Alain Broglio à Annoix. On déboise !

1-Annoix-grande-oreille

C’est un habitant d’Annoix qui, de retour d’un voyage mémoriel sur les derniers pas d’Alain Fournier en 1914, dans le secteur des Éparges, crut à son retour que les désastres de la guerre l’avaient rattrapé, voire devancé. 

En effet, c’est en arrivant nuitamment à son domicile “Chemin de l’homme malade”, qu’il vit à sa grande stupeur, dans le faisceau des phares de son véhicule un talus boisé qu’il avait quitté huit jours auparavant couvert de végétation, transformé en zone de combat de 14/18 ! Plus un arbre debout !
Seules quelques souches émergeaient et visiblement les discours officiels et lénifiants sur la biodiversité venaient de subir une attaque en règle digne des descendants directs des hordes teutonnes et néanmoins barbares. 

Que s’était-il passé ? Qui étaient les auteurs de ce forfait ? Quels étaient leurs motifs pour perpétrer un tel massacre ? Devant tant de questions sans réponses, quelques habitants outrés firent appel à moi, convaincus que je saurais résoudre cette énigme.

Dès que mon calendrier chargé me le permit, je me lançai dans cette aventure et je compris très vite qu’il ne me serait pas facile de mener rapidement à bien cette enquête. En effet, au sein de ce village quelque peu secret, l’omerta régnait comme au plus profond des montagnes Corses les plus éloignées du monde, et les langues ne se déliaient pas. 

1-Annoix-coupe

Personne à proximité n’avait entendu le tintamarre des tronçonneuses ni le bruit des engins de chantier. J’en fus très étonné car à l’époque où la commune d’Annoix était arrivée championne du monde des meilleurs cracheurs de pépins de melons (atteignant des distances de jets tels qu’aujourd’hui encore le record reste inégalé), les habitants n’étaient pas sourds. En effet, à cette époque glorieuse, il fallait les voir, postés aux  emplacements stratégiques, au plus près des meilleures trajectoires paraboliques des pépins, scruter l’intensité du sifflement des projectiles et en apprécier le rendement aérodynamique impulsé par les cracheurs.
À cette époque bénie, les oreilles étaient fines et affutées et peu se trompaient quant aux performances balistiques des pépins… 

Depuis les habitants ont sans doute vieilli et sont tous frappés “d’agnosie auditive” comme me l’a précisé le professeur Pavillon, oto-rhino renommé et membre de plusieurs académies, que j’ai interrogé dans le cadre de cette enquête. 

Toujours est-il que je tournais en rond et que rien n’avançait. Mais quelquefois, il faut croire en sa bonne étoile, et c’est en prenant un repas au restaurant fort sympathique de Saint Just, ”Le Carolive” que je pus renouer le fil conducteur de cette mystérieuse affaire. À la table d’à côté, deux personnes (dont une était visiblement victime au regard de ses éternuements d’un coryza allergique sévère), me mirent involontairement sur la piste. En effet, le malade semblait porter aux nues le maire d’Annoix qui avait su prendre la décision qui s’imposait, suite aux quelques plaintes arrivées sur son bureau en provenance d’habitants se plaignant de manière récurrente d’être victimes des allergies aux pollens produits par la floraison des arbres dont ils se disaient victimes.
C’est donc par une coupe drastique que l’affaire fut réglée sans tambour ni trompette mais non sans “Stihl” de compétition. En deux temps trois mouvements les arbres furent mis à terre et en ce lieu massacré, et le printemps ne put s’exprimer….

Hélas, les habitants concernés continuèrent à éternuer accusant toujours la présence de pollens plus lointains, mais encore à mille lieues de soupçonner les épandages fréquents de pesticides en ces lieux et à cette saison… La suite de mon enquête mit en lumière de nombreux autres abattages d’arbres dans le périmètre de la commune, notamment des peupliers laissés sur place après leur mise à mort.

Il semble donc qu’Annoix soit une commune où l’on soigne particulièrement l’environnement… Pour mémoire, il y a environ deux ans, un dépôt sauvage de médicaments et de drogues actives fut découvert en bordure d’un champ agricole. Affaire non élucidée à ce jour ! Ici l’omerta n’est pas une simple vue de l’esprit…

Comble de l’ironie, le premier magistrat de la commune n’est autre que le Président du “Pays de Bourges”, Pays qui a entre autre en charge la promotion et le financement de l’opération “Plantons le décor”, qui a pour vocation pratique sur le terrain, la plantation de haies champêtres chez les particuliers et sur les territoires communaux.
En somme, un bel exemple de marécage des idées….


> Alain Broglio pour “Gilblog” et le mensuel “Les ressources du bois”.

> Cliquer sur la photo pour l’agrandir.

Gilblog La Borne mon village en Berry, est un blog de clocher, un cyberjournal d’expression locale et citoyenne. Dans gilblog, lisez des nouvelles de La Borne et du Berry en mots et en images, pages vues sur le web, citations, dico berrichon, coups de gueule et coups de coeur. Tout ça est éclectique, sans prétention et pas toujours sérieux, mais gilblog est amical avant tout. Gilblog, un site web fait à La Borne et réalisé entièrement à la main sur Mac, avec l'excellent  logiciel SandVox. © Photos Marie Emeret & JP Gilbert. © Textes et dessins JP Gilbert. Cartes postales anciennes: collection JP Gilbert. Vignettes : Dover éditions. Toute image ou contenu relevant du droit d’auteur sera immédiatement retirée en cas de contestation. Les commentaires sont les bienvenus sur ce site. Les avis exprimés ne reflètent pas l'opinion de gilblog, mais celle de leurs auteurs qui en assument l’entière responsabilité. Tout commentaire vulgaire ou injurieux, ne respectant pas les lois françaises, tout billet insultant ou hors sujet, sera automatiquement revu ou rejeté par le modérateur, ainsi que les messages de type SMS et ceux des trolls. Conformément à la loi, votre adresse IP est enregistrée par l'hébergeur.