hergé s’inspirera quelques années plus tard. On peut dire sans éxagérer que Tintin Lutin est l'ancêtre de Tintin reporter, puisque c'est Hergé lui même qui le déclare. Hergé considérant Rabier comme un de ses maîtres et admirant la "lisibilité parfaite" de son dessin, a voulu lui rendre hommage en reprenant le nom de son personnage et en l'habillant comme on le sait. Mais il faut apprécier le trait de Rabier, animé de pleins et de déliés suggérant les volumes, le mouvement et les expressions du visage, bien plus riche et expressif que la simple ligne claire de ses  émules des générations suivantes.

Benjamin Rabier connaît le succès, ses dessins sont publiés dans l'Assiette au Beurre et le Chat Noir, mais aussi dans La Chronique Amusante, Gil Blas Illustré, Le Rire et Pêle-Mêle. En 1906, il publie une série très remarquée de deux cent quarante illustrations des fables de La Fontaine qui montre à tous son talent et établit définitivement sa réputation de grand dessinateur animalier. Puis il se lance à lui même de nouveaux défis et illustre le Roman de Renart et l’Histoire Naturelle de Buffon. Il crée le journal pour enfants Histoire comique et Naturelle des Animaux (1907-1908). Malgré sa notoriété, il conserve prudemment son emploi jusqu’en 1910, mais contraint par le surmenage, il décide de voler de ses propres ailes et de se consacrer au dessin exclusivement.  

À partir de 1916, il crée des dizaines de dessins animés jusqu'en 1920, il est considéré comme un des pionniers de ce mode d'expression. On se l'arrache  pour la publicité ; l'originalité de son dessin et l'humour qui habite ses animaux pourraient sans doute faire vendre n’importe quel produit ! La célèbre Vache qui Rit (il crée la boite de La Vache qui Rit en 1924), mais aussi le bouillon Maggi, le sel La baleine, les cartouches Gévelot, les magasins Au bon marché, Phosphatine Falières, Dentol, Pétrole Hahn, savon La Girafe, Nestlé, Le nain bleu, Phoscao, chocolat Kohler, Ricqlès, les magasins Le Printemps... La liste est interminable. Il serait sans doute plus simple d'établir celle des marques pour lesquelles Rabier n'a pas travaillé !

Et pendant ce temps, monsieur écrit ! De 1908 à 1934, Benjamin Rabier écrit (seul ou en collaboration), plus de vingt pièces de théâtre, comédies et opérettes drôlatiques, dont certaines sont de gros succès à Paris et en province.

Mais le personnage le plus attachant de Benjamin Rabier est sans conteste "Gédéon" le petit canard au long cou, mal aimé de sa famille et de quelques autres, ami des faibles et toujours plein d'astuce. Un lointain parent ailé de Charlot peut-être. Rabier aime semer dans ses albums de Gédéon de grands dessins en pleine page, véritables tableaux pleins de gaité où une foule d'animaux de toutes sortes se réunit pour se réjouir d'un bon tour ou pour fêter une victoire de Gédéon sur les méchants. Les seize albums des "Aventures de Gédéon" paraissent à raison de un par an de 1923 à 1939. 

De 1909 à la fin de sa vie, Rabier réalise deux cents cinquante albums illustrés dont il écrit la plupart des textes.... Et on ne peut dénombrer les vignettes, les cartes postales, les images diverses, les jeux de société, les images d'Épinal, les bon points, les tableaux pour les écoles, les chromos... qui ont été dessinés par Benjamin Rabier.

> Laissons le soin de la conclusion à Michel Tournier. "Parmi mes livres d'enfant, je garde une tendresse inoubliable pour les albums de Benjamin Rabier. Le canard Gédéon, la chèvre Aglaé, le singe Chabernac, et surtout la belle, douce et grasse campagne où ces personnages évoluent - Quel tableau que la cour de la ferme avec son petit peuple au grand complet ! - ce n'est ni la féerie outrageusement irréaliste des contes, ni la caricature ignoble des Pieds Nickelés, Bibi Fricotin et autres Bécassine. C'est à peine transposée, à peine humanisée la réalité vue avec amitié et compréhension. La belle épithète de "classique" me paraît celle qui définit le mieux l'esprit de Benjamin Rabier. Sa vision des bêtes et des arbres se rapproche de celle de Louis Pergaud dans ce qu'elle a de lucide, de calme et de sympathique". [Michel Tournier, Le Vent Paraclet].


>  Pour en savoir plus :  L'excellent site riche et détaillé des Amis de Benjamin Rabier. >>> Lien.

Wikipedia. Benjamin Rabier. >>> Lien.

Gilblog La Borne mon village en Berry, est un blog de clocher, un cyberjournal d’expression locale et citoyenne. Dans gilblog, lisez des nouvelles de La Borne et du Berry en mots et en images, pages vues sur le web, citations, dico berrichon, coups de gueule et coups de coeur. Tout ça est éclectique, sans prétention et pas toujours sérieux, mais gilblog est amical avant tout. Gilblog, un site web fait à La Borne et réalisé entièrement à la main sur Mac, avec l'excellent  logiciel SandVox. © Photos Marie Emeret & JP Gilbert. © Textes et dessins JP Gilbert. Cartes postales anciennes: collection JP Gilbert. Vignettes : Dover éditions. Toute image ou contenu relevant du droit d’auteur sera immédiatement retirée en cas de contestation. Les commentaires sont les bienvenus sur ce site. Les avis exprimés ne reflètent pas l'opinion de gilblog, mais celle de leurs auteurs qui en assument l’entière responsabilité. Tout commentaire vulgaire ou injurieux, ne respectant pas les lois françaises, tout billet insultant ou hors sujet, sera automatiquement revu ou rejeté par le modérateur, ainsi que les messages de type SMS et ceux des trolls. Conformément à la loi, votre adresse IP est enregistrée par l'hébergeur.