Et si Christine Lagarde était caissière ?

Christine-Lagarde-erreur-de-caisse

Le 19 décembre dernier, la Cour de justice de la République (seule habilitée à juger des membres d’un gouvernement pour des crimes ou délits commis dans l’exercice de leurs fonctions), a rendu sa décision : Christine Lagarde vaut mieux qu’une caissière ! Lorsqu’elle était ministre des Finances de Sarkozy, elle s’est rendue coupable de “négligence” dans l’affaire de l’arbitrage Tapie, mais elle est dispensée de peine et la décision ne figurera pas dans son casier judiciaire. Une “négligence” qui coûterait quatre cents millions d’euros aux contribuables !
Ainsi, Christine Lagarde a été reconnue responsable de négligence, mais dispensée de peine. Dispensée par égard pour quoi ? Son élégance hautaine ? Ses compétences ? Son appartenance à la nomenklatura des gouvernants ? Son copinage avec Sarkozy ? Son style inimitable Neuilly/Auteuil/Passy ? Sa hargne vengeresse contre les salariés ? Mystère, la Cour de justice ne le dit pas.
Mais l’ex-ministre des finances, qui a piloté la petite combinaison de l’arbitrage au bénéfice de Bernard Tapie, garde la confiance de l’État ainsi que celle du FMI où elle envisage de faire un nouveau mandat. 

Donc, on peut être licenciée de son emploi de caissière pour avoir fait une erreur de quatre vingt cinq centimes, mais être dispensée de peine (elle risquait jusqu’à un an de prison et quinze mille euros d’amende), pour avoir “arrangé" les affaires de Bernard Tapie pour un montant de quatre cents millions d’euros !
Quel décalage entre cette indulgence et les peines sévères infligées à la malheureuse caissière, ou à de petits délinquants :
Par exemple : trois mois de prison ferme pour vol d'un fromage pour un homme qui avait faim. Deux mois ferme infligés à un sans domicile fixe pour avoir volé des pâtes ! 

Il s’agit bien là d’une justice à géométrie variable, ou plutôt d’une justice de classe. Que l’on soit parmi les riches ou les pauvres, les puissants ou les misérables, c’est deux poids, deux mesures. Pourtant “les Français naissent et demeurent libres et égaux en droits”, dit notre Déclaration des droits de l’homme et du citoyen. La Cour de justice de la République ne semble pas au courant….
Dans un tweet, Bernard Pivot ironise : “La Cour de justice de la République sera-t-elle un jour condamnée pour négligence dans son jugement de Christine Lagarde ?”

Quant à François Hollande, il doit être dans ses petits souliers, lui qui avait promis de faire voter une loi supprimant la Cour de Justice de la République. “Les Ministres doivent être des citoyens comme les autres” avait-il déclaré. Une façon très particulière d’appliquer le proverbe berrichon “Promets aux fous et donne aux sages …”

justice-Lagarde

Drôle de justice, drôle de ministre. Il est intéressant de faire le rapprochement avec l’affaire de l’indemnisation des trois mille mineurs licenciés pour faits de grève en 1948. Comme le rapportait Le Monde du 27 octobre 2014, en mars 2011 (63 ans après les faits), la Cour d’appel de Versailles avait reconnu le caractère discriminatoire et abusif du licenciement de dix-sept mineurs et employés de la société publique Charbonnages de France qui gérait les sites, et elle avait annulé ces licenciements.
La Cour de Versailles avait condamné les Charbonnages de France et l’Agence nationale pour la garantie des droits des mineurs à leur verser trente mille euros chacun (il y avait alors dix-sept familles de mineurs ou ayants droit, ce qui faisait cinq cents dix mille euros au total).
Mais la décision avait été cassée en octobre 2012 par la Cour de cassation... saisie par qui ? Mais par l’inénarrable ministre de l’économie, Christine Lagarde ! D’un côté, les mineurs : les licenciements, le chômage, la perte du logement, des années (jusqu’en 1981) sans droits, et au bout de 63 ans, trente mille euros, immédiatement refusés par Christine Lagarde !

> Mais tout n’est peut-être pas terminé puisque annulé en 2015 pour fraude, l’arbitrage privé en faveur de Tapie fait l’objet d’une enquête pénale pour “détournement de fonds publics” et “escroquerie”. Une procédure distincte de celle qui a visé l’ancienne ministre. Une pétition qui dépasse actuellement deux cent cinquante mille signatures demande que le droit s’applique à Christine Lagarde comme il s’applique à n'importe quel citoyen de ce pays.  La morale voudrait que l’ancienne Ministre de l’Économie  réponde de ses actes devant un tribunal correctionnel ordinaire et qu’elle en assume les conséquences. Peut-être verrons nous bientôt son nom cité dans un nouveau chapitre du feuilleton ?


> Pétition. “Un vrai procès pour Christine Lagarde”. >>> Lien.  
> Source : Mémoire des luttes. Quand Christine Lagarde faisait appel… contre les mineurs grévistes . >>> Lien. 

Gilblog La Borne mon village en Berry, est un blog de clocher, un cyberjournal d’expression locale et citoyenne. Dans gilblog, lisez des nouvelles de La Borne et du Berry en mots et en images, pages vues sur le web, citations, dico berrichon, coups de gueule et coups de coeur. Tout ça est éclectique, sans prétention et pas toujours sérieux, mais gilblog est amical avant tout. Gilblog, un site web fait à La Borne et réalisé entièrement à la main sur Mac, avec l'excellent  logiciel SandVox. © Photos Marie Emeret & JP Gilbert. © Textes et dessins JP Gilbert. Cartes postales anciennes: collection JP Gilbert. Vignettes : Dover éditions. Toute image ou contenu relevant du droit d’auteur sera immédiatement retirée en cas de contestation. Les commentaires sont les bienvenus sur ce site. Les avis exprimés ne reflètent pas l'opinion de gilblog, mais celle de leurs auteurs qui en assument l’entière responsabilité. Tout commentaire vulgaire ou injurieux, ne respectant pas les lois françaises, tout billet insultant ou hors sujet, sera automatiquement revu ou rejeté par le modérateur, ainsi que les messages de type SMS et ceux des trolls. Conformément à la loi, votre adresse IP est enregistrée par l'hébergeur.