Révolte des pauvres et mépris d’en haut.

1-Macron méprisant-2

La dénonciation des “porte-voix d’une foule haineuse”, phrase cinglante et mûrement réfléchie du président de la République signifie son refus d’octroyer aux gilets jaunes une légitimité politique. Et Emmanuel Macron de les définir par un comportement coléreux, violent et criminel.

Ces mots, employés dans l'allocution du 10 décembre et renforcés lors des vœux, sont une réponse martiale extrêmement ferme, au ras le bol, et au refus de subir exprimés par les Gilets jaunes. Révolte après quarante ans de promesses non tenues et de fins de mois qui commencent le quinze, ras le bol devant la taxe carbone, ras le bol devant l’impôt, ras le bol du discours des politiciens et des médiacrates de la France d’en haut, ras le bol de l’ordre de la cinquième République comme en témoigne l’idée d’instaurer le Référendum d’initiative citoyenne (RIC)… Tels sont les refus de subir exprimés par les Gilets jaunes. Mais monsieur Macron ne sait pas ce que signifie faire manger une famille avec cinq euros par repas.

Ni le président ni sa majorité n’imaginent que tout cela découle de leur politique. 

Emmanuel Macron reprend à son compte l’idée toute faite, selon laquelle la colère du peuple ne provient pas de la déception devant les promesses non tenues des élites politiques et de leur ignorance des difficultés de la vie quotidienne, mais de son incapacité à comprendre les réalités. C’est bien connu : par définition, le peuple est bête.

Face aux Gilets jaunes, le pouvoir politique, atteint dans sa vanité et se sentant menacé dans sa légitimité, ne veut voir que violence et n’envisage comme réponse que la coercition. Et de nombreux médias emboîtent le pas. Le porte parole du gouvernement a même déclaré que le mouvement est “le fait d’agitateurs qui veulent l’insurrection et, au fond, renverser le gouvernement”.

Nous sommes bien loin de voir commencer la tâche ambitieuse de négociation et de recollage des morceaux de l’unité nationale, qui devrait être prioritaire. Le président a oublié d’être le président de tous les français.

Alors que les gilets jaunes veulent que désormais la politique serve les intérêts de 99% de la population, et non des 1% les plus riches, le président s’obstine à croire en des forces obscures qui arment les détestables “foules haineuses” venues “attaquer la République” avec une “extrême violence” (5 janvier).

À la révolte des plus pauvres répond un complotisme des élites, assorti de mépris.

À ce rythme là, on n’est pas sortis d’affaire.


> Médiapart.  Les Voeux de Macron. Par Xavier Beaufils. >>> Lien.   
M le mépris du peuple par François Bernheim. Médiapart. >>> Lien.

 loufoquerie théâtralen un monologuGilblog La Borne mon village en Berry, est un blog de clocher, un cyberjournal d’expression locale et citoyenne. Dans gilblog, lisez des nouvelles de La Borne et du Berry en mots et en images, pages vues sur le web, citations, dico berrichon, coups de gueule et coups de coeur. Tout ça est éclectique, sans prétention et pas toujours sérieux, mais gilblog est amical avant tout. Gilblog, un site web fait à La Borne et réalisé entièrement à la main sur Mac, avec l'excellent  logiciel SandVox. © Photos Marie Emeret & JP Gilbert. © Textes et dessins JP Gilbert. Cartes postales anciennes: collection JP Gilbert. Vignettes : Dover éditions. Toute image ou contenu relevant du droit d’auteur sera immédiatement retirée en cas de contestation. Les commentaires sont les bienvenus sur ce site. Les avis exprimés ne reflètent pas l'opinion de gilblog, mais celle de leurs auteurs qui en assument l’entière responsabilité. Tout commentaire vulgaire ou injurieux, ne respectant pas les lois françaises, tout billet insultant ou hors sujet, sera automatiquement revu ou rejeté par le modérateur, ainsi que les messages de type SMS et ceux des trolls. Conformément à la loi, votre adresse IP est enregistrée par l'hébergeur.