Jean Baffier, berrichon, talentueux sculpteur du peuple.... et réactionnaire.

Portrait_Jean_Baffier

À force de passer devant ses monuments pourtant situées au centre ville, les berruyers remarquent à peine les oeuvres de Jean Baffier, un grand sculpteur et aussi un berrichon... et non des moindres.

> Jean Baffier est né à Neuvy le Barrois dans le Cher en 1851 (le 18 novembre), il est mort à Paris en 1920 (le 19 avril). C'était un homme du peuple, il fut d'abord tailleur de pierres, il travailla quelques temps pour Rodin à Paris, puis il mena une belle carrière de sculpteur dans la capitale, sans oublier sa province (il possédait un atelier près de Sancoins), où il réalisa des oeuvres importantes pour Bourges. 

Il créa des statues et des bustes de personnages historiques : Michel Servet, Rousseau, Louis XI. L'originalité de son Marat fit scandale, la pose peu conventionnelle du héros avait déplu. Bourges possède une de ses oeuvres les plus accomplies : on devrait plus souvent s'arrêter devant son Louis XI au square de la Poste, on réaliserait combien cet homme assis dans une posture statique, est au contraire plein de vie, les mains agitées, le corps tendu, prêt à discourir ou à se lancer dans l'action. On devrait scruter l'expression du personnage, qui dans l'ombre de son visage incliné, semble mijoter quelque ruse ou quelque projet...

Jean Baffier créa également pour l'orfèvrerie, principalement des étains (vases, candélabres, services de table) avec des personnages issus du peuple, mais aussi des motifs végétaux.

Il réalisa de nombreuses commandes de portraits en buste. C'était un excellent portraitiste, comme en témoignent dans cette exposition les bustes de ses parents, le buste "L'Angèle" et le visage de Louis XI. 

Ses oeuvres sont toujours caractérisées par une forte vision de l'ensemble, mais aussi un talent exceptionnel du détail (souvent malicieux, et toujours plein d'humanité), sans que celui ci l'emporte jamais sur l'essentiel.

Le peuple, personnage central dans l'oeuvre du sculpteur, lui a inspiré à mon avis ses oeuvres les plus puissantes. Les bronzes "le vigneron", "le faucheur", "le vielleux" sont de remarquables représentations de l'humain, corps marqués par la respiration la fatigue et l'effort. Baffier n'est pas le seul à son époque à magnifier le peuple, on résume un peu facilement cette démarche par le qualificatif réducteur de "réaliste". En fait il y a sans doute autant de réalismes que de réalistes, de Courbet à Dalou, de Millet à Daumier, l'éventail est large et Jean Baffier en fait partie. 

Dans les musées et les livres d'art, l'image des grandes figures de la création (je pense à Rodin), écrase un peu celle des artistes de la même époque…  Grâce à l'exposition du Musée du Berry, le grand talent de Jean Baffier est mis en lumière, et c'est justice. Cette belle exposition a été conçue par Béatrice de Chancel Bardelot, conservateur des Musées de Bourges.

> Fervent régionaliste, Jean Baffier s'intéressait à la musique traditionnelle et aux contes populaires du Berry. Il fut un pionnier du mouvement folkloriste et fonda en 1888, la "Société des gâs du Berry et aultres lieux du centre" qu'il dota de la fière devise : "Nout' soup' est maigre mais j' la trempons dans nout' écuelle".

Il n'était pas "politiquement correct" (Jean Baffier était anti Dreyfusard et antisémite), mais il faut approcher l'homme dans son entier, apprécier sa force créative, ce qu'il a apporté au Berry, et voir avec une lucidité critique ses défauts et ses contradictions, sans les gommer. D'autant plus que cela éclaire un moment de notre histoire. L'authenticité de l'inspiration de Baffier, qu'il exprime avec un immense talent artistique, dépasse la médiocrité de sa pensée politique et les articles virulents qu'il écrivait dans la presse locale. Ce sont les conclusions que j'en tire en sortant de l'exposition, et en lisant  Béatrice de Chancel Bardelot, qui résume la vie  et l'oeuvre de Baffier dans l'excellente brochure  que vous pourrez vous procurer à l'accueil du musée.

> Exposition au Musée du Berry du 16 octobre 2009 au 19 avril 2010.

4 rue des Arènes 18000 Bourges. 02 48 70 41 72. musees@ville-bourges.fr

Cliquer sur une des vignettes pour ouvrir le diaporama et voir les photos en grand format.


Un commentaire ?


Gilblog La Borne mon village en Berry, est un blog de clocher, un cyberjournal d’expression locale et citoyenne. Dans gilblog, lisez des nouvelles de La Borne et du Berry en mots et en images, pages vues sur le web, citations, dico berrichon, coups de gueule et coups de coeur. Tout ça est éclectique, sans prétention et pas toujours sérieux, mais gilblog est amical avant tout. Gilblog, un site web fait à La Borne et réalisé entièrement à la main sur Mac, avec l'excellent  logiciel SandVox. © Photos Marie Emeret & JP Gilbert. © Textes et dessins JP Gilbert. Cartes postales anciennes: collection JP Gilbert. Vignettes : Dover éditions. Toute image ou contenu relevant du droit d’auteur sera immédiatement retirée en cas de contestation. Les commentaires sont les bienvenus sur ce site. Les avis exprimés ne reflètent pas l'opinion de gilblog, mais celle de leurs auteurs qui en assument l’entière responsabilité. Tout commentaire vulgaire ou injurieux, ne respectant pas les lois françaises, tout billet insultant ou hors sujet, sera automatiquement revu ou rejeté par le modérateur, ainsi que les messages de type SMS et ceux des trolls. Conformément à la loi, votre adresse IP est enregistrée par l'hébergeur.