Potières de Ketchene en Éthiopie.

2-Ketchene 2287 copie

On est potière de mère en fille, dans le village de Ketchene, situé sur les hauteurs d’Addis-Abeba. Mais les potières, comme les forgerons, sont tout en bas de l'échelle des castes dans de nombreux pays africains, et c’est le cas aussi en Éthiopie. Le métier de potière demande un travail épuisant : creuser le sol afin de trouver l’argile, la transporter à dos de femme, malaxer et travailler avec des outils archaïques, porter au marché la production puis rapporter les invendus. Les objets façonnés sont strictement utilitaires, limités aux besoins du foyer... Et depuis quelques dizaines d’années, la poterie subit la concurrence des objets en plastique. 

En 1986, les potières de Ketchene ont formé un groupe d’entraide qui a établi des liens avec l’Entreprise pour le Commerce Touristique Éthiopien (ETTE) pour créer des formations et faire évoluer la production. Les potières qui y ont participé ont vu leur revenu augmenter, élevant leur statut social et celui de leur artisanat. L’association des femmes potières a été créée en 1991 pour promouvoir leur statut et leur travail. Une première en Éthiopie, qui n’avait connu jusqu’alors aucune action en faveur de la poterie artisanale.

En 2002, avec l’aide de l’Alliance Éthio-Française, la sculpteuse et céramiste danoise, d’origine éthiopienne Étiye Dimma Poulsen (qui a déjà exposé à La Borne), a été invité pour développer de nouveaux modèles et ouvrir la poterie à la clientèle des touristes et résidents étrangers, et à l’exportation. Cette rencontre entre potières a produit une collection originale et de qualité. 

Grâce au travail des femmes de Ketchene et de leur association, la poterie est devenue une activité essentielle au village, et leur atelier “Muya" (qui signifie : talent) est devenu un passage des groupes de voyageurs étrangers. ….Comme en témoigne ce diaporama (animé !) extrait d’un reportage photo de mai 2019, qu’une voyageuse berrichonne a confié à gilblog. Le combustible est fait de bouses de vache séchées, et le bac à raku est empli de feuilles d’eucalyptus.


Vue de KetcheneUne potière de l’atelier Muya.Le combustible-des bouses séchéesDe la bouse de vache sèche comme combustible.Cuisson dans la bouse sèche.Extraction de la pièce avec deux bâtons.Raku dans des feuilles d’eucalyptus.Décor à l’atelier Muya.Quelques pots après cuisson et polissage.Faites votre choix.


Photos Marie-France Emeret.

 Gilblog La Borne mon village en Berry, est un blog de clocher, un cyberjournal d’expression locale et citoyenne. Dans gilblog, lisez des nouvelles de La Borne et du Berry en mots et en images, pages vues sur le web, citations, dico berrichon, coups de gueule et coups de coeur. Tout ça est éclectique, sans prétention et pas toujours sérieux, mais gilblog est amical avant tout. Gilblog, un site web fait à La Borne et réalisé entièrement à la main sur Mac, avec l'excellent  logiciel SandVox. © Photos Marie Emeret & JP Gilbert. © Textes et dessins JP Gilbert. Cartes postales anciennes: collection JP Gilbert. Vignettes : Dover éditions. Toute image ou contenu relevant du droit d’auteur sera immédiatement retiré(e) en cas de contestation. Les commentaires sont les bienvenus sur ce site. Les avis exprimés ne reflètent pas l'opinion de gilblog, mais celle de leurs auteurs qui en assument l’entière responsabilité. Tout commentaire vulgaire ou injurieux, ne respectant pas les lois françaises, tout billet insultant ou hors sujet, sera automatiquement revu ou rejeté par le modérateur, ainsi que les messages de type SMS et ceux des trolls. Conformément à la loi, votre adresse IP est enregistrée par l'hébergeur.